Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

film

  • Commissariat et tranche de vies

    affiche-commissariat.jpgC'est un film documentaire. Une heure de tranche de vie d'un commissariat. A Elbeuf. Normandie. Tranche de vie ordinaire. Cellules de dégrisement, rondes de nuit, de jour, interrogatoires. Misère ordinaire du quotidien. La femme battue, l'alcoolique armé. Les discussions sur fond de banalité de la vie. L'échec du mariage. La solitude de la femme-flic post-rupture amoureuse. Les récits d'interpellations, quand une simple fouille au corps et la découverte d'une seringue se règle à coup de tonfa. Le sauvetage d'un enfant de l'incendie de la maison familiale. L'expression du sentiment fort d'avoir fait une belle action, un peu de soleil dans un quotidien morne. 

    Commissariat, d'Ilan Klipper et Virgil Vernier est un reportage où la caméra prend le parti de ne pas intervenir, où le journaliste ne se mêle pas des conversations. Il laisse au spectateur le soin de se faire son opinion. Parti-pris de neutralité bienveillante, l'image est crue, les êtres sont nus. Ni victimes, ni bourreaux. Un petit monde où des individus tentent de vivre ensemble. C'est la vie des gens. Sans jugement de valeur ni stigmatisation. 

    Un film à voir pour cette plongée dans l'instant. On n'est ni chez les super héros, ni chez Zola. Il n'y a pas cette vision noire et désespérée qui est le fond des fictions d'Olivier Marchal. Simplement des êtres dans leur humanité, ou ce qu'il en reste.

    Enjoy!

    Lien permanent 0 commentaire
  • A Single Man, film ou brand content?

    single man.jpgJe m'interroge. Tom Ford a réalisé un film. A Single Man. Avec Colin Firth et Julianne Moore. Tom Ford, le couturier, designer. Tom Ford, un artiste, certes. Une marque aussi.

    Quand j'ai vu la bande-annonce, je me suis interrogé. Esthétique de film publicitaire. On l'a reprochée à Jean-Jacques Beineix au siècle dernier. L'esthétique publicitaire. On l'a reprochée à Ridley Scott. La lumière parfaite, le cadrage léché. Le grain d'image travaillé au cordeau. La bande-annonce du film ressemble à un film publicitaire. Doit-on s'en offusquer? Non. Après out, une bande-annonce est un film publicitaire. Qui doit susciter l'intérêt pour le produit. Donner envie d'en savoir plus. Parfois, le film publicitaire est un film en soi. Baz Luhrman pour Chanel N°5 avec Nicole Kidman, par exemple.

    Mais revenons à Tom Ford. Je n'ai pas vu le film. Je m'interroge. Est-ce un film ou du simple brand content? Karl Lagerfeld est bien un photographe reconnu. Pourquoi Tom Ford ne serait-il pas aussi réalisateur? Mais le film lui-même, n'est-il pas simplement le fruit d'une opération de brand stretching. Un produit dérivé de la marque Tom Ford? Un contenu qui élargit et complète agréablement le territoire de la marque? Un cadeau pour les afficionados. Et un premier contact avec la marque pour les néophytes. Un contenu qui participe à la stratégie de communication de la marque Tom Ford.

    Qu'en pensez-vous? Le débat est lancé.

    Enjoy!

    Lien permanent 0 commentaire
  • Avant-première

    Avant-première  le 13 juin à l'Entrepôt (7/9, rue Francis de Pressensé - 75014 Paris - métro Pernety): Fragile(s) de Martin Valente.  Inscrivez-vous ici!!! Dépêchez-vous, il n'y en aura pas pour tous le monde!!!! 

    Fragile(s)
    Recommandé par des Influenceurs
    Lien permanent 2 commentaires