Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Interview Express: Rest in Gale

Rest In Gale est un groupe français tendance rock psyché-pop, formé en 2014 par Julien Howler et William Rains. Tous deux doués d'un sens de l'humour décapant, l'interview qui va suivre le prouve. La team premier degré va en avoir des sueurs froides. Ils ont sorti fin janvier leur premier album, Tombola. Et y'a pas à dire, on tiré le gros lot (NDLR : jeu de mot assez facile et totalement, mea culpa, mea maxima culpa, lamentable. Je me donne un coup de règle en métal sur les doigts pour expier cette facilité. Et en même temps, que celui qui ne s'est jamais laissé aller à un  jeu de mot foireux me jette le premier pavé... En visant la tête...). Plus sérieusement, si tant est que l'on le puisse, Rest In Gale brouille les pistes, nous embarque dans de multiples directions musicales, un peu comme Zappa. Il faut se laisser embarquer dans l'univers foutraque du groupe. Kif garanti!!

Si tu ne devais ne garder qu’un seul album de toute ta discothèque ?

J.H : Virtue des Voidz

W.R : La cruauté de cette question n’aura d’égale que ma réponse. Aucun. Je préfère subir le silence que de devoir choisir.

Si tu ne devais garder qu’une seule chanson ?

J.H : Joe Cocker The Letter avec Leon Russell, le « Live on Mad Dogs & Englishmen », je crois que c’est pour ça que j’ai voulu faire des concerts avant de faire de la musique, pour le bordel.

W.R : 4’33 de John Cage pour sa progression harmonique unique, intemporelle et ineffable.

Le truc le plus inavouable caché dans ton iPod, iPad, collection de CDs, K7, vinyles, favoris de ta plateforme de streaming, etc ?

J.H : J’assume toutes mes écoutes, Dalida, l’euro-dance et Enrico Macias, le truc inavouable serait de dire qu’en fait j’écoute très peu de rock.

W.R : Le premier E.P des Dharma Jerks « This is not a method » disponible sur Bandcamp. Vraiment je sais que c’est honteux mais je crois que j’attends leur deuxième E.P. C’est la première fois que je l’avoue à quelqu’un c’est gênant. 

Le truc le plus triste - celui qui te plonge dans un abîme insondable de tristesse ?

J.H : Human Sadness - Des Voidz (encore)

W.R : « Maggot brain » de Funkadelic et pour le coup je pense que je ne suis pas le seul.

Le truc le plus joyeux - qui te donne la patate et que tu écoutes systématiquement pour te rebooster ?

J.H : Ya Zina - Raina Rai - Je comprends rien mais je chante en yaourt avec eux.

W.R : « Sure’Nuff’N Yes I Do » de Captain Beefheart and his magic Band.

Le morceau que tu ne peux plus écouter ?

J.H : aucun, si j’aime, je saigne.

W.R : « Hallelujah » de Jeff Buckley. C’est tout simplement impossible. Mais il y a en tellement tant d'autres qui irritent. Le choix est tout aussi irritant. 

Le morceau ou l’artiste que tu zappes systématiquement ?

J.H : Calo Passi - Face à la mer

W.R : Inspecteur Cluzo récemment mais aussi les Dire Straits. J’aurais pu mettre « Sultans of swings » dans les chansons que je ne peux plus écouter d’ailleurs, j’en profite un peu. 

Idole absolue - s’il n’en reste qu’une ?

J.H : Milo, mon fils, ma bataille, mon chat.

W.R : Jean Pierre Bacri. Il était tellement sympathique. 

Kim Jong-un ou Kim Kardashian (ou Kim Wilde, Kim Basinger, Kim Deal, Kim Dotcom, Kim Fowley, etc.) ?

J.H :  Kimpembe !

W.R : Kim Gordon. Je ne suis pas très touché par Sonic Youth mais j’ai toujours trouvé que citer Kim Gordon donnait une Indie Rock Cred. 

Ton objet-culte, ton doudou ?

J.H : mes gris-gris, bagues et colliers.

W.R : Mon Vibrato gravé « Ash Vibratul Turbatuluk » qui est un vieux dicton en parler noir venant de mes ancêtres. 

Drogue préférée ?

J.H : Le Smoothie Banane, acaï, lait de riz

W.R : Le citron pressé.

Alcool préféré ?

J.H : Maaza Tropical frère

W.R : Celui d’Apollinaire est sans doute le plus raffiné. 

Tes premiers mots en tant que Miss France ?

J.H : Vous venez d’élire la première Drag Queen à votre insu. Cheh.

W.R : Je ne vais pas faillir à ma réputation. Je suis surtout content ce soir pour tous les cris et les sifflets que vous m’adressez. Et si vous ne m’aimez pas. Je peux vous dire que je ne vous aime pas non plus. 

Fuir mais où ?

J.H : Marseille / Le Perche / Finistère (triangle rectangle?)

W.R : A Romainville, le nouveau Brooklyn évidemment. 

Si tu ne devais faire qu’une seule émission de télé ou de radio ?

J.H : Le hit Machine (Je suis Charly et Lulu)

W.R : Fan de, c’est bien. Enfin c’était bien. 

Film culte de chez culte ?

J.H : Chat Noir Chat Blanc 

W.R : La vérité d’Henri Georges Clouzot. Pour le jeu de Paul Meurisse. Chef d'œuvre. 

Livre culte de chez culte ? 

J.H : Tristan Corbière - Les Amours Jaune 

W.R : Les Bienveillantes de Jonathan Littell. Mais il vaut mieux lire Marc Edouard Nabe qui explique mieux que tout le monde pourquoi ce livre est le mieux de tous les mieux. 

Marc Lévy ou Guillaume Musso ?

J.H : SAN ANTONIO.

W.R : Alain Soral. 

La fin justifiant les moyens, jusqu'où es-tu prêt(e) à aller pour faire partie des 50 personnalités préférées des français ? 

J.H : Faire un concert pied nu comme Yannick

W.R : Je serais prêt à rapper sur le judo. (Rap du Judo de David Douillet en 1994

Un dernier mot ?

J.H : Champignon?

W.R : Pédiluve. 

 

Catégories : Interview express, Musiques Lien permanent

Écrire un commentaire

Optionnel