Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un anglais point de vue à propos des prochaines présidentielles élections

Plutôt que lire et relire les analyses de la presse française sur les primaires au PS et les dernières embuscades au sein de l'UMP, jetez-vous sur le numéro que The Economist consacre cette semaine à la France...

medium_Maggie_thatcher.jpgEn couv', une douce provocation de nos amis d'outre-Manche: sous le titre, "What France needs", une photo en pied de Lady Thatcher... Le message est clair.

Les rédacteurs de The Economist donnent une vision positive de la France, de son potentiel et de son urgent besoin de réformes radicales qui lui permettront de rebondir. Ils comparent l'état de la France de 2006 à celui de l'Angleterre de la fin des années 70. Maggie donna un grand coup de balai et la britannique économie repartit d'un pied fort et ferme.

Pour The Economist, les élections de 2007 offrent à la France une chance de rebond. Certes, mais s'interroge-t-il, pour qui voter? Tout comme le FT il y a quelques semaines, il revient sur ce magnifique exercice d'illusionnisme qui permet à deux candidats présents sur le devant de la scène politique depuis plus de 20 ans d'apparaître comme des personnalités neuves (voir post sur le sujet, ici)... Il fait un benchmark rapide du potentiel de chacun. Pour l'Economist, le discours de réforme radicale de Nicolas Sarkozy ne passera pas forcément l'épreuve de la rue, une fois élu. Et les candidats socialistes, après un discours de campagne marqué à gauche pourraient droitiser leur action, une fois au pouvoir, pragmatisme oblige, ça s'est déjà vu...

The Economist conclut son édito par une phrase optimiste: " If the next French president can push through the reforms needed to restore the country's competitiveness, France could rebound far more quickly than the déclinologues assert ".

Si c'est pas de la positive attitude, ça!!!!

 

technorati tags:

Lien permanent 2 commentaires

Commentaires

  • La différence entre les anglais et nous, coqs gaulois, est l'approche objective des situations que ce soit par rapport à leur propre pays ou les autres pays comme la France.
    Donc ça va la peine de jeter un oeil sur le dossier de The Economist cette semaine ... et je repasserais par ici après l'avoir lu.

  • L'approche de The Economist est pragmatique et va au-delà des tabous traditionnels qui phagocytent souvent la pensée dans les médias français.
    Aussi, The Economist "ose", ce que la presse française ne sait pas (plus ?) faire.

Les commentaires sont fermés.