Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

zune

  • Chroniques Américaines - N°9 / NYC

    medium_zune.jpgDans la série... "j'ai testé pour vous"..., Ladies and Gentlemen: the Microsoft... ZUNE. Il ya une heure chez Best Buy, sur 5th Avenue. A première vue, le design n'est pas extraordinaire. Comme le fait remarquer le vendeur, avec une certaine candeur (?), "s'il est moche, c'est volontaire; c'est pour faire de l'Ipod un produit snob"... Un point de vue qui se discute... Il se rapproche par son format de la génération précédent l'Ipod vidéo. L'écran de 3" est en revanche à son avantage. Rétro-éclairé, fond écran modifiable. Côté navigation, beaucoup de fluidité, la taille de l'écran donne une grande visibilité au contenu. En revanche pour les habitués de l'Ipod, pas de molette tactile. Quatre fonctions principales, musique, photos, vidéo et radio FM. Un petit défaut concernant la vidéo, l'obligation manifestement de tenir l'appareil en position paysage, à la différence de l'Ipod vidéo. Pas pu tester la qualité du son, faute d'écouteurs... Un mauvais point à Best Buy!!!! Pas pu non plus tester la capacité d'échanger fichiers et playlists entre deux Zune, ce qui est pourtant un des arguments principaux développés par Microsoft dans la promotion du produit... Une fonctionnalité qui colle bien à la dimension communautaire très en vogue actuellement! J'aime, je partage. (N'ayant que peu de chance de rencontrer un possesseur de Zune à Paris, le lancement en Europe n'étant pas prévu avant la fin 2007, je me suis privé de l'acquisition de l'objet. Je garde mon Ipod... ;-)
    L'objet coûte 249,99 $, soit le même prix que l'Ipod vidéo 30Go. 
    Un détail,en passant, Zune a déjà sa rubrique dans Wikipedia... Wikipedia deviendrait-il à l'issue de son plein gré, comme on dit, et comme MySpace, un support promotionnel? Un peu de wiki dans les relations-presse... Voila un sujet de méditation pour un prochain post!!!!! 
     
     
    technorati tags:
    del.icio.us tags:
    icerocket tags:

    Lien permanent 2 commentaires
  • Chroniques Américaines - N°7 / NYC

    Tout d'abord, l'événement attendu par tous: la sortie demain du Zune de Microsoft, l'Ipod killer. Communiquant, multiformats, il est séduisant sur le papier. On verra sur place... entre deux rendez-vous, chez CompUSA.
     
    Vu hier le magnifique film de Clint Eastwood, "Flags of our Fathers" (La mémoire de nos pères). Comme d'habitude chez Eastwood, plusieurs degrés de lecture: film sur l'héroïsme, hommage au sacrifice des soldats américains pendant la guerre du Pacifique, mais aussi réflexion acide sur la mise en place des outils de propagandes nécessaires au financement demedium_iwo-jima-thumb.jpg l'effort de guerre. Réflexion à partir de la fameuse photo de la prise d'Iwo Jima, qui s'avère avoir été mise en scène jusqu'à en devenir totalement iconique. Ce n'est pas la première fois qu'un film démonte la machinerie de la propagande, ou de ce qu'on pourrait appeler pudiquement une utilisation avisée des médias. Démonstration historique de la mise en place dès les années 40 d'opérations de RP, jouant sur l'émotion, et l'héroïsme. On peut faire un parallèle avec la machine médiatique mise en place pour faire accepter la guerre en Irak. Cette dimension apparaissait déjà dans "The Right Stuff" (L'Etoffe des Héros) de Philip Kaufman, où il était clairement montré que la médiatisation des astronautes américains participait à la légitimation du financement vertigineux du programme spacial. La notion de héros fonctionne toujours bien dans l'imaginaire américain, on l'a vu après le 11 septembre. La démonstration de Clint Eastwood montre l'opposition et la complémentarité entre la construction de mythes destinés à réconforter l'opinion publique, et l'héroïsme réel qui se contruit dans l'action, de façon instinctive et sans calcul. Et au final, on en revient toujours à John Ford et "L'Homme qui tua Liberty Valance": When the legend becomes facts, print the legend...
     
     

    Lien permanent 1 commentaire