Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

séo

  • Vous l'avez trouvé comment, Bayrou?

    Personnellement, je suis convaincu qu'il ne pouvait prendre d'autre position que celle qu'il a choisie. En l'occurence, pas de consigne de vote. D'abord, parce que je ne suis pas certain que lesdites consignes soient respectées. Mais surtout parce qu'il aurait dilapidé d'un coup le capital de confiance que lui ont accordé ses électeurs. Posture confortable direz-vous? Cohérence, surtout. On ne peut pas prôner une troisième voie et la refondation du paysage politique un jour et le lendemain appeler à un rallliement de circonstance. Malgré les appels du pied, plus ou moins dégoutés de Ségo et Sarko. Evidemment, on pense aux législatives. Un nouveau parti, pourquoi pas. Avec une vision morale, transcendant le clivage gauche-droite pourtant très fort. Tentant, séduisant. Idéaliste? Un peu. Mais un peu d'idéalisme ne peut pas nuire en cette fin de campagne, entre surenchère et coups bas.

    En attendant, et en pensant à un futur très proche, ça va être compliqué dans l'isoloir, dimanche 6 mai. Le vote blanc, s'il est tentant et cohérent, ne peut être une solution. A moins de parier sur les législatives et une forte percée du centre. Pas à exclure, la poussée du centre. Mais le vote blanc... Moralement difficile à assumer. Ca manque de couilles, pour faire court. Après, entre la peste et le choléra, que choisir? Voter contre? Voter contre l'un, dans un système binaire, revient à voter pour l'autre. Le moindre mal? L'économique ou le social? L'Etat omnipotent ou l'Etat omniprésent? Le libre entreprise ou l'économie acompagnée? Quel bordel! Le Père Fouettard ou la Mère Tapedur? Bande de salauds! Nous faire ça à nous! On attendra jusqu'au dernier moment. Avec notre noire conscience, comme Milou face à la bouteille de whisky du Capitaine Haddock. Avec le petit ange et le diablotin qui flottent et nous sussurent à l'oreille les pires conseils d'amis... Il y aura le débat du 2 mai. Avec, on l'espère tous, du sang sur les murs, de la tripaille, des bons mots, des vacheries, des saloperies, une perte totale de dignité... Bref, Gladiator... Alien vs. Predator... On verra.  (Cela dit, il se pourrait que ça soit étonnamment calme, posé, limite chiant... Mais le public serait déçu... Et puis le face à face, projet contre projet, en "live", sera un bon benchmark, comme on dit dans le marketing)... medium_donkey2.gif

    En tout cas, François, le Parti Démocrate, ça peut avoir de la gueule! Et puis à la différence des américains, tu pourras (tu permets que je te tutoies?) prendre comme symbole un cheval au lieu d'un âne. Là aussi ça sera cohérent!

    Lien permanent 3 commentaires