Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Bloc-note express N°158

    effet domino, tunisie, egypteQuelle semaine! Entre la Tunisie qui révolutionne, l'Egypte qui explose, les dominos qui tombent. Ca ventile, ça disperse façon puzzle. Waouh! Ca s'indigne, comme dirait Stéphane Hessel.

    Et pendant ce temps-là, notre héros tenait conférence à Casablanca, dans le cadre du salon Dom & Event. Un grand merci aux organisateurs pour leur invitation. Une belle tribune, de belles découvertes. 

    dom & event 2010Et un constat: l'utilisation des médias sociaux est un vrai phénomène international. Les marques, les entreprises s'interrogent partout sur la nécessité d'utiliser les médias sociaux comme mode d'interaction avec leurs communautés. Tout le monde est conscient des enjeux. Les questions de la salle sont pertinentes, les jeunes entrepreneurs, les étudiants en marketing rencontrés sont des passionnés. Les obstacles rencontrés par les promoteurs de l'utilisation des réseaux sociaux sont les mêmes qu'en France: mêmes fantasmes, mêmes méconnaissance des arcanes du web 2.0, même peur de la perte de contrôle de l'information...

    Weekend à écouter en boucle Anna Calvi. Envoutant.

    incendies, denis vileneuve, libanIncursion cinématographique: Incendies, de Denis Villeneuve. Film canadien, destin de femme, sur fond de guerre du Liban. Un peu glauque et pourtant très fort. Un film sur l'identité, sur la recherche des racines, sur la douleurs de la découverte de ces mêmes racines, dans un contexte politico-religieux troublé. A voir, pour le choc et la puissance du récit (non dénué de maladresses). Pas un divertissement léger...

    Projets éditoriaux... hé, hé... Mr Dubuc n'a pas dit son dernier mot. 

    Ce soir, rencontre avec Louis Bertignac...

    Bonne semaine!

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 0 commentaire
  • Dans mon iPod ce weekend... Fire in Cairo

    Un morceau de circonstance... The Cure: Fire in Cairo...

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 0 commentaire
  • Dans mon iPod ce weekend... Anna Calvi

    On ne parle que d'elle dans la presse branchouille, rock, culturelle. Anna Calvi. Yeux bleux, visage mince, l'opposé de Beth Ditto, physiquement parlant. Bien entendu, il faut toujours se méfier de la hype. Etre vigilant quant à ces nouvelles valeurs qui s'avèrent être comme ces vins trompeurs. Belle attaque, séduisants, mais manquant de longueur en bouche, éphémères. Qu'en est-il d'Anna Calvi, me disé-je en lançant la première plage?

    Un régal. Une voix puissante, des mélopées qui rappellent Siouxsie, sans les oiripeaux gothiques. Un petit quelque chose de Bat for Lashes. 10 morceaux, 10 mélopées sur ce premier album, attendu comme la septième merveille du monde. Un album attachant, qui s'écoute en boucle. Tant il ne contient ni frime, ni effets surfaits. Un joyau.

    Anna Calvi - Desire

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 2 commentaires
  • Trahi par mon éditeur (Lettre ouverte)

    C'est un éditeur parisien. Appelons le... Non, ne l'appelons pas. Pour faire court. La boîte est sérieuse, spécialisée dans les ouvrages professionnels... Du lourd. Quand nous nous sommes rencontrés, nous étions plein de cet enthousiasme naïf. Surtout moi. Publier un livre, à 46 ans. Moi, un homme du papier converti au digital. J'aimais l'idée de ma main caressant la couverture brillante de l'ouvrage, dont j'espérais qu'il puisse devenir une référence. En toute immodestie. Mon livre, mon premier. Un ouvrage pro consacré à un sujet qui me passionne, l'identité numérique, comment la maîtriser, comment la construire.

    Lettre ouverte à celui qui me plante au milieu du gué, sans encore me l'avoir annoncé officiellement.

    "Cher Monsieur,

    J'ai eu l'occasion de rencontrer, au gré de mes pérégrination professionnelles, dans les médias, dans la publicité, en France comme à l'étranger, des gens sympathiques, d'autres moins. Des gens complexes, des caractériels, des colériques, des politiques, des roublards, des plus ou moins courageux, des manipulateurs... Dans l'ensemble des gens qui avaient malgré tout la capacité de dire non. Parfois en face, parfois par des voies détournées, mais pour l'essentiel dans un délais raisonnable. car le temps est précieux. Nous le savons tous. Time is money, autant ne pas le gaspiller afin de nous consacrer à l'essence de nos activité, de nos passions.

    Aujourd'hui, votre silence éloquent à mes requêtes et demandes d'explications, me fait comprendre que nos chemins se séparent. Que vous n'irez pas jusqu'au bout du processus de publication de l'ouvrage dont je vous ai proposé le texte. POur lequel nous avions signé un contrat. Mais jusqu'au bout, vous m'aurez fait croire que vous étiez déterminé à le faire paraître. Quitte à me l'affirmer en face à face dans votre bureau en ce début janvier. Quitte à me parler édition électronique, plan marketing. Quitte à me donner un échéancier. A m'affirmer que 2011 ne ressemblerait pas à 2010. Jusqu'à ce que, n'ayant pas de nouvelles, n'ayant toujours pas vu la version corrigée de mon texte et vos souhaits de modifications, l'on me laisse entendre que vous n'aviez probablement aucune intention de publier mon livre.

    Une question me taraude: pourquoi, à l'heure des licenciements et ruptures amoureuses par sms, n'avez vous pas interrompu le processus plus tôt? Je vous en avais fourni, sur un plateau un prétexte, un mail au ton très abrupt dans lequel je m'interrogeais sur l'a durée de l'invraisemblable processus éditorial auquel vous vous livriez sur lequel je n'avais aucune visibilité. Rien. Vous me répondites sur ce même ton bonhomme, un peu compassé, caractéristique de vos correspondances. Tout est sous contrôle, laissiez vous entendre. Je vous ai fait confiance, vous étiez l'éditeur. Je n'avais pas la prétention de vous apprendre votre métier. Chacun son savoir-faire.

    Une autre question me taraude: pourquoi nous avez-vous fait perdre notre temps, à moi, et à celui  dont vous aviez validé l'idée de lancer une collection de livres co-brandés? Lui aussi s'est fait rouler dans la farine. Mais lui est un ami, qui avait eu l'amabilité de me proposer de rédiger le premier livre de cette collection. Nous sommes deux à nous sentir floués. A vous avoir fait confiance, et nous sentir aujourd'hui trahis. Il eût été tellement plus simple d'arrêter le processus. De faire preuve de professionnalisme.

    Il est un autre point qui me chagrine. Dans l'élaboration du livre, j'avais sollicité des témoignages destinés à apporter un éclairage à la problématique du personal branding. Ils s'y sont prêtés avec enthousiasme. Je les en remercie. Ils ont joué le jeu, eux. Et je les crois eux aussi consternés du peu de cas que vous faites d'un travail qui m'a pris plusieurs mois.

    Je me remémore un verbatims formulé par un de vos collaborateurs. Vous souhaitiez parait-il un livre "à l'américaine". Je connais bien les Etats-Unis, et me permets de conclure cette missive par un constat: rêver de livres "à l'américaine", c'est sympathique. Encore faudrait-il de votre côté adopter des méthodes "à l'américaine" pour optimiser vos processus de publication. En clair, un seul mot pour résumer: EFFICACITE...

    Voila c'est dit. 

    Je ne vous dis rien de mes intentions, n'ayant pu percer le mystère des vôtres.

    Assez peu cordialement,

    "

     

     

     

     

     

    Lien permanent 10 commentaires
  • Bloc-note express N°157

    louis-ferdinand-celine-1.jpgCommençons par Louis-Ferdinand Céline. Est-il possible de lâcher la grappe au Docteur Destouches? Ecriture puissante, révolutionnaire, le roi du ... et du !, plombé par ses mauvais choix politiques et son anti-sémitisme radical. Le Voyage au Bout de la Nuit, quel texte! J'ai moins aimé les autres. D'un chateau, L'autre, Mort à Crédit. De là à en faire une affaire d'état... Ce qui m'a surpris sans me surprendre d'ailleurs, est que les textes de ses fameux pamphlets interdits, L'Ecole des Cadavres et  Bagatelle pour un Massacre sont trouvables sans aucune difficulté sur le web. Cela a probablement une vertu pédagogique, à l'heure où on ne doit plus se contenter de la doxa officielle. Vérifier par soi même, plutôt qu'accepter une vérité officielle. Une ambiguïté aussi. Que faire de ces textes et de leur nauséabond contenu? Mais c'est aussi cela la force d'Internet. Qui gêne les pouvoirs. Le fait qu'on ne peut plus rien cacher sous le tapis en espérant que personne n'en saura rien. L'effet Wikileaks.

    salo_br.jpgPassons à Pasolini et Berlusconi. Il y a un lien entre les deux. Qu'à ce jour personne n'a souligné, et pourtant l'évidence saute aux yeux. Salo ou les 120 jours de Sodome est à ce jour la pire expérience cinématographique que j'ai vécu. J'avais 22 ans. Je l'ai pris en pleine face. Film crade, sale, obscène. Certains critiques le décrivaient comme une parabole politique. Qui aurait valu à Pasolini la rancoeur de la classe politique italienne. Pensez, des notables fascistes italiens se réfugient dans la République de Salo, dernier bastion du régime mussolinien sous protection de troupes SS. Ils enlèvent des jeunes gens, filles et garçons, et les soumettent à leurs désirs et fantasmes les plus obscènes. Qu'est-ce qui est reproché à Berlusconi actuellement? Frasques sexuelles avec des mineurs. La Berlusconie est attaquée de partout, l'empire s'écroule. Le parallèle est étonnant.

    hunter-thompson.jpgA part ça, visionnage de Gonzo, le documentaire consacré à un géant de la littérature et du journalisme américain, Hunter S. Thompson. Le gonzo journalisme, ou journalisme subjectif. Du terrain, beaucoup de terrain, et une approche distancée du sujet au travers des yeux du journaliste, qui ne s'efface jamais du premier plan. Chez Thompson, de la dope, de l'alcool, des excès, des flingues. Un personnage fascinant, dont deux des textes sont au sommet de mon Panthéon personnel: Las Vegas Parano et Hell's Angels. La subjectivité, une belle source d'inspiration pour les blogueurs.

    nrj-music-awards-2011.jpgPour finir sur une note légère, mentionnons une soirée de télévision passée devant les NRJ Music Awards, à l'instigation de mes enfants. No comment. La seule présence de Jenyfer, Nikos Aliagas et Line Renaud sur un même plateau suffit à me conforter dans l'idée qu'NRJ est une hybridation terrifiante où le mauvais goût, le kitsch involontaire et la culture de masse se mêlent en un cocktail bizarre. Le tout diffusé sur TF1. La boucle est bouclée. Christophe Mae semble vendre des disques, soit. Mylène Farmer est l'objet d'un culte effreiné, soit. Shakira a un déhanchement d'enfer, soit. En revanche, Stromae c'est plutôt bien. Et encore ne jugé-je que sur un seul morceau, dont quelques notes dissonantes créent la surprise dans un océan de soupe R'n'B prédigérée...

    C'est tout.

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 0 commentaire