Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Arcade Fire à l'Olympia, hier soir

Arcade Fire. Quand vous en parlez autour de vous, 50% des gens n'en ont jamais entendu parler. Et les 50% restant ont les yeux qui s'illuminent immédiatement. Le combo de Montreal, l'espace de deux albums majeurs, est devenu un groupe-culte.
 
Retour en arrière. 2005, Rock&Folk fait de Funeral, premier (enfin techniquement second, mais le tout premier n'est qu'un faible brouillon des surprises à venir) album d'un groupe inconnu, collectif mené par Wim Butler et Régine Chassagne. Alors on craque, on se lance. On achète la galette et c'est la plus grosse claque depuis... London Calling au moins... Les cinq premier morceaux, une montée en puissance, un débordement d'énergie, une intensité rarement atteinte. Les Inrocks en font LE groupe de l'année. Concert en France dans une petite salle. Sold out. Public d'initiés. Je me réveille trop tard. Pas de place. Tant pis. Next time.
 
Attente. Rumeurs. On guette sur la toile les nouvelles. On jette un coup d'oeil alerte dans les blogs québéquois. On furète. Cris' de tabarnak d'caliss' d'cibouère. Rien à l'horizon. Mi-décembre, petite info anodine sur Blogue-notes... Le nouvel album serait pratiquement achevé et sortirait au printemps. Alors on gouguelise à tout va, on sonde les service de P2P... Quelques infos.. L'album s'appellerait Neon Bible. Et puis la date tombe. Sortie le 6 mars. Patience. Le 5 mars, sur Technorati, les liens vers les sites de téléchargement. 6 mars, l'album sort. Intense. Suite logique de Funeral. Richesse des cimats, des contrastes... J'en ai déjà parlé.
 
Et hier soir, le concert. Olympia bondé. Dehors, les places s'échangent à 70 €, le double du prix d'origine. Au bar, Raphaël discute avec Cali et Stefan Eicher. 21h10, Arcade Fire attaque. Quasiment a capella avec des percussions. 2-3 minutes. Puis le groupe envahit la scène. Envahir est le mot juste.. Ils sont dix. Dans un bordel de matériel et d'instruments divers, claviers, grand orgue, mégaphone, cymbales, contrebasse... Wim à la guitare, Régine à la vielle à roue. L'intégralité de Neon Bible défile, dans le désordre. Les musiciens passent d'un instrument à l'autre avec un naturel incroyable. Butler passe de la guitare à la mandoline, puis se met à l'orgue. Chassagne passe à la batterie, à l'acordéon, aux claviers... On passe du rock à la pop, en passant par le folk. La voix de Butler évoque parfois celle de David Byrne. Public debout, enthousiaste et sage. Le groupe attaque les morceaux de Funeral. Le climat change du tout au tout. Public debout. Ovation. Deux ans pour assimiler l'album. Quinze jours à peine pour Neon Bible. Intensité. Hystérie. Folie. "Intervention" pour finir. Le groupe quitte la scène. Il est 22h30.
 
Tellement tôt. Applaudissements. Cris. Arcade Fire remonte sur scène. Quelques morceaux de Funeral. Orgasme collectif. Salle debout. Fin du rappel. Les lumières se rallument, la salle se vide, à regret. Tellement à regret que certains en réclament encore. Retour dans le hall. Tellement fort, tellement court. Clameur. Retour en arrière. Retour dans la salle. Plus de places numérotées. Le groupe est sur scène à nouveau. Sans tenue de scène. En civil. No look. Ils reprennent leurs instruments. Régine au chant. "In the backseat", morceau qui clôt Funeral. Voix cristalline. Douceur. Dernière ovation. Fin. 
 
J'oubliais... Un grand moment du concert, une version survitaminée de "Poupée de Cire, Poupée de son"... (enregistrement trouvé sur Imeem)
 
 
 
technorati tags:
del.icio.us tags:
icerocket tags:
keotag tags:

Lien permanent Catégories : Musiques 2 commentaires

Commentaires

  • il y en a qui ont de la chance...

  • Salut Antoine,

    Un saut dominical sur ton blog . Bravo !
    J'y allais pour découvrir des commentaires sur Arcade Fire et les transmettre à Didier, le plus rock'n' roll des directeurs juridiques.
    En prime : une ludivine annonce le vin-et-un . Merci
    et aujourd'hui le lancement de ta Dubuc's TV avec la Never Mind the Barbie en private guest-star.
    La semaine prochaine invite Ken pour des duos de derrières les fagots !
    Bravo à nouveau pour cette nouvelle dimension
    Je m'abonne au Dubuc's blog
    PS : Fais un saut sur Viadeo, il y a tout un nid de Dubuc : il y en a peut-être à contacter et ... un nom à déposer
    @ +
    Charles

Les commentaires sont fermés.