Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

placebo

  • Placebo à Mawazine, gros son sur Rabat

    Ca commence par une rencontre, enfin pas vraiment une rencontre, disons... Tu es au bar de l'hôtel. Et tu aperçois dans ton champ de vision une silhouette qui te rappelle vaguement quelqu'un. Capuche sur la tête, un peu en vrac... Mais oui, Brian Molko himself... Bref, y'a du Placebo dans l'air...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Musiques 4 commentaires
  • Power Balance, placebo, feng shui et moi

    power_balance.jpgJe teste le bracelet Power Balance. Car sa promesse est forte: l'amélioration de la performance. Certifié par des sportifs fameux, dont Shaq O'Neill. Du lourd. Certifé par des ambassadeurs: Andy Irons (?), Lamar odom (??), Rocky Romero (???), Todd Rogers (????), Willow Koeber (?????). Un caucasien un afro-américain, un latino, un barbu, une blonde. La diversité. Je suis rassuré.

    L'objet, un bracelet en silicone (100% chirurgical, dixit le site... Roooh! Impressionné je suis), avec deux hologrammes "visibles" Power Balance. Le bracelet s'étire jusqu'à 40% de sa taille, exactement comme... Mais je m'égare, reprenons nous.

    Les bénéfices: "Le bracelet Power Balance intègre un film de mylar encodé avec des fréquences qui d’après les témoignages réagissent positivement avec les flux d’énergie de l’organisme." C'est comme le feng shui. Faut gérer le qi (prononcer "tchi" en chinois dans le texte - précision indispensable pour les non-résidents du 13ème arrondissement de Paris, ou non familiers des trucs new age).

    "L’objectif poursuivi par Power Balance n'est en rien un concept novateur [...] La seule innovation réside dans la miniaturisation de la technologie, la rendant de fait adaptée pour les athlètes dans leurs disciplines respectives, mais aussi et surtout abordable pour le grand public." C'est écrit. Voili-voila, la techno c'est la feuille en mylar mi-nia-tu-ri-sée.

    "Les effets perçus sont très variables selon les personnes qui le portent. Certains ressentent un meilleur équilibre, une force accrue, une plus grande flexibilité alors que d'autres ne perçoivent pas de différence." Donc, en clair, parfois ça marche, parfois ça marche pas. Ca dépend. Des gens, des courants, de la vitesse du vent, de l'humeur du jour, de l'abrogation ou non du bouclier fiscal, de l'âge de la retraite à taux plein, de l'état de la jambe de Ben Arfa, de la longueur des mèches d'Erika Moulet, de la parution du prochain Amélie Nothomb et de l'évolution du CAC 40... Bref, c'es une question de foi. Comprenne qui pourra. L'idée géniale est de vendre l'objet 36€. Pas plus idiot que le Loto ou l'Euro Million!

    Donc, je teste. La première nuit, j'ai pas dormi. On m'a dit le lendemain: "Aaaaah! Malheureux, faut pas le garder la nuit." Peut-être, mais rien n'est indiqué sur le site. Le lendemain toujours, pêche d'enfer. Le surlendemain. Bof! 3ème jour aujourd'hui. Faut voir. J'ai eu une passion pour les sciences. Je crois aux vertus de l'expérimentation. Affaire à suivre.

    Enjoy!

    Lien permanent 5 commentaires
  • Dans mon Ipod ce weekend...

    Deux albums ce weekend dans ma sélection: du rock "mainstream", finalement assez plaisant malgré mes réticencesmedium_placebo.3.jpg initiales, "Meds" de Placebo. Guitares saturées, rythmique puissante. Brian Molko et ses deux compères délivrent une musique qui séduit à la première écoute. Bon, un peu comme ces vins chinois, séduisants, mais assez courts en bouche. A consommer tout de suite. Placebo a du succès, ça se comprend. Pas un groupe majeur, c'est certain, car pas assez innovant. Mais pas cérébral non plus, et de ce fait proche de l'essence du rock des origines. Un pur moment de plaisir. Un peu comme l'orgasme masculin. Court mais intense.
     
     
    medium_midlake.jpg
    L'autre album, un peu plus exigeant, que je recommande avant de l'avoir exploré de fond en comble mais dont un premier extrait m'avait séduit il y quelques mois, et que je viens d'acquérir: "The Trials of VAN OCCUPANTHERS" de Midlake. Pas du rock séminal, mais des climats éthérés. Belle musique. Quelques morceaux en écoute sur leur page MySpace. Un pur moment de bonheur. Un album comme on savait en faire dans les années 70, avant l'engluement qui allait donner naissance au punk-rock.
     
     Enjoy! 
     
     
     
     
    Et en bonus, comme annoncé la semaine dernière, l'album du siècle dernier: cette semaine, un monument, toujours enmedium_Bat_out_of_hell.jpg activité d'après un article récent lu hier dans la rubrique spectacles du Financial Times: Meat Loaf.
    Oui, vous avez bien lu, Meat Loaf! 59 ans et toujours sur scène... (Promis, je parlerai d'Iggy Pop, autre survivant notoire dans une prochaine chronique).
    En 1977, Meat Loaf, surtout connu pour un petit rôle de biker dans le cultissime "Rocky Horror Picture Show", sort le mythique "Bat out of Hell". En 77, en pleine vague punk! Lester Bangs n'a pas dû aimer. Et pourtant. Réécouté 29 ans plus tard, l'album n'a rien perdu de sa force. D'accord, à l'image de la pochette de Corben, c'est musclé, bourré de testostérone, pompier à mort. Mais la voix de Meat Loaf est puissante, les compositions de Jim Steinman démentes et la production de Tod Rundgren "hénaurme". Meat Loaf donna une suite à la saga Bat en 1993 (Bat out of Hell II) et on annonce pour la fin du mois "Bat out of Hell III"... On peut quand même craindre le pire. Il ne faut jamais tenter de ranimer les mythes.
     
     
     

    Lien permanent Catégories : Playlists 0 commentaire