Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

stallone

  • Expendables 2, quand le budget botox est supérieur au budget scénario

    expendables 2Ancien ado des années 80, ayant grandi bercé par une forme de cinéma bourrin (qui fut produit à une époque lointaine par Menahem Golan et Yoram Globus, Cannon Group) où de gentils américains aux muscles hypertophiés allaient mitrailler tout ce qui sentait de près ou de loin le communiste, qu'il soit Russe, Vietcong ou Chinois, je ne pouvais manquer le deuxième volet de la franchise Expendables. 

    Le premier opus fut la bonne surprise de l'été 2010. Certes, ce n'était ni du Godard ni du Bergman. Mais ce film où l'action prime sur la réflexion avait le mérite d'une relecture presque classieuse de ce cinéma d'action des années 80 filmé à l'arrache sans trop d'effets spéciaux ni de travail sur les cadrages, les plans classieux et les effets de caméra. Les années 2000, l'esthétique clip ont fait monter en gamme, du moins visuellement parlant ces nanars où le taliban et les narcos ont allègrement remplacés les Rouges. 

    Que dire d'Expendables 2? C'est joyeusement débile, comme une blague potache de vieux potes, qui un soir de biture se disent que ça serait cool de faire un gigantesque mashup de toutes leurs exploits passés. Et accessoirement d'empocher un peu de cash au passage. Voire beaucoup. On peut clairement affirmer que le scénario a été écrit sur un coin de nappe en papier, voire un sous-bock de bière, genre: "les gentils musclés américains surarmés vont aller péter la gueule à des mecs chelous surarmés d'Europe centrale qui veulent s'approprier du plutonium qui ne leur appartient pas pour se faire un max d'argent sale". OK, le scénario, c'est fait. Stallone appelle Schwarzy, Willis, Van Damme. Il n'appelle pas Chuck Norris, on n'appelle pas Chuck Norris. D'ailleurs Chuck Norris n'a même pas eu besoin de participer au tournage de ses scènes, car il EST Chuck Norris. Stallone rappelle Jason Statham, qui se dit qu'ayant fait Transporter, qui plus est produit par Luc Besson, il ne peut descendre plus bas, et qu'en plus ça va l'inscrire au panthéon des burnés stéroïdés, dont un a été Gouvernator de Californie, c'est dire... Ca ne mange pas de pain, comme on dit.

    expendables 2, chuck norris, stalloneNos musclés vont à la salle de gym, soulèvent la fonte (un peu), se gavent de créatine (un peu plus), et comptent sur l'imagerie numérique pour faire des miracles. Et ça marche. Le biceps est saillant comme il faut. Côté tronches, le botox fige un peu les expressions. Enfin, Sly avait déjà la moitié du visage statique. Pas de miracle. Statham, bien que plus jeune, a une seule expression. Tout comme Dolph Lundgren. Quant à Chuck Norris... Well, le Botox s'est chucknorrissé. Imaginons le possible: Sly Stallone invité à Paris pour recevoir un César d'Honneur en février 2013, pour l'ensemble de sa carrière. Standing ovation, discours: "Well, I wanna thank the R&D team that made all this possible, my surgeon, etc." A cette aune-là d'ailleurs, à la fin de la même année, les Bogdanoff Brothers pourraient recevoir le Prix Nobel de Physique...

    Mais revenons à nos Expendables. Le film est très pédagogique. L'Amérique, c'est cool, il y a des bars de bikers sympa, des Harley et de la bière. L'Europe centrale, c'est crade, les gens sont mal sapés, il y en a un ou deux qui parlent anglais, toujours pour se plaindre de leurs petits problèmes de pauvres. Une scène du film se passe à Paris, scène assez fugace, il faut le dire... Plan 1: Vue aérienne avec Tour Eiffel. Plan 2: Immeuble HLM craspec, plan manifestement tourné en Europe centrale pour des raisons budgétaires. Mais avec une Citroën DS vintage en arrière plan pour faire français. Pour revenir à l'Europe centrale, on se croirait dans Borat... Pédagogie toujours, le bad guy du film, interprété par JCVD, au top de sa forme, aware comme jamais, s'appelle Vilain. Au moins, on est prévenu. Pas de rédemption possible. Comme si dans un film d'Olivier Marchal, le super badass s'appelait Enculé...

    Expendables 2, c'est environ 1h30 de baston, mitraillages et explosions. Et à la louche, 12 minutes de dialogues, avec philo virile à deux balles (un peu) et auto-citations (beaucoup).

    A part ça, ai-je aimé la chose? A chaud, oui. On ne risque pas l'AVC avec ce type de film. J'aurais aimé un petit effort supplémentaire côté scénario. La même chose confiée à Robert Rodriguez et Tarantino. A choisir, autant revoir Rambo (First Blood), Last Action Hero et Piège de Cristal (Die Hard)...

    Enjoy! 

    Lien permanent 0 commentaire
  • Expandables, 100% crétin, 100% jubilatoire

    the_expendables_43.jpgPlus c'est con, plus c'est bon, serait-on tenté de dire... Avec The Expandables, on atteint une forme nouvelle d'orgasme béat, quelque chose qui, pour les anciens ados des années 80, rappelle cette phase ingrate avec acné, poils rares au menton et fantasmes improbables.

    Stallone nous a concocté un film de mecs. Tetostéroné à mort. Stéroïdé comme jamais. Botoxé ausi. car les héros du cinéma d'action des années Reagan, Stallone, Schwarzenegger, Lundgren, Roberts et Rourke ont pris un gros coup de vieux. Dieu merci, le Viagra et les collagènes ont réparé des ans ce qui était réparable dans l'irréparable outrage!

    Eut-il été filmé 30 ans plus tôt, The Expandables aurait eu l'image crade du film de série B. En 2010, la photo est soignée. Le son est mixé aux normes du Dolby surround THX machin. Ne manque que la 3D! Les moteurs vrombissent dans les graves, en harmonie avec les voix de basse des héros fatigués. Les coups de poing, de flingue vous chopent au plexus. Un film viril.

    Viril avec de l'hémoglobine, sans tomber dans le gore. Car le sang est versé par les nombreux soldats ennemis, chair à canon des dictatures et des scénaristes, abattus, égorgés, démembrés, explosés. Giclées généreuses. Presque pornographiques.

    Sensible. Car Stallone est un malin. Adrian était le Yang de Rocky. La touche féminine qui humanisait le cogneur de Philadelphie. Après avoir considéré que la situation puait grave (histoire de faire semblant de parler djeunz), Sly est prêt à renoncer à 5 millions de dollars de prime, juste rétribution de la mission cassage de gueule et flinguage de dictateur sud-américain appuyé par un ignoble ex-agent de la CIA. Il n'y retourne que pour la fille. Sacré Sly! Foule sentimentale, on a soif d'idéal, comme le chantait ce vieux Souchon.

    Côté pitch, les scénaristes ne se sont pas foulés: "Il y a un problème en Amérique du Sud. The Expendables sont la solution. Pif, paf, bang. Accolades viriles. Générique".

    Bon, la semaine prochaine, j'irai voir Salt. Le scénar est le même, mais le joli corps musclé d'Angélina vaut le détour parait-il.

    Au fait, j'ai vu Inception. J'ai adoré. Et quant à savoir si la toupie s'arrête ou non... Allez voir The Expandables, ça vous reposera le cerveau!

    Enjoy!

     

    Lien permanent 1 commentaire
  • Rambo revient...

    Rambo, First Blood en VO... Le premier, le meilleur de la série. Le pitch: un réel problème de société, la réinsertion des vétérans du Vietnam dans la société civile... Ou comment John Rambo, machine à tuer surentraînée, a du mal à envisager sereinement une carrière de vendeur de Quarter Pounder with Cheese au MacDo du coin de la rue. Du fait du plein emploi et de sa coupe de cheveux, le sheriff local, un redneck borné le pousse à bout. Problème qui devrait par ailleurs se réitérer avec les vétérans d'Irak dans les années à venir. Quelques scènes croquignolettes, comme celle où John Rambo rafistole une plaie béante avec une aiguille et du fil de pêche, à vif... Yummy!

    Rambo 2... grosse daube anticommuniste. Le pitch: le retour de la vengance. Rambo revient au Vietnam pour sauver les MIA des griffes des meuchants niaks cocos. Séances de tir à l'arc mignonnettes, égorgements au couteau de chasse. Grosse compétition à l'époque avec Chuck Norris sur un thème similaire... Guerre des studios sur un créneau porteur sur fond d'exorcisme du 'Nam... Et volonté inconsciente de faire oublier la désagréable impression laissée par Apocalypse Now et Voyage au bout de l'Enfer...

    Rambo 3... über-bouse anti-communiste. Le pitch: Rambo n'est pas content du tout. Il y a de meuchants cocos russes qui se tiennent très mal en Afghanistan (who have an unappropriate behavior in Afghanistan, en version politically correct). Il faut aider les rebelles pour détruire l'Empire du Mal, Darth Vador et l'Etoile Noire... C'est la version américaine du devoir d'ingérence cher à Bernard Kouchner... Il y avait sûrement déjà à l'époque des Talibans sur place... Des barbus avec des turbans... qui grâce à la formation dispensée par ce pédagogue-né de John Rambo, donnent du fil à retordre aux troupes américaines quelques années plus tard... Comme quoi, faites des cadeaux et donnez des coups de main...

    On pouvait craindre le pire l'an passé avec la réapparition de Rocky Balboa... Le film a finalement tenu ses promesses, enfin, disons plutôt, tenu la route, car qui en 2006 en attendait encore quelque chose... On osait toutefois pas croire que Rambo pouvait faire une réapparition... Et pourtant... La preuve par l'image, dénichée sur Youtube:

    Le pitch (source Allociné): John Rambo est engagé par une ONG pour les protéger des pirates Birmans durant une mission humanitaire destine à aider le peuple Karen... Selon un site de fan, découvert au hasard d'une recherche Google, Sly aurait même "souhaité que le héros revête une attitude plus chrétienne"... Il est vrai qu'il a rarement tendu la joue gauche... sauf pieds et points liés... Et avec des dommages collatéraux assez conséquents, pour manier la périphrase...

    Une question me taraude... Stallone revisite ses personnages fétiches... Un homme se penche sur son passé. Je sens que les Cahiers du Cinéma et les Inrocks vont adorer cette mise en abyme. Mais à force de remonter le temps, rien ne nous garantit que Sly n'aura pas la tentation de tourner l'Etalon Italien 2... Sponsorisé par Cialis ou Viagra?

    Vous avez aimé cet article? Votez ci-dessous!

    Lien permanent 1 commentaire