Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

john mellencamp

  • John Mellencamp à l'Olympia

    john mellencamp,olympia,americanaUn concert parfait donné à l'Olympia par un artiste rare sous nos latitudes. John Mellencamp, le Boss de l'Indiana. Petit, teigneux, nerveux, The Little Bastard, comme il aime se surnommer. C'était le 5 juillet dernier.

    Mellencamp débarque sur scène après la projection d'un étrange road movie hagiographique où on le voit en pleine traversée de son Amérique de rédilection, celle des petites gens, des petites villes, des fermiers. Mellencamp à la poursuite du rêve américain, sans illusions. C'est cette amérique décrépite, loin de la flamboyance newyorkaise ou angeleno. Des américains qui triment, des usines qui ferment. La chronique sociale est la même que celle de Springsteen, Guthrie et Seeger. Teintée de blues, de rock. C'est l'Americana pure et dure. Mais assez d'images, le public s'impatiente, il est là pour John Mellencamp, en chair en os et en muscles, pas pour son image sur un écran, même capturée aux studios Sun de Memphis...

    Mellencamp sur scène c'est simple, puissant, généreux. Du rock, du blues, de la country, quelques accents zydeco. Pas d'effets spéciaux. Juste la présence forte d'un artiste qu'on pourrait résumer à deux mots: énergie et le charisme. Et des tubes, ROCK in the USA, Paper in Fire, Small Town, Scarecrow... entre autres. Americana, on n'est plus à Paris, à l'Olympia, on est en plein coeur de l'Amérique profonde, l'Amérique dont on a tous rêvé, une Amérique mythique, a-t-elle seulement existé? Après guerre? Dans les années 50? Au début des sixties? Une Amérique idéalisée, faite de grands espaces, de Greyhounds, de bagnoles interminables aux ailerons effilés flant sur les freeways, de ciels immenses... John Mellencamp nous embarque dans une faille spacio-temporelle unique. Il est l'Amérique rêvée.

    John Mellencamp - Save Some Time To Dream - Olympia (Paris) - 5 juillet 2011

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire
  • Bloc-note express N°178

    J'avais commencé à écrire une note intitulée "Post accidentum, animal triste". Parce que sous le choc, choc sournois post accident de scooter. Chair un peu meurtrie, mais surtout certitudes sur mon invulnérabilité bousculées de façon brutale. L'animal n'est finalement pas si triste, une fois les blessures superficielles cicatrisées, et l'activité redémarrée. Seule nouveauté, une nouvelle perception du temps. Le déplacement en deux roues, c'était la perspective d'être toujours à l'heure, de se défaire des contingences de l'embouteillage, du stationnement. De pouvoir arpenter les rues de Paname et de la banlieue, de rendez-vous en rendez-vous. Planning chargé au maximum.

    Revenir aux transports en commun, c'est s'adapter à une forme de dépendance. Horaires, impondérables, calcul d'itinéraires, optimisation... Et découverte que le chemin le plus simple d'un point à un autre n'est ni la ligne droite, ni le plus court...
    Je n'ai pas écrit cette note. Je choisis la bande-son de mon trajet. La semaine dernière, j'oscillais entre Easy All Stars, et leur incroyable version dub de Dark Side of the Moon (intitulée Dub Side of the Moon), Bon Iver et Gregg Allman. Dub, pop, blues.

    Que dire de la semaine passée, sinon qu'elle fut intense. Mais que dire sinon exprimer une forme de sérénité quand ma fille #2 est admise dans le lycée de son choix pour sa future entrée en 2nde, et que la #1 valide sa 1ère année de Droit. Cool, non? Fierté.

    Semaine intense, avec obtention, grâce à Mamzelle Cha, d'une invit' à rejoindre Google+. Beta test immédiatement lancé! A ce jour, je n'ai pas encore tout capté. La chose demande un peu de temps d'appropriation! Une affaire à suivre!

    Semaine avec de bonnes nouvelles côté business. Nouveaux clients, nouvelles missions. Ca fait du bien avant le break estival!

    Côté blog, la série estivale, après le Kitsch et les Madeleines, sera plus light cette année, mais néanmoins riche en révélations fondamentales. Ca se passera le jeudi. Uniquement le jeudi.

    Côté musique, semaine démarrant en subtilité avec le concert de Fleet Foxes ce soir à Pleyel. Et demain soir, John Mellencamp à l'Olympia. Des harmonies pop au rock tendance Americana.

    Brève de comptoir pour finir, ou café du commerce (équitable)... Un constat purement subjectif: quand je vois et j'entends Eva Joly, toutes mes tentations écologistes s'évanouissent. Je me sens l'envie de rouler en Hummer et de faire péter le score de mon bilan carbone. Les Khmers Verts sont effrayants! On se voit déjà envoyé dans les rizières bio pour déviationnisme, achevé, un sac bio dégradable sur le chef... Flippant!

    Enjoy!


    Envoyé de mon iPad

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 0 commentaire
  • #38 - Les Madeleines de Mr Dubuc: John Mellencamp

    Americana, encore et toujours avec John Mellencamp, Small Town. Rien à ajouter

     

     

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Les Madeleines de Mr Dubuc, Musiques 1 commentaire