Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

maras

  • Bloc-note express N°108

    Activité bloguesque ralentie des derniers temps. Rythme de publication modéré... Trop de taf'? Non! Le plaisir de repartir à donf', comme on dit! Pour résumer: conférences, formations, briefs, recos... A écrire, concevoir, vendre, réaliser. L'odeur de la poudre, l'excitation de la création d'entreprise. Les montées d'adrénaline d'un nouveau départ! Il y a eu la start-up, et ses difficultés économiques. Pendant un an. Bilan positif malgré tout, car l'envie d'entreprendre s'est inscrite dans le paysage, comme une évidence. La capacité à aller de l'avant, à se motiver, à foncer dans le tas, à attaquer "dans le dur".

    Etat des lieux: formations au personal branding pour une agence de media training, Personnalités. Et création d'une agence de conseil en stratégies communautaires avec une associée. Plus d'infos prochainement! Et des missions de conseil...

    En termes de stratégies communautaires, il y aurait  redire à la communication de la Fédération Française de Football, et de son entraineur/sélectionneur... Laisser Thierry Henry en première ligne, se faire massacrer par l'opinion publique internationale n'est pas glorieux. La qualification est entachée. L'équipe de France devra se défoncer pour offrir un parcours sans faille, exceptionnel, en Afrique du Sud, pour reconstruire son aura. C'est mal engagé... Le business occulte du foot a pour l'instant pris le dessus sur les performances sportives.themcrookedvultures.jpg

    Rock... L'album de Them Crooked Vultures. Du rock puissant. Un super groupe comme on n'en faisait plus depuis les années 70, combinaison de talents, Led Zep+Nirvana+QOTSA... A écouter à fond!!! Tant pis pour les voisins!

    CouvCI994.jpgA lire cette semaine, Courrier International et son numéro consacré au Sommet de Copenhague. La planète peut encore être sauvée. Une magnifique compilation d'articles du monde entier qui remet en perspectives les idées reçues, apporte des pistes de réflexion, fait le tri entre fantasmes, rêves et réalités.

    Du cinéma, après la Vida Loca, Sin Nombre. Deux films sur les mareros. Un reportage. Une fiction. Deux films complémentaires. A voir absolument, pour comprendre ce que sont les Maras, ces gangs sud-américains, véritables familles pour leurs membres. Violents, désespérés. Survivre le flingue à la main. La vie ne valant à peu près rien.

    A part ça, ma fille N°1 a participé à sa JAPD la semaine dernière... JAPD = Journée d'Appel et de Préparation à la Défense. Ce qui me rappelle qu'elle va avoir 18 ans... Et que mes souvenirs de bref contacts avec la chose militaire remontent à 1985 pour ce qu'on appelait les 3 jours... Apparemment, rien n'a changé... Tests de français... Le mot "lapin" existe-t-il? Tests de lecture... 10 lignes... Grosse prise de conscience du niveau général... Elle n'a pas signé pour un stage de parachutisme à Peshawar... Et trouvé les militaires très beaux... lol, comme ont dit...

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 0 commentaire
  • Christian Poveda - El Salvador - Septembre 2009

    jpg_Gangster_de_Iberia_MS_-14bdd.jpgHommage rapide à un grand monsieur, Christian Poveda, photographe, réalisateur. Descendu au Salvador cette semaine. Spécialiste des Maras, ces gangs de rues, ces desperados délinquants portant leur désespoir sur leurs visages tatoués. Tatouages définitifs. Identifiables à l'infini. Il avait sû gagner leur confiance. Se faire accepter. Il les avait photographiés, filmés. Son film, La Vida Loca, devait sortir le 30 septembre. Il les a approchés de près. Il s'était installé au Salvador. Au milieu des tarés, prêts à flinguer pour un oui, pour un non. Pour des histoires de dope, pour des histoires de territoire. Pour des prétextes aussi absurdes. Les Maras, gang, secte, religion des sans espoir. Des désocialisés qui dans une Amérique du Sud déliquescente, déclassés, victimes d'une fracture sociale totale, choisissent La Vida Loca, la vie dingue, la vie au bout du flingue. Christian, "Popo" pour ses potes, nous avions eu une discussion, une fois, lors d'une fête, organisée par mon pote Patrick "The Rhythm", sur le journalisme, la photo. Passionnante. Un vrai mec, une figure emblématique d'un journalisme couillu, d'un journalisme de terrain. Je le connaissais mal, mais ses photos parlent pour lui. Avoir acquis le respect des bêtes sauvages. Avoir vécu parmi elles. Respect absolu. J'en chiale comme un con.

    Hasta la vista, Hombre!

    Lien permanent 2 commentaires