Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

google+

  • Bloc-note express N°181

    Mortifère le weekend. Oslo, la saga norvégienne où le viking dégénéré décide par Thor, Odin et je ne sais quoi d'envoyer au Walhalla quelques dizaines de compatriotes, ados, jeunes adultes. Violence glaçante. Camden Square, saga destroy et fin prévisible d'une diva soul. Déchéance sous les caméras et les yeux avides du public. Dernier combat, perdu, d'un homme portant le nom d'une famille exceptionnelle, les Servan-Schreiber.

    What else? On évite clairement d'écouter l'intégrale de Joy Division ou James Blake en bande-son d'un téléviseur muet diffusant en boucle les drames du wekend. Histoire de ne point en rajouter, avec en contrechamp une météo sombre...

    Re-visionnage de l'adaptation de Dans la Brume Electrique, le film de Tavernier, adaptation d'un roman de James Lee Burke. Je suis fan de Burke, pour avoir su recréer au fil des aventures de Dave Robicheaux, son personnage, l'atmosphère moite et déglinguée de la Louisiane.

    Google+ à fond. Plus on avance dans l'expérience, plus on entrevoit le potentiel de ce qui va chatouiller Facebook et peut-être ébranler son piédestal. L'organisation des contacts en Cercles est plus simple et intuitive que l'organisation des groupes d'amis Facebook, et la gestion complexe des autorisations d'accès. Déjà Google+ peut se substituer à la messagerie instantanée, au mail, au micro-blogging...

    La rédaction des Miscellanées du Web avance, à grands pas. Nico Prat et moi avons mis en pratique des sessions hebdomadaires d'écriture avec compatbilisation des signes produits en fin de séance. Gros délire à la clé, une idée créative en appelle une autre. Le Web est un vaste sujet. Idéal pour en extraire les anecdotes, les histoires, les échecs majeurs, les vérités fondamentales... Un travail de geeks... Remise du manuscrit en octobre!

    Je me rends compte que j'ai consacré deux posts à Amy Winehouse et n'ai versé aucune larme visible pour les 76 victimes du tueur fou norvégien. Juste un peu agacé par la tentative d'amalgame habituel: le tueur utilisait Twitter, Facebook, Internet, jouait aux jeux vidéos... Les racines du Mal absolu pour les esprits simples... C'est toujours choquant les visions réductrices d'un sujet, quel qu'il soit. Tout comme le raccourci qui consiste à ne voir en Andres Behring Breivik qu'un simple "fou". Trop simple. Il est de l'espèce des Timothy McVeigh (Oklahoma City), semble-t-il.

    A part ça, vacances très très bientôt. Blog un peu en vacances cet été. Quelques #JeudiConfession, à la sauce Twitter, quelques playlists de vacance. Pas de grande série d'été, cette année.

    Bande-son de la semaine: Seasick Steve, Cage the Elephant, Bon Iver, et toujours Anna Calvi et Fleet Foxes.

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 0 commentaire
  • Bloc-note express N°180

    La première version de ce post était en cours de rédaction sur l'iPad, bien avancée, sur l'appli ad-hoc développée par Hautetfort. Tout va bien, nous sommes samedi matin, tôt, très tôt, trop tôt. L'inspiration est au rendez-vous. Comme un samedi matin. Après un vendredi après-midi passé à écrire des Miscellanées avec le camarade Nico Prat.

    Et l'iPad plante. Ou bien l'appli. Ou bien je ne sais quoi. Il n'y a pas eu de sauvegarde. Fail total.

    Nous sommes dimanche soir. Comment réécrire un billet, initialement venu spontanément? Pas de réécriture. Rien ne vient. Il faut reprendre à zéro. Raconter les hauts faits de la semaine passée, les rencontres marquantes, les réunions stratégiques, les choix, les envies. Mouais. Pourquoi pas. Revenir sur les choses lues, les films vus. Jouable. Simple. Parler de Google+. Pourquoi pas. Parler de Dukan qui repointe son nez. Tiens, voila un début...

    Donc Dukan. Protéines à donf'. Pour retrouver une ligne d'ascète, voire d'athlète. Ca commence par l'achat de la version 2011 de l'opus du bon Docteur. Ledit opus a grossi, lui. Gag! Achat de denrées diverses, toutes plus tentantes les unes que les autres à condition qu'elles ne contiennent ni lipides, ni glucides. Gargl. Ni sucres, ni graisses. Ni vin,  ni fromage, ni foie gras, ni pâte à tartiner au speculoos... Arrêt des trucs bons, pour faire court.

    Google+... Bon, résumons. Compte ouvert, exploration des fonctionnalités en cours, développement du réseau de contacts en cours. Il y a du monde, on ne comprend pas tout du premier coup, ça n'a pas l'air totalement finalisé. Affaire à suivre.

    Il y a eu le 14 juillet. J'ai assisté au défilé, sur les Champs Elysées. En tribune, pas loin de la Place de la Concorde. Bien installé. Au soleil. Le militaire à deux rangs devant moi n'a pas cessé de se lever pour saluer chaque drapeau qui passait. Et des drapeaux, on a vu passer... Je ne suis pas fana mili, mais la symbolique de l'événement est importante, n'en déplaise à certains. Qui plus est quand des types de moins de 30 ans se font trouer la peau au fin fond de l'Afghanistan. Pas de quoi partir en guerre contre l'anti-France ni décerner des certificats de "Bon Français" comme d'autres... Les chars, les hélicos, les avions, tagada tsoin tsoin. On n'est pas là pour se faire engueuler, on est là pour voir le défilé, comme chantait Boris Vian.

    Bande-son de la semaine: Fleet Foxes, Band of Horses, Easy All Stars, Bon Iver.

    Films vus: Harry Potter (on dirait du Star Wars, avec des baguettes de sorciers à la place des sabres laser), Switch (le films qui vous coupe toute vélléité d'échange d'appartement avec un inconnu)

    Choses lues: Le Grand Voyage de Jorge Semprun

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 2 commentaires
  • Bloc-note express N°178

    J'avais commencé à écrire une note intitulée "Post accidentum, animal triste". Parce que sous le choc, choc sournois post accident de scooter. Chair un peu meurtrie, mais surtout certitudes sur mon invulnérabilité bousculées de façon brutale. L'animal n'est finalement pas si triste, une fois les blessures superficielles cicatrisées, et l'activité redémarrée. Seule nouveauté, une nouvelle perception du temps. Le déplacement en deux roues, c'était la perspective d'être toujours à l'heure, de se défaire des contingences de l'embouteillage, du stationnement. De pouvoir arpenter les rues de Paname et de la banlieue, de rendez-vous en rendez-vous. Planning chargé au maximum.

    Revenir aux transports en commun, c'est s'adapter à une forme de dépendance. Horaires, impondérables, calcul d'itinéraires, optimisation... Et découverte que le chemin le plus simple d'un point à un autre n'est ni la ligne droite, ni le plus court...
    Je n'ai pas écrit cette note. Je choisis la bande-son de mon trajet. La semaine dernière, j'oscillais entre Easy All Stars, et leur incroyable version dub de Dark Side of the Moon (intitulée Dub Side of the Moon), Bon Iver et Gregg Allman. Dub, pop, blues.

    Que dire de la semaine passée, sinon qu'elle fut intense. Mais que dire sinon exprimer une forme de sérénité quand ma fille #2 est admise dans le lycée de son choix pour sa future entrée en 2nde, et que la #1 valide sa 1ère année de Droit. Cool, non? Fierté.

    Semaine intense, avec obtention, grâce à Mamzelle Cha, d'une invit' à rejoindre Google+. Beta test immédiatement lancé! A ce jour, je n'ai pas encore tout capté. La chose demande un peu de temps d'appropriation! Une affaire à suivre!

    Semaine avec de bonnes nouvelles côté business. Nouveaux clients, nouvelles missions. Ca fait du bien avant le break estival!

    Côté blog, la série estivale, après le Kitsch et les Madeleines, sera plus light cette année, mais néanmoins riche en révélations fondamentales. Ca se passera le jeudi. Uniquement le jeudi.

    Côté musique, semaine démarrant en subtilité avec le concert de Fleet Foxes ce soir à Pleyel. Et demain soir, John Mellencamp à l'Olympia. Des harmonies pop au rock tendance Americana.

    Brève de comptoir pour finir, ou café du commerce (équitable)... Un constat purement subjectif: quand je vois et j'entends Eva Joly, toutes mes tentations écologistes s'évanouissent. Je me sens l'envie de rouler en Hummer et de faire péter le score de mon bilan carbone. Les Khmers Verts sont effrayants! On se voit déjà envoyé dans les rizières bio pour déviationnisme, achevé, un sac bio dégradable sur le chef... Flippant!

    Enjoy!


    Envoyé de mon iPad

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 0 commentaire