Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

che guevara

  • Contestacion, revolucion y Buena Vista Social Club

    Je ne parle pas un mot d'espagnol, hormis Cuando se come aqui?, vestige d'une lecture assidue de Lucky Luke. Je ne suis pas lecteur assidu d'Ignacio Ramonet, ni du Monde Diplomatique. Je ne suis pas Cubain, ni adorateur tardif de Fidel. 

    Du Che, je préfère retenir, au delà de l'icône bobo déclinée ad lib. sur les t-shirts, sac, tongs, posters, stickers, badge, cette chanson nostalgique, si hagiographique et si naïve de Carlos Puebla, Hasta siempre.

    L'air qui vous trotte dans la tête en ces matins où l'actualité ne parle que grèves, blocages, pénuries. Un peu de soleil caraïbe, un zeste de passion sud-américaine. 

    Buena Vista Social Club: Hasta siempre

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques 2 commentaires
  • Retour de vacances

    Hello jeunes gens! Mr Dubuc is back.

     

    ArcadeFire-TS.pngD'ici la fin de la semaine, je vous concocte une 45ème Madeleine et je passe à autre chose... Mais rassurez vous! Septembre, avant l'automne, c'est le grand retour de la série hebdomadaire "Dans mon iPod ce weekend". En septembre, pas avant car ce weekend, programme lourd! Rock en Seine. 3 jours de bruit et de fureur. 3 jours d'un régime alimentaire à base de kebab et de bière. Du lourd, vous dis-je! De toutes façon le Docteur Dukan n'est pas rock.

    Parlons de vacances, dont la bande-son a été The Suburbs, le dernier opus d'Arcade Fire. Une pure splendeur. Mais en matière d'Arcade Fire, je ne suis pas objectif. Quoique. Inconditionnel. Régine, Win et leurs chums chanteraient l'annuaire du Québec que je hurlerait de joie, nu sous la lune. En plus Arcade Fire fermera le ban à Rock en Seine, dimanche soir.

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Choses lues, Musiques 2 commentaires
  • Intermède politico-musical #6

    On a pu y croire. On a pu rêver d'idéaux révolutionnaires. On a pu avoir une vision romantique de la révolution, de la guerilla. Sur fond de photos d'Alberto Korda. On a pu avoir envie de tenter d'y croire encore. Malgré tout. On est revenu de tout. Restent quelques souvenirs, dont l'hymne de Carlos Puebla, Hasta Siempre. Buena Vista Social Club.

    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire