Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cat stevens

  • #15 - Les Madeleines de Mr Dubuc: Cat Stevens

    Marc B va encore pouvoir me traiter de vieux baba. Cat Stevens, avant sa découverte de l'islam. Dans son trip sexe, drogue et folk. Pas rock'n'roll, n'exagérons pas. Et n'offensons pas les mânes d'Elvis Presley, Jerry Lee Lewis et Keith Moon. Le rock'n'roll, c'est l'attitude. Cat Stevens n'a ni épousé sa cousine mineure, ni plongé sa Rolls dans une piscine ni détruit de chambres d'hôtel. Peace, man. Cat Stevens, c'était plutôt l'ambiance shilom, patchouli et fleurs dans les cheveux. N'empêche que réécouter Father and Son fait dresser les poils sur l'épiderme. Un peu comme quand après la rivière Stewball est tombé, quand le vétérinaire d'un seul coup l'acheva, etc, etc.

     

     

     

     

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Les Madeleines de Mr Dubuc, Musiques 0 commentaire
  • A propos de chats...

    Comme un gamin... qui va accueillir chez lui un chat... Un chat de rocker qui ne peut s'appeler qu'Elvis. En cours de sevrage, Elvis... il n'a qu'un mois à peine...

    En attendant... la playlist spéciale Chats et Rock'n'Roll...

     

    Enjoy!

    (Toutes suggestions bienvenues!!!)

    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire
  • Dans mon iPod ce weekend...

    ... Yusuf...Yusuf Islam... Ca ne vous dit rien? Rangé des voitures, du sexe de la drogue et du rock'n'roll en 1977...medium_yusuf.jpg Converti à l'islam et ayant renoncé à une carrière florissante. Ayant été, disons-le plutôt ambigu, lors de la fatwa contre Salman Rushdie, s'étant refait une virginité depuis en affirmant sa distance par rapport à l'islam radical...Yusuf "Cat Stevens" Islam revient... Alors, cynisme absolu, volonté secrète de miner l'occident corrompu... ou authentique volonté de jeter des ponts entre Orient et Occident, de lutter contre le clash des civilisations? A la première écoute, étonnement, la voix n'a pas changé, rien n'a changé, comme si le temps s'était arrêté, comme si les trente années hors du show biz n'avaient pas existé, comme si entre Tea for the Tillerman et Another Cup, le temps n'avait eu aucune prise... D'ailleurs... Another Cup.. of Tea for the Tillerman? Comme un clin d'oeil...

    Un plaisir un peu suranné, comme si le punk n'avait jamais existé, comme si on revivait les heureuses années 70, l'insouciance où mis à part le Biafra, le Vietnam et l'empire soviétique, le monde était simple.

    Quelques morceaux de l'album en écoute, ici

     

     Enjoy! 

     
    Lien permanent Catégories : Playlists 0 commentaire