Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Interview Express : Yann Landry - Tadam Records

Comme le disait Steve Jobs, "stay hungry, stay foolish". Le gourou californien n'avait pas tort. Surtout dans une période où d'aucune déclarent doctement que "la bamboche, c'est terminé". La bamboche... Juste le moyen d'échapper à la routine mortifère des allers et retours plumard-table du salon où trône l'ordi. Qu'y a-t-il de plus déprimant qu'un sketch de Jean Castex? Un lapdance de Macron? Un strip poker avec Marine Le Pen? Un gang bang avec Mélenchon? Un débat sur les fondements de la métaphysique des moeurs avec Nabilla? La période est grave les amis. L'ennui gagne. On a fait le tour des séries Netflix. Les voisins n'aiment pas le death metal. Mauricette ne donne plus de nouvelles depuis sa vaccination. 

Il semble actuellement être plus facile de rencontrer Dieu au détour d'un pilier de Notre Dame que d'espérer un geste positif pour la culture - plus de concerts, l'ensemble d'un secteur et de ses acteurs oubliés au nom de quoi? Du désintérêt national, peut-être. Que faire quand ton métier c'est de travailler à la promotion d'artistes et que TOUT se ligue contre toi. Putain de loi de Murphy. La tartine est tombée du côté de la couche de Nutella et reste bien collée au sol. Que faire? Que faire? Bouffer du Xanax? Se pendre? Ou imaginer des moyens de s'en sortir, se réinventer. Repenser son métier. C'est pas de la résilience (terme aujourd'hui affreusement galvaudé), c'est de la RÉSISTANCE. 

Yann, on a d'abord échangé par mail. Il s'occupe d'artistes indé, un portefeuille de belle qualité parmi lesquels The Hyènes, The Yokel, Rest in Gale, The Twin Souls... Il s'est pris le mur du confinement et de la pandémie en pleine face depuis presque un an. On a descendu quelques bières lors du rare moment de liberté dont nous avons bénéficié entre deux phases de confinement couvrefeuté. Et là, il lance son label, Tadam Records. Avec plein de valeurs positives. Et une belle ambition. Et ça, c'est important. C'est courageux. C'est couillu. Donc, on salue l'initiative, on encourage, on s'enthousiasme, on soutient, on écoute. Comme disait Steve précédemment cité, "stay foolish". Il faut être bien frappé pour oser se lancer dans un contexte pareil! Et se réinventer. D'ailleurs, si l'on se réfère à cette longue analyse de l'excellent Gareth Murphy, 2021 pourrait être une véritable année de renaissance pour le marché de la musique!!!

Tadam Records, un label rock né de la pandémie, écocitoyen, égalitaire, coopératif. Le site est là. Longue vie à Tadam Records!

Et place à l'interview! 

Si tu ne devais ne garder qu’un seul album de toute ta discothèque ?

J’aimerais en garder plus d’un ! Ma discothèque forme un tout inaliénable qui grossit de jour en jour. Mais alors très probablement « News Of The World » de Queen, avec le trio magique du début : « We will rock you », « We are the champions » et « Sheer Heart Attack ».

J’ajoute quand même en le planquant dans ma poche l’album « Nino et Radiah » de Nino Ferrer, parce qu’il est merveilleux.

Si tu ne devais garder qu’une seule chanson ?

« Don’t Stop Me Now » de Queen, encore. La chanson qui rend le plus joyeux au monde, cela a même été prouvé scientifiquement !

Le truc le plus inavouable caché dans ton iPod, iPad, collection de CDs, K7, vinyles, favoris de ta plateforme de streaming, etc ?

Un p’tit Ménélik, MNLK est dans la place, alors j’te dirais « Bye Bye » ahahah !

Le truc le plus triste - celui qui te plonge dans un abime insondable de tristesse ?

Tout l’album « Murder ballads » de Nick Cave and The Bad Seeds. 

Le truc le plus joyeux - qui te donne la patate et que tu écoutes systématiquement pour te rebooster ?

Voir question 2 ! 

Le morceau que tu ne peux plus écouter ?

Depuis qu’il a embrassé un flic et invité à voter Fillon puis Macron, j’ai beaucoup de mal à réécouter « Hexagone » de Renaud. La vieillesse, ce naufrage…

Le morceau ou l’artiste que tu zappes systématiquement ?

Tous les bazars d’AC/DC, tout le temps la même chose sans intérêt, à la fin de chaque refrain de chaque chanson, on peut gueuler « Thunder », ça passe. Je suis pour la retraite à 60 ans de manière générale ahah !

Idole absolue - s’il n’en reste qu’une ?

J’vous étonne si je réponds Freddie Mercury ? 

Kim Jong-un ou Kim Kardashian (ou Kim Wilde, Kim Basinger, Kim Deal, Kim Dotcom, Kim Fowley, etc.) ?

Kim Basinger, parce que Wayne’s World, duo de films culte de mon adolescence. 

Ton objet-culte, ton doudou ?

Mon smartphone, mon assistant et second cerveau, c’est dramatique, non ?

Drogue préférée ?

Le Rock et les concerts, les concerts de rock et le rock en concert.

Alcool préféré ?

Le rhum orange, élu par moi-même boisson de l’année pour tenir le coup en 2020.

Tes premiers mots en tant que Miss France ?

Je serai la dernière Miss, je dissous ce comité infernal paternaliste, rétrograde et sexiste, puis je sors de scène en brûlant mon écharpe d’apparat. 

Fuir mais où ?

Entre deux moelleux écouteurs bien puissants, fermer les yeux, et on y est.

Si tu ne devais faire qu’une seule émission de télé ou de radio ?

Par Jupiter, sur France Inter parce que je suis un immonde gauchiste et pour avoir une discussion surréaliste avec Manoukian et Hippolyte Girardot et avoir le débat du fan ultime de Queen avec Thomas VDB. 

Film culte de chez culte ?

After Hours, un « petit » Scorsese délicieux de 1985, une nuit de folie intense. Il n’y a ni de Niro, ni di Caprio, juste un acteur très peu connu Griffin Dunne, ce qui est parfait pour mieux s’identifier à cet anti-héros qui subit de bout en bout. Et dans les seconds rôles, on retrouve Rosanna Arquette, qui fait peur, et Linda Fiorentino, pas moins…

Livre culte de chez culte ? 

Les Notes du sous-sol de Dostoïevski. Court chef d’œuvre amenant à ses ouvrages fleuves. 

Marc Lévy ou Guillaume Musso ?

Mais qui êtes-vous, messieurs ?

La fin justifiant les moyens, jusqu'où es-tu prêt(e) à aller pour faire partie des 50 personnalités préférées des français ? 

Je ne suis prêt à rien du tout pour me retrouver dans une liste à la con avec Noah, Goldman et Mimi Mathy…

Un dernier mot ?

Soyez curieux ! Sortez des sentiers battus pop et venez découvrir notre nouveau label TADAM RECORDS, rock, écocitoyen, égalitaire et coopératif. Cinq groupes pour faire la bamboche en 2021 ! Tadam Records est un enfant à la fois tragique et optimiste né du confinement mondial de 2020. Nous proposerons bientôt des adhésions annuelles au label pour recevoir les albums de nos groupes tout au long de l’année, en direct du producteur !

TADAM ! 

tadam records, yann landry, indé

Catégories : Interview express, Musiques Lien permanent

Écrire un commentaire

Optionnel