Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

connexion

  • Fonera... le doute

    J'ai un doute sur FON. Pas sur l'idée. Sur sa propagation...

    J'ai annoncé il y a quelques semaines que j'étais devenu Fonero. Avec enthousiasme. Pensez! Une initiative quasi-citoyenne fondée sur la mutualisation des connexions adsl. Je partage un peu de bande-passante en créant un hotspot FON, et partout où je vais, armé de mon ordinateur wifi, je peux me connecter gratuitement sur les hotspots créés par mes alter-egos Foneros... Idée géniale. Le web pour tous. Partout. Power to the people. Prenez et mangez en tous!!! 

    Au delà de la promesse, je dois avouer que je suis déçu. Le Fonero est une espèce rare. Le maillage encore bien distendu. Vous en connaissez des Foneros, vous? Je n'en connais aucun. Je n'en ai repéré aucun dans les zones où j'ai eu la chance de passer ces derniers mois.

    Où sont-ils? Où sont les geeks nomades connectés en permanence? Mon hotspot pourtant gratuit, n'est guère fréquenté. Ma bande passante peu sollicitée. L'internet mobile serait-il un fantasme? Un rêve de geek ou de journaliste techno exalté? Correspond-il a un besoin? L'offre de connectivité permanente ne serait-elle pas plus en avance que les besoins réels de la population? A moins que les tarifs particulièrement attractifs proposés par les fournisseurs d'accès soient justement suffisamment peu élevés pour permettre le développement d'un internet populaire. Et que la notion de connexion partagée ne corresponde pas à la mentalité française...

    Depuis mes déboires récents avec mon FAI, la réinitialisation de mon routeur, je n'ai pas réactivé ma Fonera. Je m'interroge...

    Et vous, êtes vous tentés, ou vous êtes vous laissés tenter par l'aventure FON? Qu'en pensez-vous? Faites-moi part de vos témoignages, expériences, enthousiasmes ou déceptions!

    medium_fon_header.png

     

    Lien permanent 11 commentaires