Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

harry potter

  • Bloc-note express N°154

    Réveil en douceur. Il fait nuit. Le chat Elvis ne se remet décidément pas de quelques jours passés à la campagne... Il se réveille vers 3 heures du matin et miaule devant la porte close de l'appartement. Et 3 heures du mat', c'est tôt. TRES tôt. J'ai des frissons et je hausse le ton. Comme être de bonne humeur avec ça, hein?

    HP7.jpgDimanche après-midi, Harry Potter. J'avais laissé tombé la saga il y a quelques tomes et films. La surprise est bonne. L'univers du sorcier binoclard est noir, très noir. Ambiance "La Route", ne manquent que le caddie et les cannibales. La fin du monde est belle quand elle est bien faite, non? L'humour enfantin a disparu. On se prend à rêver de ce que Tim Burton aurait fait de surenchère dans le gothique et le macabre. Mais on se laisse embarquer, ça défouraille à coup de sortilèges et de baguettes de sorciers manipulées comme des flingues. Harry Potter chez John Woo, et Tarantino. Moins gore, mais plus vraiment pour les n'enfants.

    Et quelques jours avant, Megamind. Rigolo. Tout comme l'expo Science et Fictions à la Cité des Sciences. Ca regorge de décors de films, de costumes, d'extraits. Clonage, voyage dans le temps, voyages intersidéraux à la vitesse de la lumière, on navigue entre physique quantique et space opera. Un bon moment de divertissement.

    Sapin, foie gras, champagne, Fervex et vitamine C. Le cocktail enchanté... Se faire des lignes de Fervex en lisant la biographie de Keith Richards. Se gaver de vitamine C en regardant un concert marathon de Bruce Springsteen.

    Reprise en fanfare. Réunion avec mon éditeur. Une date de sortie semble se matérialiser. Dernière ligne droite. La route est droite, mais la pente est raide, comme disait Jean-Pierre Raffarin, philosophe contemporain de Jean-François Botul et Bernard-Henry Lévy.

    Voila...

    Enjoy!

     

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 0 commentaire
  • Bloc-note express estival (suite encore)

    Hier... aller et retour en Bretagne sud. L'eau du Golfe du Morbihan est agréable. Même pas froide. Seule journée de ff48b7ba87001a241201422b80c8d6c5.jpgbeau temps intégral depuis deux semaines... Mr Dubuc est chanceux... Et pendant ce temps, gros bug de mon smartphone, SPV M600... Mémoire insuffisante... L'objet est déjà lent... Là il est totalement bloqué... Solution au petit matin, aujourd'hui. Formatage général. Bien fait pour lui...

    Dîner avant-hier avec Annie-Claude et UU, amis rencontrés dans la blogosphère, au gré des vagabondages, des lectures et des commentaires. Des blogueurs fins, qui ne sont ni dans la com', ni dans les médias. Les blogs démarrent les conversations, les dîners les poursuivent. Et le vin italien est meilleur à boire qu'à lire!

    Toujours pas testé Vélib... ni Paris Plage...

    923747c0ab1ccde9369a37967f37594a.jpgPoint sur Harry Potter... En juin 2003, en voyage à New York le jour de la sortie du tome 5, acquisition d'Harry Potter and the Order of the Phoenix... Et je lis les 900 pages pendant l'été. Et je ne comprends pas tout. Pas tant au niveau de l'anglais... mais lire Harry Potter en commençant par le 5ème tome, qui plus est dans une langue étrangère alors que jusque-là vous n'avez fait qu'accompagner vos enfants au cinéma, et que vous avez vaguement capté ce qu'est un moldu... Surprenant. Pask'en anglais un moldu, c'est pas un moldu... c'est un muggle. Et encore c'est le terme le plus simple... Bref... Mr Dubuc, ayant pris quelques mois d'avance sur sa fille, fan de la saga, poussa l'abnégation jusqu'à se rendre à minuit pétantes à la FNAC pour acquérir la traduction française afin que la chair de sa chair puisse en commencer la lecture subito presto dès son réveil... A ce jour le marque-page est toujours bloqué sur la même page. Mademoiselle préférant les adaptations cinématographiques... Autant dire que pour le tome 7... je ne ferai ni pensum estival, ni sortie nocturne. Même si Harry meurt? se lamente la foule en délire. Inflexible, je resterai.  Frankly my dear, I don't give a damn...

     

    Lien permanent 1 commentaire