Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

twittus politicus

  • Bloc-note express N°205

    valerie trierweiler, @valtrier, twitter, twittus politicusFini. Rédigé. Remis à l'éditeur par mail, hier soir, après un weekend marathon. Dopés au café et au Coca, Nico Prat et moi avons fini la rédaction du premier jet du manuscrit de notre second opus. J'aime bien opus. Ca sonne un peu ancien. Il y aura des corrections, des allers et des retours avant d'arriver à la version finale, celle qui sera imprimée et sortira en librairie début janvier. Mais c'est fait! Soulagement d'avoir mené à bien un projet initié en début d'année, peu de temps après la sortie des Miscellanées d'Internet. Cette fois-ci, nous nous sommes attaqués au discours polititique vu au travers des médias sociaux. Plus précisément, nous avons étudié le phénomène Twitter et son implantation dans la sphère politique. Décryptage, interviews. Nous avons rencontré du beau monde. Des gens passionnants et passionnés qui nous ont parlé de leurs convictions, de leur vision du digital, des stratégies de déploiement des outils numériques pendant les campagnes de la Présidentielle et des Législatives 2012. Nous ne remercierons jamais assez Valérie Trierweiler d'avoir, un jour de juin, permis à Twitter de rester un sujet plus que hype.
    Bref, une aventure s'achève. Une nouvelle va commencer. C'est cool!

    Pendant ce temps, d'autres projets d'écriture ont abouti. Dans le second numéro du magazine TANk, qui vient de sortir. Deux interviews, dont celle d'Eric Fottorino, l'ancien patron du Monde. Grand monsieur, à l'écriture raffinée. Dans les contributeurs du magazine, je suis cité en tant que journaliste. J'adore. Je suis venu à l'écriture par le blogging. Mais je dois tout à ceux que j'ai lu pendant des années, que de soit dans Libé ou Rock & Folk. Sans oublier Le Monde. Des pros. Je ne suis qu'un artisan. Un amateur, qui progresse au fil du temps.

    Et justement à propos de journalisme, ruez vous sur le numéro d'octobre de Rock & Folk. Pour qui j'adorerai écrire, cela dit en passant. Il y a un papier magnifique de Patrick Eudeline. Rock & Folk vaut son prix, uniquement à cause de l'article mensuel d'Edudeline. Cette fois-ci, il parle des Pussy Riot et de l'attitude punk. C'est quoi être punk? Côté musique, la chose est entendue. Green Day, The Offspring ne font plus peur à personne. C'est pop. On est loin du situationnisme des Pistols ou de la politisation des Clash. Il faut regarder du côté des Dead Kennedys et du toujours actif Jello Biafra pour l'activisme. Etre punk en Russie poutinienne, ce n'est pas une question de musique, c'est un état d'esprit contestataire qui peut vous mener en camp de travail. Mais Eudeline le raconte mieux que moi, avec érudition.

    A part ça... Septembre aura été le mois du changement. Le changement c'est maintenant. Ouaip! Fin d'une aventure entrepreneuriale. Début d'une autre aventure dans une agence au réseau international étendu. C'est cool. C'est rassurant. C'est l'occasion de passer trois jours à Londres pour rencontrer le bureau local, le hub européen. Diable, ces damnés Anglois sont toujours au centre du monde global. Et ils ont Jamie Oliver. Difficile de ne pas aller à Londres sans tomber sur un restau signé Jamie Oliver. Côté lifestyle et vie de bureau, les Anglais sont étonnant. Le bureau de Londres de l'agence où j'officie désormais dispose d'un Starbucks dans son hall d'entrée, et d'un mini-pub à l'extrémité de l'open-space. Et le jeudi soir, c'est "free drinks". Etrange sensation que de clore les affaires en cours une bouteille de bière à la main...

    Côté musique, deux interviews à retranscrire. Celle de Cerrone, rencontré en juillet à l'occasion de la sortie future d'une compilation de ses meilleurs morceaux, de la sortie de nouveaux, et d'un album de remixes par les DJs qui comptent aujourd'hui. Une rencontre passionnante avec un homme d'une culture musicale impressionnante. Et celle des Bewitched Hands. Belle rencontre avec des mecs et une fille simples, qui cartonnent avec une pop décomplexée. Je ne me serais jamais douté que Reims puisse être un tel vivier de talents rock/pop/electro. A lire bientôt icitte.

    Le nouvel album des Bewitched Hands tourne en boucle dans mon iPod. Pure merveille.

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 0 commentaire