Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cherry currie

  • Rêves humides, rock'n'roll et Runaways

    JoanJett.jpgUn petit matin de 1981, une déflagration sonore sur France Inter, à l'heure du café crème. I Love Rock'n'Roll, par Joan Jett and the Blackhearts. Riff, refrain, feulements. I love rock'n'roll, put another dime in the juke box baby! On ne sait pas qu'il s'agit d'une cover d'un obscur groupe disparu, The Arrows. Pour un ado de 17 ans, Joan Jett, c'est le fantasme pur. Age magnifique. Le rock'n'roll au féminin, son imagerie sexuelle, à base de cuir noir, de stilettoes, de dentelles et de vinyl. Debbie Harry, Chrissie Hynde, Pat Benatar, icônes des 80s commençantes. Et Joan Jett, pour son rock brutal. Il y a eu Suzie Quatro, il y a Stevie Nicks. Pour la partie fantasmes. Il y a aussi les moches de Girlschool, qui frayent avec Lemmy Kilminster de Motörhead. Pas glamour. Il y a Patti Smith, déjà icône, poétesse et aisselles poilues. Pas glamour. Pas de quoi provoquer les rêves humides des ados, qui ne comprennent pas suffisamment l'anglais pour apprécier les textes. Qui se contentent des pochettes des 33 et 45 tours.

    I love rock'n'roll, Bad reputation, Crimson and clover... Joan Jett déboule. Les ados succombent.LitaFord band country club  Front.jpg Pour les amateurs de hard, il y a aussi Lita Ford. Une Poison Ivy aseptisée et inoffensive. On ne connait pas toute l'histoire épique du rock'n'roll. Et on découvre un jour le chaînon manquant, les pièces du puzzle. Les Runaways, Cherrie Currie, Sandie West... Damned! Les Runaways, LE girlgoup de référence. Créé par un manager allumé, Kim Fowley, doté, façon Malcolm McLaren, d'un sens inné du marketing: des teenagers, du rock'n'roll, du stupre et de la luxure. L'essence séminale de la musique du diable. De quoi se mettre à dos les mégères de la Bible Belt, les ligues de vertu, les censeurs... Pour le fun. Avec le même sens du show qu'un Alice Cooper, sans le gore et les décapitations. It's only rock'n'roll, baby!

    Les Runaways ont ouvert la voie aux Go-Go's, aux Bangles, à Elastica, aux Plasticines. Moins radicales que les Slits ou les L7. Plus canons aussi. Un girlgroup pour public de mecs? Peut-être. C'est la dimension 100% entertainement du rock. Pour le plaisir des yeux.

    Le biopic sur les Runaways sort aujourd'hui. Je vous raconterai. 

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire