Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jospin

  • Bloc-note express N°125

    Yo les kids! Il fait beau. Coooool! Content le garçon! Prêt à gambader, l'oeil vif, la truffe humide, le poil luisant, dans les verts paturages. Les instincts animaux se réveillent avec le soleil. C'est con, mais c'est comme ça. Mon anima animale reprend le dessus. Prêt à grogner "Raaaah Lovely!" tel un personnage de Gotlib, un peu de bave à la commissure des lèvres. Image peu avenante, j'en conviens.

     

    jospin.jpgIl y a 8 ans, Lionel Jospin se faisait plier au premier tour de la Présidentielle. Quelques semaines après nous votions en masse pour le vilipendé Super-Chirac-Menteur... Aujourd'hui, quoi de neuf sous le niqab? 2010 n'est pas bien excitante. 8 ans après la grande peur provoquée par la présence du grand méchant loup au second tour, l'adhésion aux thèses défendues par icelui se fait naturelle. Le grand méchant loup, le Darth Vador de la scène politique française ne fait même plus peur. Il a trouvé ses zélateurs qui ont la douce légitimité de la droite respectable. Le débat sur l'identité nationale, les régionales ont fait sauter le couvercle. L'altérité fait peur. Les réacs se réveillent. Les écrans de fumée dissimulent toujours une situation économique dégradée. Il est tellement plus simple de se focaliser sur quelques cas marginaux de voile intégral. D'en tirer de grandes conclusions sur la polygamie, la fraude aux aides sociales... Le barbu enturbané est parfait. Allez, encore un effort et on organise une exposition à Paris: "Le Musulman et la France". Les commissaires de l'exposition de manqueront pas. Le choix est vaste. Des chroniqueurs "vus à la télé", des ministres...

     

    La tirade sur les noirs et les arabes d'Eric Zemmour... Pas politiquement correcte, certes, mais presque anecdotique comparée à celle sur l'avortement faite sur RTL en février dernier.  Elle est visible ici. Le gars fait froid dans le dos, avec son argumentation froide, comptable. Beaucoup moins sympathique que le flingueur du samedi soir. Le raisonnement comptable. Il n'y a rien de pire. Inutile de citer des exemples de raisonnements comptables similaires au risque de devoir compter les points Godwin.

     

    mort aux cons.jpgA part ça... Bof, pas grand chose. Si, des lectures. Mort aux cons de Carl Aderhold. Un roman recommandé par mon camarade Zarmu (fin lettré et esthète parpaillot qui m'emmène hors des sentiers battus de la pop culture... Il ne connait rien au punk ni au metal, c'est dire!). Un roman dont le titre seul résume le pitch. Un roman jubilatoire qui fait du bien à l'esprit. Car le con EST l'ennemi absolu. A lire d'urgence! Dans un genre plus classique, un monument, Waltenberg, de Hédi Kaddour. waltenberg.jpgUne fresque mêlant grande histoire, espionnage, de la guerre de 14 à la fin de l'URSS. Malgré taupes et agents doubles, on est plus chez Malcolm Lowry que chez Robert Ludlum ou John Le Carré. L'écriture est belle, parfois touffue. Une recommandation de mon libraire préféré. J'ai mis du temps à entrer dans le roman. Question de timing, d'envie.

     

    A part ça... Etat des lieux en vrac. Bouquin: relecture, réécriture et corrections. J'ai été jury dans une école de commerce. C'était cool. J'ai plein de projets. Des concrétisations aussi. Des trucs en cours. Voili voila.

     

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 3 commentaires
  • Analyse politique

    Lu dans Télérama, la semaine dernière, dans le courrier des lecteurs:748a94c1ab5b2072f69e8293c0ad053b.jpg

    "Jospin? C'est l'histoire d'un mec qui sous l'emprise de ses certitudes, plante sa caisse dans un mur et qui, sortant du coma, veut ouvrir une auto-école!"

    Merci Gégé des Landes de Serres-Gaston, qui signe ce trait d'humour. Les meilleurs politologues ne sont pas ceux qu'on peut voir à longueur de campagnes sur les chaînes de télé... ;-)

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Le coup du "grand-père" chinois

    Je ne ferai aucun commentaire d'ordre politique sur l'opportunité ou non d'alpaguer les sans-papiers à proximité des écoles. En revanche, je m'attacherai à la dimension sémantique de l'affaire. Les radios répètent à l'envi depuis l'incident qu'un "grand-père chinois" été interpelé. Grand-père chinois... Comme le faisait remarquer Guy Carlier dans sa chronique medium_tintin_bluelotus_extract.jpgmatinale d'hier sur France Inter, "grand-père chinois" ça évoque inconsciemment un vieillard chenu, avec quasiment une grande natte blanchie par les ans, une jolie veste brodée, une silhouette voutée et frêle... Bref, le grand-père de Tchang Jong-Jen. Tchang, le pote de Tintin. Le pote du chic-type par excellence, chic-type lui-même par capillarité. Le grand-père du chic-type, pote du plus chic des chic-types, ne peut-être qu'un chic-type lui-aussi. On arrête là. Le grand-père en question a 57 ans. Une fois encore, je ne me prononce pas sur le fond, mais sur l'interprétation qui nous est servie en boucle, en ranimant des clichés inappropriés. Et je le regrette. On ne s'adresse à nous que sur une interprétation émotionnelle d'un fait de société. Le grand-père chinois, sera-t-il pour Nicolas Sarkozy ce que Papy Voise a été pour Lionel Jospin en 2002?
     
     

    Lien permanent 1 commentaire