Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

compassion

  • Bloc-note express N°162

    japon,tsunami,écolos,compassion,bloc-note expressComme un lundi. Un bloc-note un peu désabusé cette semaine. J'ai, au cours des 15 dernières années eu la chance d'aller au Japon, plusieurs fois, une quinzaine. Des séjours toujours trop courts, à Tokyo, à Osaka. Je me suis aventuré parfois hors des métropoles. A Nikko, il y a déjà trop longtemps. J'aime ce pays, son histoire et sa culture. Malgré sa complexité. Et malgré le fait, que, ne parlant pas japonais, je n'ai pu en percer tous les secrets.

    Tremblement de terre, tsunami, accident nucléaire. Weekend d'enfer. On en a oublié Marine Le Pen. On en oublie les insurgés libyens.

    Mes amis japonais vont bien. Ils travaillent à Tokyo. Ils ont répondu rapidement à mes messages. Economie de mots. Jusque là ça va... On connait l'histoire du type qui tombe du building... Jusque là ça va.

    Et pendant ce temps-là, les verts de tous poils, les Mamère, Hulot, Duflot, Lepage, Joly, sortent du bois pour demander un débat national sur le nucléaire français. Pas un mot de compassion pour un peuple qui vient de subir une catastrophe sans précédent. Rien. Juste des glapissements presque obscènes, où se mélangent les accusations de complotisme, le bla-bla compassionnel sur l'avenir de leurs enfants et petits-enfants, et l'imprécation. Toujours tout ramener à notre village gaulois. L'écolo-bobo a une courte vue.  J'avais effleuré la tentation du vote écolo, on ne peut pas ne pas être sensible à l'avenir de la planète, certes. Mais les ayatollahs verts et les talibans bio commencent à me les briser menu... Dimanche soir sur i-Tele, Eric Besson m'est presque paru sympathique face aux coups de boutoirs hystériques de Corinne Lepage, c'est dire...

    A part ça, semaine passée riche... Très riche. Entre deux jours de formation sur la prise de parole en public et en anglais, avec ma pomme dans le rôle de l'élève, une soirée passée chez M6 pour l'avant-première de X Factor, une session de 5 heures de cours à l'IUT de Cergy (avec ma pomme comme intervenant professionnel, à propos de com digitale),  et plein d'autres choses encore...

    Semaine riche qui suivait une semaine encore plus riche de retour de vacances, ponctuée d'une visite au centre de Rennes de l'Etablissement Français du Sang. Avec l'ami Charles Liebert et quelques passionnés et professionnels des sciences.

    Ciné: Avant l'aube de Raphael Jacoulot, excellent thriller avec, entre autres Jean-Pierre Bacri.

    Musique: La compil New Wave-Post Punk réalisée par mon pote Gareth Murphy pour Naïve. Un régal, même pour ceux qui n'ont pas connu cette époque située entre 1978 et 1981.

     

    Enjoy!

     

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 0 commentaire
  • Marketing de la repentance

    Je rebondis sur une note de Darkplanneur... à propos de la repentance comme nouveau concept marketing... Tremblez mortels, la fin du monde est proche repentez-vous!!! Vous avez tué les indiens, affamé le Darfour, détruit la couche d'ozone, provoqué la mort du petit panda, causé la fonte des pôles... Pour vous refaire une santé, culpabilisez à mort, bande de salauds infâmes et achetez nos cédés, dévédés, livres, etc.
    abc225a0193b830f982a34d59e1d11b9.jpgQue penser de l'album de reprises de John Lennon par les plus "grands artistes contemporains"?  Working Class Hero par Green Day est plus que décent (même si personnellement la version, plus ancienne de Marianne Faithfull me bouleverse toujours autant)...
    C'est toute l'ambiguïté du marketing compassionnel... Une idée généreuse... Mais pour combien de doses de cynisme? Live 8 c'était sympa, surtout la réunification éphémère de Pink Floyd... Et après? Live Earth, c'est sympathique.. Et après? Solidays? Concert for Bengladesh? Je suis sceptique... Les artistes donnent une image sympa et généreuse. Le public s'achète une bonne conscience en se disant que c'est toujours ça de fait. Et passe à autre chose.
    Une approche en plusieurs temps partant de l'exploitation marketing du sentiment de culpabilité. Stimulus lancé en direction du consommateur. Déclenchement de l'acte d'achat du produit. Jouissance, déconnectée de la promesse initiale avec un sentiment de déculpabilisation. J'ai fait quelque chose de positif. Satisfaction de soi.

    Qu'en pensez-vous? 

    Green Day: Working Class hero 


    Marianne Faithfull: Working Class Hero


    Lien permanent 2 commentaires