Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bloc-note express N°160

france-brésil, les bleus, stade de franceLa semaine passée fut sportive. J'en entends qui rient sous cape. Aller au Stade de France supporter l'équipe éponyme, n'est point sport pratiquer. Certes. Mais la FFF avait bien fait les choses. Un joli drapeau bleu-blanc-rouge sur chaque siège, à agiter à l'injonction du chauffeur de stade. La Marseillaise bramée en choeur. Qu'il est doux de brâmer en choeur. Encore un truc qui me colle des frissons le long de l'échine. C'est viril, martial. Et on les a eus les Brésiliens. D'ailleurs les quatre baltringues surexcités du rang de devant l'ont moins ramené, une fois que leur équipe eût encaissé le but de Benzema. Non, mais. Imaginez la scène, notre héros, ci-devant auteur de ses lignes et ses deux potos (Merci à mon camarade S. pour son invitation à cette grand messe!), coincés entre une rangée de Brésiliens sous speed, et une classe de gamines de 6ème fort en voix... Bref, nous en ressortîmes plus sourds qu'après un concert de Motörhead la tête dans les baffles... A part ça, nous pratiquâmes la Ola avec grâce.

Sport toujours, affutage en règle pour affronter les descentes alpines. Séances de Power Plate spéciales "préparation des pattes postérieures". On ne rigole pas. 

Sport encore, rugby, option allongé dans le canapé, une Corona au bout de la patte antérieure droite. Supériorité de l'humain sur le singe et le chat: le pouce opposable, qui permet de manipuler la télécommande, tenir un drapeau et  boire une mousse en commentant d'un ton docte les choix stratégiques de Marc Lièvremont. On a gagné sur le fil. Les Irlandais sont renvoyés dans les champs de trèfles de la verte Eirin. Va falloir être un peu plus précis face aux sournois Rosbifs dans deux semaines, les gars.

Tout ce sport... true grit, joel & ethan coen, jeff bridges

A part ça, vu True Grit, le nouveau film des Coen Brothers. Western très classique, qui n'a pas le charme pervers de No Country For Old Men, ou l'humour noirissime de Fargo. Ma fille N°3, 11 ans a aimé. C'est dire si le film n'est pas gore... Aimable divertissement old school.

Bande-son: Anna Calvi, toujours. 

Enjoy!

 

 

 

Lien permanent Catégories : Bloc-note 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.