Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dukan

  • Bloc-note express N°180

    La première version de ce post était en cours de rédaction sur l'iPad, bien avancée, sur l'appli ad-hoc développée par Hautetfort. Tout va bien, nous sommes samedi matin, tôt, très tôt, trop tôt. L'inspiration est au rendez-vous. Comme un samedi matin. Après un vendredi après-midi passé à écrire des Miscellanées avec le camarade Nico Prat.

    Et l'iPad plante. Ou bien l'appli. Ou bien je ne sais quoi. Il n'y a pas eu de sauvegarde. Fail total.

    Nous sommes dimanche soir. Comment réécrire un billet, initialement venu spontanément? Pas de réécriture. Rien ne vient. Il faut reprendre à zéro. Raconter les hauts faits de la semaine passée, les rencontres marquantes, les réunions stratégiques, les choix, les envies. Mouais. Pourquoi pas. Revenir sur les choses lues, les films vus. Jouable. Simple. Parler de Google+. Pourquoi pas. Parler de Dukan qui repointe son nez. Tiens, voila un début...

    Donc Dukan. Protéines à donf'. Pour retrouver une ligne d'ascète, voire d'athlète. Ca commence par l'achat de la version 2011 de l'opus du bon Docteur. Ledit opus a grossi, lui. Gag! Achat de denrées diverses, toutes plus tentantes les unes que les autres à condition qu'elles ne contiennent ni lipides, ni glucides. Gargl. Ni sucres, ni graisses. Ni vin,  ni fromage, ni foie gras, ni pâte à tartiner au speculoos... Arrêt des trucs bons, pour faire court.

    Google+... Bon, résumons. Compte ouvert, exploration des fonctionnalités en cours, développement du réseau de contacts en cours. Il y a du monde, on ne comprend pas tout du premier coup, ça n'a pas l'air totalement finalisé. Affaire à suivre.

    Il y a eu le 14 juillet. J'ai assisté au défilé, sur les Champs Elysées. En tribune, pas loin de la Place de la Concorde. Bien installé. Au soleil. Le militaire à deux rangs devant moi n'a pas cessé de se lever pour saluer chaque drapeau qui passait. Et des drapeaux, on a vu passer... Je ne suis pas fana mili, mais la symbolique de l'événement est importante, n'en déplaise à certains. Qui plus est quand des types de moins de 30 ans se font trouer la peau au fin fond de l'Afghanistan. Pas de quoi partir en guerre contre l'anti-France ni décerner des certificats de "Bon Français" comme d'autres... Les chars, les hélicos, les avions, tagada tsoin tsoin. On n'est pas là pour se faire engueuler, on est là pour voir le défilé, comme chantait Boris Vian.

    Bande-son de la semaine: Fleet Foxes, Band of Horses, Easy All Stars, Bon Iver.

    Films vus: Harry Potter (on dirait du Star Wars, avec des baguettes de sorciers à la place des sabres laser), Switch (le films qui vous coupe toute vélléité d'échange d'appartement avec un inconnu)

    Choses lues: Le Grand Voyage de Jorge Semprun

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 2 commentaires
  • Je vais bien (#Vendredi confession)

    JE VAIS TRÈS BIEN! C'est médicalement prouvé, jeunes gens.

    C'est l'histoire classique du bipède qui se lève tôt le matin, se couche tard le soir, travaille au développement de sa petite entreprise qui ne connait pas la crise, qui donne des cours, blogue, etc. Un peu fatigué le garçon. Qui sans être hypocondriaque se dit que de temps à autres il faut écouter son corps. Donc, j'écoute mon corps. Avec une drôle de sensation du côté gauche de la cage thoracique. Côté gauche! Damned! Côté gau-che! Argh! On repense à ce vieux sketch de Guy Bedos à propos du dictionnaire médical. Ce que tu y lis, tu l'as. Gargl! On se voit frappé en plein vol, comme un vol Paris-Rio. L'esprit gamberge, nécessairement.

    Rendez-vous avec un professionnel de la profession. ECG. Et tout et tout. Plus test d'effort. Marche sur tapis jusqu'à essoufflement, il fait chaud, les oiseaux chantent dans les arbres, Lars Von Trier se fait jeter de La Croisette, Omega de X-Factor, DSK du FMI.

    Mr Dubuc est débarassé de ses électrodes. RAS. Tout baigne. Rédaction des chèques, de la paperasse usuelle. Mr Dubuc est délesté de quelques dizaines d'euros, mais, comme le disait Henri IV, Paris vaut bien une messe.

    Diagnostic et résolutions: va falloir se délester aussi de quelques kilos superflus. Je sens déjà l'odeur des protéines du Dr Dukan... Car pour l'instant, je chanterais bien sur un air connu, I fought the fat, and the fat won...

    Enjoy !

    Lien permanent 4 commentaires