Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

île

  • Bloc-note express N°96

    ile.jpgLa possibilité d'une île... L'impossibilité d'une île... Débat Houellebecquien... Je n'aime pas Houellebecq. Je n'aime pas les proclamés "plus grand écrivain français"... Mais revenons à nos îles. Quelques jours d'isolement insulaire. Soleil, rochers et mer. L'île est un espace clos. L'île est peu connectée. Un comble pour le geek qui se découvre une forme de bizarrerie d'existence sans fil, sans réseaux ni connections... Ou presque...

    D'abord la 3G... Internet Everywhere proclame Monsieur Orange...  La clé 3G, 3G+... Appendice disgracieux qui même accroché au bout d'un cable parfois ne capte rien. Ou si peu. Ou de temps en temps. C'est selon.  A condition de ne rien avoir à télécharger. Rien de lourd à consulter. A moins de n'avoir que Google ou Cragislist à consulter. Pas de couleurs. Pages légères. Pas de sophistication graphique de l'interface. Monsieur SFR n'a pas a pavoiser non plus. Aucun signal n'est capté. L'île entre Granville et Saint Malo est oubliée des opérateurs télécom. Internet Everywhere... La blague de la saison.

    Jours d'isolement où l'on mesure le degré de dépendance aux nouvelles technologies, mais aussi le mythe du travailleur mobile. Le mythe de l'hyper-connectivité. Hyper-connecté, certes, à terre, en ville. Pas sur une nationale entre Villedieu Les Poëles et Granville. Le bocage normand conserve ses mystères.

    levison.jpgOù l'on se pose la question de la vie sans Internet... A quoi bon? C'est une telle évidence urbaine. C'est une telle abstraction dans certains coins. Vivre sans Twitter, ni Facebook... Possible. Une forme de luddisme estival. Vivre sans bloguer... Quelques jours de break sans envie de produire quoi que ce soit. Lire, en revanche. Retrouver le contact du papier. Du livre, le machin qu'on emporte partout et que l'on retrouve gondolé au fond d'u sac de plage, plein de sel et de grains de sable et de mica. Iain Levison, le régal de l'été. Tribulations d'un précaire, Une canaille et demi (Editions Liana Levi). Plume acerbe. Dénonciation acide et pleine d'humour des dérives du grand capital et de l'impact de l'économie moderne sur l'homo sapiens.

    Eté japonais, il y aurait des chapîtres entiers à consacrer à un sujet aussi riche. L'honorable partie de campagne de Thomas Raucat (Folio), la Chronique japonaise de Nicolas Bouvier (Petite Bibliothèque Payot). Deux ouvrages légers et riches pour comprendre l'âme de la société japonaise. L'un écrit dans les années 20, le second parlant du Japon des années 50 à 70. Un régal absolu pour le nippophile qui regrette ses virées annuelles à Asakusa et Akihabara.

    Fin de la période dite "de vacances". Reprise de la vie parisienne. Certains aiment le Paris désert du mois d'août. Un Paris étouffant. Sans vie. Dernière semaine d'août, Paris s'éveille. Enfin!

    Plein de projets, champs des possibles analysé tout l'été. Du changement dans l'air, de la continuité aussi. Affaires à suivre. Du consulting, de l'entreprenariat. L'excitation, l'odeur de la poudre.

    Enjoy!

     

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 1 commentaire
  • Bloc-note express N°50

    Ciel, l'apocalypse aurait-elle déjà commencé et on ne nous aurait rien dit? Un Bloc-note express du lundi publié le mercredi... Hell! Comme vous l'aurez constaté de vous-mêmes, le Dubuc's blog fonctionne, doux euphémisme, au ralenti depuis la mi-juillet...
     
    C'est qu'il s'en est passé des choses...
     
    IMGP2414.JPGTout d'abord un méga-changement... Qui va se produire dans un avenir proche. Juste le temps de laisser filer l'été et de se ressourcer dans les eaux fraîches de la Manche... Vacances ce soir. Perspectives insulaires. IPod Chargé à bloc de nouveautés, provision de livres faite, schéma corporel travaillé pendant l'hiver et le printemps, et esprit libéré... 3 semaines les pieds dans l'eau. La possibilité d'une île, comme le chante Michel H et le plumitive Carla B, à moins que ce ne soit l'inverse...
     
    loto3.jpgEsprit libéré et changement... Gros changement. L'auteur de ces lignes quitte l'univers de la presse qui l'a hébergé pendant 20 belles années. 20 ans... 
     
    1988, Mr Dubuc, fraîchement diplômé d'une école de commerce, débarque au sein du Groupe Expansion. Magazine L'Entreprise. Première expérience. Forte. Les amis rencontrés à l'époque le sont encore.
    Les années se succèdent. Le Nouvel Economiste... Gala...
    1995, les années Prisma. Capital, Géo... Passage à l'international. Passion des voyages. Découverte de l'Asie. Premier voyage au Japon. L'international est un virus. L'odeur des aéroports, teintée de kérozène. Le plaisir des premières fois. Hong Kong, Beijing, Taiwan, Seoul, Kuala Lumpur, Singapour, Tokyo, Istanbul, Seattle, San Francisco, New York, Los Angeles, Boston, Londres, Stockholm, Athènes, Berlin, Copenhague, Milan, Toronto, Montréal, Bruxelles, Zürich, Genève... Les années se suivent. Les voyages se succèdent. De Prisma Presse au Monde.
    1999-2008. Le Monde, LA marque emblématique s'il en est. 
    Les années Le Monde, c'est aussi la passion dévorante pour les nouvelles technologies, les nouveaux médias...
     
    De 1988 à 2008, l'évolution des média vécue de l'intérieur. Et le questionnement permanent, relaté ici-même depuis mars 2006. Années fastes de la presse, crises cycliques des investissments publicitaires, dans un paysage qui demeurait stable. Presse, télévision, radio, affichage, cinéma... Et la montée en puissance inexorable du numérique. Qui s'immisce dans toutes les dimensions de notre quotidien. Et l'envie de contribuer à cette évolution. Qui va crescendo
    Et qui trouve sa réponse il y a peu. Mr Dubuc quitte la presse pour un nouveau média, alliant entertainment, internet, publicité... Je n'en dis pas plus... Révélation du teaser à la rentrée...
     
    A part ça...
    edake.jpgConcert électrique de Ed-äke à la Flêche d'Or la semaine dernière. La France tient ses Queens of the Stone Age!!! Un edakecd.jpggroupe de rock dur, électrique, métallique, brutal et mélodique. Alliant énergie et attitude. De moins de trente ans. Qui y croient. Qui ont raison d'y croire. Premier album, In Loving Memory of a Dead Rock Band, disponible à la FNAC et sur iTunes.
     
    A part ça...
    Blog en sommeil jusqu'au 25 août... Réécoutez les playlists de The Rhythm. Profitez de la vie. Elle est belle. On dirait du Capra en couleurs.
     
    Enjoy!
     
     

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 6 commentaires