Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Deux mois sous Android, bilan provisoire (épisode 1)

one plus, smartphone, androidJ'étais tenté par le smartphone à grand écran. L'âge sûrement. Les doigts imprécis, la vue qui baisse... Non, j'déconne. Mon iPhone 5s était devenu anxiogène. Sérieusement. J'ai eu le 6+ entre les mains. Et puis, j'ai décidé de franchir le pas... et de passer à l'ennemi. Récit en plusieurs épisodes.

Anxiogène l'iPhone 5s? Oui... Quand tu pars le matin, batterie à 100%, qu'à 10h00, après une utilisation normale (téléphone, tweets, musique, gps) elle est à 40%... ta seule obsession devient vite le repérage d'une source d'alimentation, une prise électrique. Même dans les salles de cours, tu dois les partager avec 25 à 30 étudiants dans le même état d'hystérie. Même dans les salles de réunion. Il y a le Mac, bien sûr, comme batterie de secours. Il y a la méga batterie Mophie qui te permet une recharge, mais qui double l'épaisseur de la bête. Et je ne parle pas du voyage en train... Le train, cette boîte de conserve sur roulettes aux couleurs chatoyantes où la prise est encore denrée rare. Tu en trouves une et tu te transformes en Gollum en sussurant "my precious" pendant tout le trajet... Et je ne parle pas du déplacement à l'étranger...

Bref, envie de changer.

Je m'interroge, tempête sous un crâne. Mon opérateur mobile me propose les iPhone 6 et 6+ à un prix pornographique... C'est simple, soit tu le payes "pas cher" et le forfait mensuel attteint un Everest, soit tu rognes sur le forfait et le prix du téléphone-objet-du-désir va se ballader dans les altitudes fréquentées par Felix Baumgartner... La belle affaire. Qui donne envie de baffer à tour de bras le taulier de SFR et celui d'Apple. En général - je fais là un aparté - on se rabat sur le malheureux télévendeur qui tente de vous expliquer, en lisant bien sa doc, que c'est un impératif catégorique d'avoir les sms illimités et pleins de gigots de données moyennant 150€ par mois pour toucher l'iPhone 6+ "rien que pour toi mon ami tu es mon premier client de la journée cela porte bonheur" à 500€... Passons.

NO WAY!

Et là, ma fille me parle de One Plus, cette petite marque challenger qui fait des smartphones grand écran à des prix défiant toute concurrence. Je suis curieux. Je file sur le site. Et... il ne se passe rien. Enfin, je ne peux rien faire. Car pour chez One Plus un téléphone acquérir, parrainé il faut être. Connaître quelqu'un qui possède déjà un One Plus trouver je dois, me dis-je d'abord en mon for intérieur, puis à la cantonnade. Selon le principe des 6 degrés de séparation cher à Stanley Milgram et celui de l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours, je récupère un code de parrainage.

Je commande la bête. 315€ frais de livraison compris. Ecran de 5'5 pouces, 64 Go. Tout fin. En entrant chez One Plus, la marque te donne le sentiment de pénétrer dans un petit cercle d'initiés. Bon sens du marketing, valorisation du client. Pour le reste, c'est pour moi l'entrée dans un territoire inconnu, le monde d'Android. Après 6 années sous iOS...

A suivre...

Lien permanent Catégories : Geekeries 2 commentaires

Commentaires

  • Ah non, ne t'arrête pas comme ça si vite... J'ai envie (besoin ?) de ton retour sur le OnePlusOne !!

  • Non Antoine ne t'arrête pas si vite !!! .... La suite ++++++

Les commentaires sont fermés.