Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bloc-note express

  • Bloc-note express N°220

    Il y a eu ce concert de la délicieuse Haley Bonar à l'Espace B. J'aime les filles chantait Dutronc. J'aime les filles qui font du rock. Un peu dans l'esprit de Liz Phair. Il faut s'intéresser à Haley Bonar. Pour s'en convaincre, il faut écouter: 

    Que dire du Festival Pitchfork? Côté public, des jeunes gens chics, parisiens, barbe bien taillée, la raie sur le côté pour les mecs. La mini, les Stan Smith, le chic parisien pour les filles. Beaucoup de gens hors de la salle pendant les concerts. Il est vrai que Bat For Lashes a livré un show loin de déclencher l'enthousiasme que j'avais ressenti la première fois que je l'ai vue au Festival des Inrocks il y a quelques années. Où est passée la dimension chamanique de Natacha Khan? A croire qu'elle n'a retenu que les pires tics névrotiques de Björk... Argh. Explosions in the Sky, c'est comme Sigur Ros. Soit on est totalement inconditionnel. Auquel cas on frôle l'orgasme. Soit on ne connait pas bien et au bout du 4ème morceau on se dit que c'est une musique de chambre qu'on écouterait bien au casque, ou assis confortablement à Pleyel. Entre guitares cristallines et bruit blanc. Tout ça pour en venir au gros kif de la soirée, Flavien Berger. LA synthèse absolue entre la chanson chic façon Dominique A, l'electro à la française, Kraftwerk. C'est cool. Flavien est pince sans rire, perché sur son piédestal entre ses machines. Silhouette en contrejour. Le héros du jour. Dont le nouvel album est à écouter ici-même. 

    A part ça, relecture des deux tomes du magnifique Quartier Lointain de Jiro Taniguchi. Ce n'est pas nouveau, mais Taniguchi, c'est du grand art.

    Et ciné, Moi, Daniel Blake de Ken Loach. Fallait-il le palmer à Cannes? Je ne suis pas exégète de l'oeuvre loachienne. Un film d'une grande humanité, avec un peu de pathos, un peu d'humour, un accent geordie à couper au couteau, le constat accablant d'un monde qui change pas forcément pour le meilleur. A voir.

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Bloc-note, Festivals, Musiques 0 commentaire
  • Bloc-note express N°208

    Le temps passe inexorablement. Cliché suprême. Le temps file. Pas le temps de bloguer autrement que par moment sur des sujets musicaux. Point de bloc-note, juste des messages de 140 caractères publiés sur Twitter, des esquisses, point d'articles de fond pleins de considérations sur l'état et la raison des choses. Et pourtant la vie file. Joies, peines, drames, pleurs et rires. En vrac. La vie quoi. Rien de neuf. Depuis des millénaires. Bien avant l'accélération du temps numérique. Il y a ceux qui quittent le jeu, on ne sait pas pourquoi. Trop tôt. Il y a ceux qui s'éteignent, lentement. En vrac. Il y a ceux qui ronchonnent. Il y a ceux qui positivent. Il y a ceux qui se contentent de vivre, de s'accrocher, de fighter. Bref, le même bordel depuis des lustres.

    Côté musique, il y a de beaux moments. Que ce soit la pop joyeuse des Bewitched Hands sur la scène du Trianon. Que ce soit le professionnalisme impressionnant de Pink sur la scène de la Salle Wagram. Que ce soient les Pogues en concert, restitution vidéo d'un concert mémorable.

    Côté voyages, il y a ces quatre jours à New York, parenthèse enchantée. NYC et ses lumières, son froid glacial, ses pubs irlandais, son skyline revu et corrigé vu depuis le Staten Island Ferry un jour de belle lumière. NYC, toujours magique, une thérapie à suivre de temps à autres histoire d'avoir la patate.
    Côté impatience, il y a la sortie prochaine, le 3 janvier de Twittus Politicus, nouvelle production réalisée avec le camarade Nico Prat. Impatience d'avoir les premiers exemplaires entre les mains pour cet instant magique, celui où le projet mitonné pendant des mois devient réalité.

    Voila, c'est tout. Une simple, brève note. Il y aurait tant à dire, qui ne peut s'écrire. Par pudeur, par discrétion.

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 0 commentaire
  • Bloc-note express N°206

    pain au chocolatLa semaine dernière, je n'ai pas acheté de pain au chocolat. J'avais trop peur qu'on me l'arrachât des mains. Je vis dans la peur... D'accord ce n'était pas le Ramadan. Mais il y a des pauvres dans les rues. Des gens louches. Pas propres parfois même. C'est inquiétant. De là à ce que ces gens aient la dalle et se jettent sur les honnêtes gens qui taffent et se lèvent tôt pour leur ôter la chouquette de la bouche, il n'y a qu'un pas. 

    Faut que j'arrête France Info au réveil. Ils ne commencent jamais pas les trucs importants. Il parait qu'en Syrie, on te bute pour ton falafel. Un truc entre sunnites et alaouites. Qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour de la bouffe. En Corée du Nord, à la frontière, on a vu des militaires pourtant sensés être fidèles à Kim Jong-un, se disputer un bol de kimshi, régler le différend à coup de kalashnikov et se tirer en Corée du Sud. 

    On est dans la merde. L'équipe de France de football n'avait pas envie de piquer le chirashi des Nippons. Crac, un but encaissé. Mardi, les espagnols n'auront peut-être pas envie de se laisser bouffer les tapas sur le dos. 

    A part ça... Vagabondages restreints sur les réseaux sociaux, du moins à titre personnel. Moins de tweets qui tuent. Le klout qui baisse, et le sentiment de s'en foutre royalement. C'est accessoire. C'est virtuel. Enfin... Ca n'a pas d'importance. Je me suis posé la question de fermer ce blog. Et puis, non. Ca m'a effleuré quelques minutes. Mais ce compagnon est là depuis plus de 6 ans. Alors on garde. On remplit au gré des inspirations... Moins régulier, mais moins obsessionnel pour le rédacteur. Je me rappelle le temps où j'étais obsédé par mes stats. On vieillit, on s'en fout. 

    En fait, je garde le blog pour l'écriture. Pour le plaisir de me mettre devant le clavier. Et de tenter de raconter un truc qui tienne la route. Deux bouquins au compteur bientôt. Des articles. C'est cool. Il faudra que je tente la fiction. 

    Et pour conclure sur quelque chose de perso... Et puis, non. 

    Un titre de The Jam pour finir... à propos de la vanité des choses et de la société du spectacle.. That's entertainment! 

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Bloc-note, Musiques 0 commentaire
  • Bloc-note express N°204

    C'est étrange. L'une des requêtes qui permet d'arriver sur ce blog dans les moteurs de recherche est "petite culotte blanche". C'est perturbant, d'autant plus que ce n'est pas un thème que je me souvienne avoir traité depuis l'ouverture de Dubuc's blog. Parler de rock, de geekeries en tous genres pour finir à la rubrique petites culottes... 

    Démarrer dans un nouveau taf, c'est s'intégrer à un nouvel écosystème, en comprendre les rouages, connaître les gens, et aller de l'avant. C'est cool. Bonne sensation. Quelques jours à Londres pour s'imprégner de la culture corporate, comprendre les clients. Amusant de constater qu'il y a au sein même de l'agence de Londres un Starbucks Coffee. Taffer en bufffant un Latte Venti... Tranquille.

    Littérature... Finir un livre, finir de le finir... Compter les signes. Avoir l'objectif en tête, jusqu'à l'obsession. Ecrire, écrire, écrire. L'éditeur attend et s'impatiente. Les auteurs sont impatienst d'avoir fini. Et seront impatients pendant tout le processus d'élaboration jusqu'à la sortie en librairie. Pour reprendre la promo, hanter les plateaux télé, les colonnes de journaux... Mais en attendant, écrire, écrire...

    A part ça, écoute d'un truc très détendant... que je vous recommande, Vatican Shadow, de l'électro  plutôt planante.

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 0 commentaire
  • Bloc-note express N°192

    Le bloc-note du lundi a rippé au vendredi... Pas eu le temps de bloguer. Le temps de tweeter, le temps de pinner (y'a pas un autre mot? Bernard Pivot, qu'en pensez-vous?), le temps de timeliner... Bref, le smartphone greffé dans la main gauche, le temps d'alimenter les résosocio...

    Dans les choses lues, sur je ne sais plus quel site geek américain, j'ai aimé découvrir que le contraire du smartphone était le dumbphone... Pour les non-anglophones, smartphone=téléphone intelligent, dumbphone=téléphone crétin... J'adore!

    Mercredi soir, pestacle! Enfin, soyons sérieux, débat sur "politique et communication" entre NKM et Pierre Moscovici, animé par Laurent Joffrin et Franz-Olivier Giesbert. Salle en sous-sol, pas de réseau, pas de wifi, nada! Frustration du twittos qui espérait pouvoir poster quelques verbatim. Que nenni. En plus, les positions étant clivées à mort, de débat il n'y eut point sinon, une sorte d'étrange délire de FOG à propos du halal et de la souffrance des animaux... A part ça, Mme la Ministre porte admirablement les talons hauts, et la nuque dégagée magnifie son port de tête... J'ai vraiment la conscience politique au plus haut...

    Jeudi soir, premier Salon du Livre, en tant qu'auteur. Claquage de bises avec éditeur, directeur de collection, responsable presse. Champagne.

    A part ça, formations, cours, stand-up. Affinage de projets littéraires, de projets audio-visuels.

    A part ça lecture hallucinante d'une version manga de la Recherche du Temps Perdu de Proust. Il y a la madeleine, les émois érotiques des jeunes filles en fleurs, de la sodome et de la gomorrhe... Marcel le sensible avec une tronche de manga, c'est 100% priceless! Drôle!

    Lecture tout aussi hallucinante d'un roman noir de Donald Westlake, Le Contrat. Une sombre histoire de romanciers, de manque d'inspiration, de nègres (ghostwriters), de meurtre par procuration. Magistral et fascinant!!!

    J'ai écouté en boucle le dernier album des Black Keys pour me remettre de l'émollient Springsteen... Et Agnes Obel, parce que c'est beau. Et des podcasts de la Scandaleuse Histoire du Rock de l'éminent Gilles Verlant.

    Voila quoi.

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 0 commentaire