Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Retour de vacances

Hello jeunes gens! Mr Dubuc is back.

 

ArcadeFire-TS.pngD'ici la fin de la semaine, je vous concocte une 45ème Madeleine et je passe à autre chose... Mais rassurez vous! Septembre, avant l'automne, c'est le grand retour de la série hebdomadaire "Dans mon iPod ce weekend". En septembre, pas avant car ce weekend, programme lourd! Rock en Seine. 3 jours de bruit et de fureur. 3 jours d'un régime alimentaire à base de kebab et de bière. Du lourd, vous dis-je! De toutes façon le Docteur Dukan n'est pas rock.

Parlons de vacances, dont la bande-son a été The Suburbs, le dernier opus d'Arcade Fire. Une pure splendeur. Mais en matière d'Arcade Fire, je ne suis pas objectif. Quoique. Inconditionnel. Régine, Win et leurs chums chanteraient l'annuaire du Québec que je hurlerait de joie, nu sous la lune. En plus Arcade Fire fermera le ban à Rock en Seine, dimanche soir.

 

A propos de Rock en Seine, d'ailleurs, qui fera l'événement pipole? Façon Oasis (baston + split) ou Amy Winehouse (pas là)... Parions sur le sérieux de Roxy Music (sauf problèmes de prostate de Bryan Ferry... On ne sait jamais avec les rockers sexagénaires...). Un groupe ne se produira probablement pas... Où est le Swimming Pool... Suicide du chanteur m'apprend Libé ce matin. Un groupe qui disparait avant d'avoir accédé à la notoriété. On s'en fout un peu, non?

 

L'été fut riche côté lectures:

 

036.JPG"Che", de Pierre Kalfon, bio du Commandante Che Guevara, crépusculaire et non hagiographique. Le Che fut un jeune de son temps, un Kerouac sud-américain, qui finit par aller faire péter le système, avec comme ligne directrice une ascèse totale. Jusqu'à la rafale finale à La Higuera en 1967. Eût-il pu en être autrement?

 

Mainstream, de Frédéric Martel, un panorama global des enjeux culturels mondiaux, le choc des civilisations version médias et produits culturels... Au final tout le monde copie l'Amérique, Inde et monde musulman compris...

 

Mon Antonia, de Willa Cathers... Un pari... Lire le livre qui a été le cauchemar de ma fille N°1 pendant son année de Terminale... Un classique de la littérature US, mash-up de Tom Sawyer et La Petite Maison dans la Prairie (de Laura Ingalls Wilder)... Sans l'humour de Mark Twain.

 

Hagakure, de  Yamamoto Tsunemoto. Le livre du samourai. Un petit bijou écrit au 18ème siècle qui nous plonge dans la vie ascétique du samourai, régie par le code du bushido. Abandon total de soi, culte de la mort. Avec en prime quelques savoureuses anecdotes sur la meilleure façon de pratiquer la décapitation au sabre.001.JPG

 

Monstrueux, de Natsuo Kiruno. Une description impitoyable du Japon contemporain, société aux castes immuables. Les héroïnes de Kirino choisissent la prostitution comme seule possibilité de maitriser leur destin... Glauque et fascinant.

 

Bitterroot, de James Lee Burke. Polar noir chez les ploucs du Montana. Flics pourris, suprématistes, milices, corruption. L'Ouest américain comme il ne fait pas rêver. Puissant!

 

L'été fut l'occasion de se coucher à point d'heure en regardant la saison 8 de 24h00. Jack Bauer, même pas mal vient à bout des infects suppôts de Satan qui menacent l'Amérique. Torturé, blessé, il se remet vite de ses petits bobos et applique le Talion à la lettre avec générosité. Distrayant spectacle qui m'a valu de veiller pendant une semaine jusqu'à 3 heures du matin...

 

rita01.jpgJ'en ai profité pour voir un classique, Gilda, de Charles Vidor. Pure merveille de sensualité LA Rita Hayworth! De méchants nazis, des argentins à la dérive, et une fin heureuse... Et quand elle retire son long gant de soie en chantant Put the blame on mame... Roooooh!

 

L'été fut celui de la déconnexion partielle... Déconnexion subie, mon lieu de vacances insulaires permettant au mieux une réception aléatoire du signal 3G... Bref, un état de fait qui vous replonge dans les temps héroïques des débuts de l'Internet grand public... Ecole de patience. Patience perdue depuis longtemps.

 

L'été fut celui de la baignade. Qu'on se rassure, l'auteur de ce billet s'est baigné une fois dans des eaux normandes ayant du dépasser exceptionnellement les 19°C... Evénement ayant été suivi de 2 jours de pluie. Conclusion: ne jamais bousculer l'ordre des choses, mettre trop de yin dans le yang ou détourner les flux du qi! Sinon, c'est le bordel!

 

A part ça... Rien.

 

Enjoy!

Lien permanent Catégories : Choses lues, Musiques 2 commentaires

Commentaires

  • Je ne sais pas si Rita Hayworth met trop de Ying dans le Yang mais je me prêtrerais volontiers au jeté de gant avec elle !
    N'ayant pas vu Gilda, tu me donnes bien l'envie de bondir sur ce film mythique dès que l'occasion se présentera - pas sûr que ma Neufbox le propose dans son pauvre catalogue VOD :-/

  • Fais moi penser à te graver un dvd!

Les commentaires sont fermés.