Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

RIP Ernest Borgnine, souvenir de la Horde Sauvage

ernest borgnine, la horde sauvage, ripErnest Borgnine est mort. Franchement je pensais qu'il l'était déjà depuis des années comme William Holden, Anthony Quinn, toutes ces gueules du cinéma hollywoodien des années 50 à 70. On l'a vu dans des nanars, on l'a vu dans des chefs d'oeuvres du cinéma populaire. Une bonne gueule. Si je ne devais en retenir qu'un film avec Ernest Borgnine (je n'ai pas vu toute sa filmographie, je ne me fie qu'à mon panthéon personnel), ce serait La Horde Sauvage (The Wild Bunch) de Sam Peckinpah, enterrement de première classe du western à l'ancienne avec ses nobles héros à l'âme immaculée faisant face à d'affreux psychopathes mal rasés. Chez Peckinpah, pas de rédemption autre que par le sang. Tout un programme.

Bye Ernest.

Lien permanent 1 commentaire

Commentaires

  • Peckinpah hésitera toujours entre le western classique et ses idéaux immaculés et le cynique western spaghetti.

Écrire un commentaire

Optionnel