29/06/2011

Arcade Fire au Zenith

arcade fireCa devient une habitude, terminer un concert d'Arcade Fire avec plus un poil de sec! L'an dernier à Rock en Seine, une pluie diluvienne avait écourté un show puissant, laissant le spectateur dans un état de frustration, à peine comblé par un Wake up monumental, acoustique entre bâches plastiques et foule transie mais extatique. Hier soir au Zenith, salle plus intimiste à l'acoustique étrange, température étouffante pour show d'une grande intensité. Une setlist mélangeant les trois albums du groupe, des classiques comme Wake up, No Cars Go, Neighborhood. Une belle version d'Intervention, avec grandes orgues. Un groupe en pleine forme, malgré la tentation du très gros son, une basse omniprésente, très, presque trop en avant. Un show de 90 minutes, fort, speedé, avec projection de quelques images du film de Spike Jonze inspiré de The Suburbs (à découvrir icitte).

arcade fire

Arrêtons-nous sur la première partie, Karkwa, un groupe francophone de Montréal, intéressant malgré une propension parfois agaçante aux longues mélopées façon Thom Yorke/Radiohead. Mais un Thom Yorke un peu joyeux... ca change... ;) Un groupe, intéressant qui bien qu'il chante en français, délivre un gros son très anglo-saxon, qui ne le fait pas sombrer dans la tentation de la chanson/variété française. Qu'enteds-je par son "anglo-saxon"? La voix est au même niveau que les instruments, pas mise en avant. Certes au détriment de la compréhension des textes, mais à l'avantage de la musique. Des p'tits gars doués, tabarnak!

Voila!

Enjoy!

27/06/2011

Bloc-note express N°177

Canicule! Rentrez vos vieux!
Ca, c'était le message d'intérêt général. Plus de 30° à Paname. Un lundi. Le truc qui te pousse à ne point sortir de chez toi. Sauf obligation.
Boboland, deuxième semaine. J'avais oublié de vous en aviser, amis lecteurs. Boboland épisode 1, c'était la semaine dernière. Semaine, où, l'auteur de ces lignes, privé de scooter, testait les joies immenses des transports en commun, de la piétonnitude et de la Vélibitude.
Résumons: mardi 21, envies de meurtre sur la ligne 4. Incident voyageur et tout le toutim. Distance parcourue à la vitesse de l'escargot sous Tranxène. Passagers ayant eux besoin de Tranxène.
Mercredi, voyage en bus. Ligne 62. Notre héros découvre que l'autobus, auquel il ne comprend rien depuis des années, présente un certain nombre d'avantages, surtout quand il n'y a ni seniors, ni enfants à bord. Avec Pink Floyd en bande-son...
Jeudi, vendredi, metro, bus et Vélib'! La totale. Timing respecté. Rendez-vous effectués en temps et en heure. In-cré-di-beul!
Weekend, marche à pieds, bus, métro, Vélib'. Je ne pousse pas la boboïsation jusqu'à grignoter des graines germées, il paraitrait que ça grouille de bactéries nocives. Qui bouffe des graines germées, d'ailleurs?
Mégateuf vendredi soir. Champagne et pasta. Et gentes dames et damoiseaux.
Boum samedi soir. Champagne et fromages affinés. Et gentes dames et damoiseaux.
Pique-nique vespéral dimanche. Rosé frais. Et gentes dames et damoiseaux.
Ponctué de siestes et grasses matinées, à peine perturbées par les miaulements de Maître Elvis, félin sympathique, surtout le jour.
Lectures: Marée Noire d'Attica Locke, polar noir, dans l'esprit de l'oeuvre de James Lee Burke. Et le spécial Pink Floyd du magazine anglais Uncut.
Bande-son: Susan Tedeschi, Pink Floyd, Cascadeur, Easy All Stars

Enjoy!



Envoyé de mon iPad

25/06/2011

Dans mon iPod ce weekend... Susan Tedeschi

Cette Tedeschi là a de la voix, elle. Elle ne sussure pas des paroles naiseuses. Elle ne gratouille pas sa guitare acoustique pour les bobos enamourés. Cette Tedeschi, Susan de son prénom, donne dans le blues. Et quelle voix. Une fille qui se produit sur scène avec Buddy Guy. Qui reprend du Dylan, du Hendrix. Qui traine avec la dernière mouture des Allman Brothers.

Du bon gros blues, qui tache, qui vous met des bleus à l'âme, et vous fait instinctivement battre la mesure avec le pied. (Merci à Mossieur Resse pour cette découverte enthousiasmante! Respect!)

Susan Tedeschi - Soul of a Man

Enjoy!

22/06/2011

Bloc-note express N°176

Bon, l'est pas mouru le Dubuc... C'est donc sur cette note positive que le chroniqueur entame la semaine. Il flotte, il fait gris, le scooter est dans un piètre état. Mais ce qui ne vous tue pas, etc. comme disait l'ami Friedrich... Bref retour en forme qui permet d'entamer une crise existentielle sur le mode: et si... Et si je m'étais mangé le rail en béton sur le périphérique ou l'autoroute... Et si j'avais été seul en selle... Et si, et si, et si... Et si j'arrêtais le scoot'? La bonne question. 

Vie de piéton. Vie dans le métro. Prendre son temps, ralentir. Et si je ralentissais? Pour lire, écouter de la musique, jouer à Angry Bird, bercé par le bruit des rails, dans les effluves matinales d'aisselles pas nettes... Ca y'est, ça me reprend. tout de suite LE truc négatif. Bon, jouons notre bobo parisien. Donc, Vélib, métro et marche à pied.

biker, live to ride, boboUne fois digérée la note positive. Hier, il flotte, incident voyageur sur la Ligne 4. Mais keskizont les gens à se jeter sous le métro le jour où je le prends? Ils devaient être plusieurs. C'est tragique. C'est Guyana, c'est le Temple Solaire, pas uniquement la détresse individuelle. Pas d'explication, jamais d'explication. Seul le constat impitoyable que les rames sont bondées. Que les quais sont bondés. Que ça n'avance pas. Et que le bobo-écolo du paragraphe précédent ne rêve que d'une seule chose: remonter en selle! Donc c'est décidé: je reprends le scooter! Live to ride, baby! Born to be wild!

A propos de bobos, lecture agréable, Bobos de Merde, le livre de Benoît et Bixente. Beaucoup d'auto-dérision et un petit côté entomologiste fort plaisant. A 47 ans, je me sens à peine concerné... Hin, hin. Les fringues The Kooples ne taillent pas assez grand pour y caser ma carcasse un peu charnue. 

Super programme de concerts à venir... Arcade Fire, Greg Allman, Fleet Foxes, John Mellencamp. En bonne compagnie. 

rolling stonesSamedi dernier, soirée Rolling Stones, chez un vrai passionné. J'y vais avec un t-shirt Ramones, histoire de marquer mon territoire. Je ne suis pas de la génération Rolling Stones. J'aurais aimé. Pas de bol, je suis né trop tard et n'avais pas de grand frère pour m'y initier. Mon adolescence c'est le punk et la new wave. Belle soirée quand même! Dans une cave, avec un groupe reprenant le répertoire des Glimmer Twins. Arrosée de quelques bières, comme il se doit. It's only rock'n'roll and I like it!

A part ça... 20 ans de mariage aujourd'hui!

Bande-son de la semaine: Susan Tedeschi (courtesy Mossieur Resse), The Kills, Miles Kane

Enjoy!

21/06/2011

Le Google doodle du jour par Takashi Murakami

Un pur régal! Spécial Kaikai & Kiki, les deux personnages fétiches de Takashi Murakami.

takashi murakami, google doodle

Enjoy!

19/06/2011

RIP Clarence "Big Man" Clemons

So long Big Man :°(

 

18/06/2011

Dans mon iPod ce weekend... The Kills

Quel duo. Quelle sensualité dans ce seul morceau, lent, envoutant où l'auditeur, qu'il soit puceau branlotin, ou quadra quasiment quinqua se laisse embarquer dans les pas d'Alison Mosshart. Et pourtant, c'est un chant d'adieu, The Last Goodbye. Non, ne pars pas. Sinon, j'irai voir Anna Calvi...

The Kills - The Last Goodbye

Enjoy!

15/06/2011

Bloc-note express N°175-bis - Spécial Don d'organes

Que les choses soient, claires... Je donne tout. Corps humain à peu près en bon état, cerveau, foie, etc. Voila, c'est dit. Telle est ma contribution au développement durable et à la science. Et si ça peut aider mon prochain...

Pourquoi ces propos? Hier, à un carrefour, l'accident. Un parcours sans faute de 14 années en scooter arrêté un peu sèchement par un véhicule décidant sans prévenir de tourner sur sa gauche alors que j'étais à son niveau. Bruit mat. Chute. Silence. Hébétude. Passagère à terre. Gendarmes passant par là. Pompiers. Police. Scooter en vrac. Défoncé.

A bord du camion de pompier, on ne fait pas le malin, les gars sont sympas, très pros. Et refusent catégoriquement de me laisser utiliser le défibrillateur... Pourtant, après le visionnage d'au moins 10 saisons d'Urgences, je maîtrise les bases... Hin, hin...

Hôpital Ambroise Paré. Urgences. Comme dans la série éponyme, de jolies infirmières, des données absconses, la sat, le Glasgow, etc. Et de l'attente. Car contrairement à la série, aux urgences, c'est pas speed. On attend, on s'emmerde joyeusement en attendant que soient dévoilées les épreuves à venir. radio. Attente. Verdict. Attente. Chirurgien annoncé pour suture. Attente. Suture. Attente. Paperasse de sortie Attente. Batterie d'iPhone à 15%. Affaires courantes expédiées. Géoloc sur Foursquare, mais il faudrait plusieurs séjours récurrents pour devenir le Mayor du lieu. Pas envie. Pas de live tweet non plus. Pas vraiment de photos gore à publier sur le mur Facebook. Belle progression dans les niveaux d'Angry Bird.

Et à part ça...
Cette nuit j'ai rêvé du bruit de l'impact. Un sale bruit, très mat, pas suramplifié et gonflé de basses comme dans les films. J'ai eu mal au bras. Un peu raide. J'ai cette impression d'avoir été tabassé. Mal un peu partout. Et puis en fond du fond, ce sentiment étrange d'avoir perdu mes pouvoirs de super-héros. De m'être cru immortel pendant des années, et de réaliser bêtement que ma grande carcasse n'est qu'un peu de barbaque qui résiste mal à l'abrasion du bitume.

Le scooter a morflé. Un Vespa, c'est encore fait de métal. Ca absorbe bien les chocs.
Je suis un petit piéton qui va essayer de rester en vie encore pour un paquet d'années. J'ai eu la trouille, pas sur le coup. Après.

PS: Ma passagère va bien. Choquée sur le coup. Mais elle va bien.

Envoyé de mon iPad


14/06/2011

Bloc-note express N°175 - Spécial Don du sang

Aujourd'hui, 14 juin, c'est la Journée Mondiale des Donneurs de Sang! Alors, faites comme moi, allez donner votre sang! Enjoy!

 

 

11/06/2011

Dans mon iPod ce weekend... Miles Kane

Catégorie belle pop. Comme on désespérait d'en réécouter depuis... Cette pop à la Scott Walker, à la Phil Spector, aux arrangements luxueux, classieux, au son moëlleux sans être mièvre. On avait déjà repéré le garçon avec son compère Alex Turner au sein des Last Shadow Puppets. Mile Kane, en solo frappe un grand coup. Un bel album à déguster comme un foie gras arrosé de sauterne et faire tourner en boucle!

Miles Kane - Take the night from me (Colour of the trap)

Enjoy!