Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

blog

  • Au bout du bout de la life (quand j'étais blogueur)

    Quand je dis que je suis blogueur... Non en fait je ne le dis pas, plus, enfin... peut-être que si en fait. Enfin, mes potes, ceux avec qui je descends des bières et des burgers et de la bouffe de gros... enfin, bref, je m'égare déjà. Parce que l'âge. Parce que too old for this shit. Parce que, donc quand je ne dis pas que je suis blogueur, tout le monde s'en fout. Et quand je dis que je le suis, c'est vraiment parce que je suis désespéré de la life et que je n'ai pas envie de me payer un ticket de concert... Ah non, ça c'est n'importe quoi. Shut the fuck up, Donny, you're outta your element...

    Donc, je vais te parler de ma life impitoyable de blogueur... Bref, ça fait un paquet d'années, mais je ne compte plus. On ne m'imagine même pas en vacances dans des lieux improbables entouré de naïades aux mensurations de rêves. Je rentre quand même le ventre, ajuste mon polo Gap et passe un coup d'éponge sur le caoutchouc de mes Converse... La looooose, je ne suis même pas sponsorisés par une marque hyper green vendue uniquement dans un magasin équitable du bord du Canal Saint Martin qui mise à mort sur le développement durable.  Putain, c'est sûr, mes Converse sont faites par des petits enfants ou des travailleurs du tiers-monde payés en dessous du dessous du dessous du minimum; Mélanie Laurent et Pierre Rabhi me regarderont de travers lors de la prochaine conférence TEDx...

    Je regarde ma boîte mail. Il est 7heures du mat. Je me lève, je te bouscule, tu te réveilles et tu ne te rendors pas, comme d'habituuuuuuuuuude. Et je regarde immédiatement ce damné smartphone. Pas d'invite pour Calvi on the Rocks et la Villa Schweppes s'obstine à m'ignorer. Je regarde dans les courriers indésirables, ça occupe. On ne sait jamais. Coool! On m'invite à une opé "enlarge your penis"... Oooooooh, magie des internets, il y a aussi une dame d'Afrique, veuve d'un ministre qui me propose un pourcentage sur les 40 millions de dollars que feu son cher et tendre a mis de côté. Ca vaut bien le coup de lui filer mon numéro de carte de crédit, voire de faire un petit post sponsorisé que je ne dirai pas que c'est sponso... un peu d'humour et d'authenticité. Et hop! Astuce! Ca va passer! Mes lecteurs vont  adorer...

    Bon, je me gratte l'entrejambe avec délicatesse. Le chat me regarde avec cet air accusateur que seuls les chats peuvent avoir. Je le soupçonne de vouloir me buter. Mais seulement une fois que j'aurai rempli sa gamelle de croquettes. 

    Tiens, un mail de gens qui mettent en relation des blogueurs et des marques hyper cool. Et j'ai une invite pour un vide-dressing. Parce qu'ils adooooorent ce que j'écris et que je suis quelqu'un d'hypeeeer sympa. Et que c'est sûr je vais adorer ces jolis bijoux de créateur et ces petits tops de jeunes créateurs à partir de matières recyclées et durables qui sont bonnes pour ma planète... D'ac, c'est un peu chéro, mais comme disait Pascal, première gachette chez Volfoni, le prix s'oublie, la qualité reste. 

    50 mails pro plus tard. Retour à la vraie vie. Café. Re-café. 

    Envie de mordre. 

    Tweets vengeurs en mode humour noir. Réveille le troll en toi petit homme. Zaz a sorti un nouvel album. Hanouna fait des émissions de télé. Toutes ces bonnes nouvelles me mettent en joie. Une belle journée s'engage. Voici venu le temps des rires et des chants. Je me sens de l'humeur d'un Patrick Bateman qui vient d'apprendre que son restau favori est fully booked à l'heure du déj. De quoi sortir la tronçonneuse...

    Je regarde ma webcam. J'hésite. Vais-je la recouvrir de scotch noir à la Mark Zuckerberg et filmer la chose? Je devrais peut-être en faire un tuto pour faire des millions de vues sur YouTube... Au passage, je pense au Professeur Choron, qui aurait été un sublime YouTubeur... Des routines beauté à base de déjections, de vomi... Cool concept. Je note. Au cas où.

    Discute avec les collègues de bureau. Entre blogueurs. On pense concepts. On se dit qu'il y aurait un concept de télé-réalité à développer. Mettre des candidats des Anges, des Marseillais ou des Chtis dans une salle de cinéma fermée à double tours, les obliger à regarder des films de Bergman, Godard, Pasolini, filmer les réactions. On pourrait aussi inviter des blogueurs à une projection surprise de Salo ou les 120 jours de Sodome et organiser leur libération en fonction du nombre de RT... Il y a des concepts à creuser. C'est quand même hyper dur d'être créatif.

    Au bout du rouleau. Au bout de  la life. Ah, quand même une une invite de dernière minute. A un truc, je ne sais même pas quoi ni qui invite vraiment. Mais il y a marqué dans le mail qu'il y aurait à boire et à manger. Ca vaut quand même le coup de passer 15 minutes, le temps de serrer quelques mains ou pas, claquer des bises, émarger la liste, choper trois gadgets tech, un tote bag, un badge, une clé usb, une carte de visite, quelques zéro six et zéro sept, et balancer un tweet ou un instagram ultra filtré et avec les bons hashtags qui vont bien qui sont marqués sur les murs, le plafond, les ordis, le chien, les coupettes, les couverts et assiettes en bambou développement durable, les serviettes, les stickers... Hop hop hop, go go gadgeto. Vite fait, bien fait. Coupettes en mode binge. Razzia en mode Dothraki sous amphètes sur le buffet. Tuer ou être tué. Marcher sur l'eau, éviter les péages, jamais souffrir, faire hennir les chevaux du plaisir, osez Joséphine. Buffet nettoyé. 

    Hop, hop, hop, hey ho let's go. Je file chez les beaux du Silencio. Il y a showcase.

    Gratos.

    L'entrée.

    Parce que le verre est cher (et le prix s'oublie, la qualité reste, n'oublions pas...). Mais les gens sont beaux, insouciants. Les jambes longues, fuselées, bronzées. Les seins, parfaits. Les yeux, de biche. Les parfums, envoûtants. Tweets, hashtags et tout le bazar.

    Remonter à la surface.

    Se coucher la tête pleine de rêves.

    Quelle vie... Je suis au bout du bout de ma life. Il parait que je suis blogueur.

    Love. 

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Humeur 0 commentaire
  • 10 ans de blogging

    Tommy the Monkey, dubuc, voyages avec mon singeCela fait 10 ans que j'ai fait l'erreur (?) d'ouvrir un blog, le tout premier, un 29 juin. Juste après la déconfiture du référendum sur la Constitution Européenne. Un blog, sur la plateforme du Monde.fr. "Voyages avec mon singe"... Les pérégrinations et discussions d'un bipède atrabilaire et d'un quadrumane insolent. Le blog n'existe plus, désactivé. Pas de mon fait, j'avais changé de plateforme, j'avais déménagé. J'avais ouvert un, puis deux autres blogs. J'avais mis un doigt dans l'engrenage des médias sociaux... Le blog m'a amené à l'écriture. 3 livres en sont nés. Pas si mal. Pour une aventure qui commence avec un singe...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Humeur 0 commentaire
  • Le blog de Mr Dubuc change un peu...

    Du changement, du changement du changement! Levez les yeux, regardez la barre de navigation!

    Lien permanent 0 commentaire
  • Blogueur mobile

    Il est des moments où l'on a envie de bloguer sur l'instant, sans avoir à mettre en route son pc. Parce qu'un pc, c'est lent au démarrage. Les adeptes du Mac le savent bien. Et se montrent parfois moqueurs.

    Ecrire un texte sur le pouce, au moment du premier café matinal, sur l'écran riquiqui de l'iPhone, nouveau plaisir. Envoyer un e-mail. Hop!
    Certes, la mise en forme est sommaire, pas de liens hypertexte, pas de tags, mais une véritable instantanéité. Du Twitter sans la limite des 140 caractères.

    Je teste. Affaire à suivre.
    Et vous, qu'en pensez-vous?

    Enjoy!

    Envoyé de mon iPhone

    Lien permanent 0 commentaire
  • Aujourd'hui, rien...

    ... de neuf à publier sur le bloug.

    Donc note paresseuse. Pour ne rien dire. Mais comme disait Audiard, c'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule.

    Et puis "rien à dire" c'est lapidaire (comme dirait un mollah iranien en pensant à Sakineh). Il s'en passe des choses dans le monde. La Belgique va être ventilée façon puzzle, les retraites aussi. Sarko est Google-bombé. Obama passe des nuits blanches en pensant aux mid-term elections. Mais les Bleus ont gagné. Amélie Nothomb a craché sa livraison annuelle. Michel Houellebecq a sorti son écran de fumée qui occulte toute production littéraire autre.

    A part ça... Poser ses doigts sur le clavier, écrire des recos en chantonnant des tounes d'Iron Maiden, et être réveillé à 5h00 par un félin insomniaque. La vie est belle, non?

    Enjoy!

    Lien permanent 0 commentaire