Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Interactivité et affichage

    Innovation majeure encore que nous rapporte Le Monde aujourd'hui: JCDecaux et l'INRIA ont conclu un accord de transfert de technologie afin de faire entrer l'affichage dans l'ère de l'interactivité. La technologie, basée sur l'informatique diffuse, rend le mobilier urbain interactif. L'individu, mobile, est connecté en permanence, grâce à son téléphone ou son PDA.
    Le passant recevra en fonction du contexte dans lequel il évolue, une information publicitaire, une information de service... Intéressant pour un annonceur car on entre dans une relation One to One entre la marque et son client potentiel! Intéressant pour diffuser une information promotionnelle et/ou provoquer un achat.
    A suivre!!!

    Lien permanent 0 commentaire
  • Bloggin' & sellin'

    Juste une vacherie en passant... Le chef de pub (au sens support: vendeur d'espace) mono-média technophobe est mort, ou presque. Sale nouvelle pour lui!

    Mais allons au fait: on connait le blog en tant que moyen d'expression, on connait le blog comme support puissant (Skyblog), le blog est-il suffisamment utilisé comme outil de CRM? En clair, j'ai un message à communiquer à une cible donnée, annonceurs, agences, marché publicitaire... Pour faire moderne, j'ai déjà mis en place un site, avec ô joie, une adresse mail qui me permet de recueillir remarques, demandes, récriminations... Sympa. Très Internet 1.0. Parallèlement, je pratique l'e-mailing. L'e-mailing qui, avec la généralisation du spam et des outils de filtrage offre des résultats de plus en plus aléatoire et n'est plus gage de modernité.

    Dans un esprit Internet 2.0, le blog est le moyen le plus simple, le plus tendance, voire à ce jour le plus moderne de communiquer avec son marché. Facile à administrer - chaque commercial pourrait quasiment élaborer son blog personnel afin de communiquer avec son périmètre de clientèle - son interactivité en fait un beau moyen de promotion d'autres supports moins modernes par essence, ainsi qu'un formidable outil pédagogique d'initiation aux joies de l'Internet.

    Dont acte! Au taf les pt'tits gars! comme aurait dit Gainsbarre.

    Lien permanent 1 commentaire
  • Teriyaki blog

    Les japonais bloguent! Jusque-là rien de spécial. On pouvait s'en douter... Mais le japonais est-il différent du blogueur américain ou français? Selon le Japan Journal, 80 millions de japonais sont utilisateurs d’Internet soit 62% de la population. En mars 2005, 3.35 millions de Japonais avaient ouvert un blog, ce chiffre passant à 4.73 millions fin septembre. La tendance: pratiquement 8 millions de blogs à la fin 2007. medium_imag0064.jpg

    Qu’est-ce qui motive ce phénomène? Selon une étude menée par le Ministère des Affaires Internes et de la Communication, et publiée en juin 2005, 50% des blogueurs interrogés déclarent le faire pour laisser une trace de leur vie quotidienne, 32% pour partager des informations, 27% pour exposer leur point de vue et opinion à l’attention du plus grand nombre. Pour ce qui est du contenu, 61% décrivent leur blog comme un journal intime relatant leur vie quotidienne, 24% parlant de leur hobbies, de sport, de cinéma, de télévision ou de leurs animaux de compagnie… En mars 2005, on estime à plus de 16 millions le nombre de personnes ayant visité un blog au moins une fois.

    Côté économique, The Affiliate Marketing Association a fait une enquête l’année dernière d’où il ressort que 27% des blogueurs n’avaient pas perçu le moindre yen et 43% moins de 1000 yen, soit 7 Euro… A peine de l’argent de poche…medium_imag0065.jpg

    Le blogging n’a donc pas encore fait la fortune de ses pratiquants...

    Finalement, une approche classique du blogging: soif d'expression, besoin de communication... Le blogueur japonais se fond dans la blogosphère mondiale...

    Côté contenu, une fonction du média a émergé lors de catastrophes naturelles: sa capacité à véhiculer des informations pratiques en temps réel – si tant est que le réseau soit opérationnel. Une expérience grandeur nature a été réalisée en juillet 2005 dans la ville de Nagaoka, le Nagaoka Seikatsu Joho Koryu Netto (Nagaoka Daily Life Information Exchange Network). Le site web de la ville ayant été rendu inaccessible du fait d’inondations, un blog indépendant a été mis en place afin de donner des informations pratiques, des consignes de sécurité, des directives d’urgence, la carte des zones inondées, etc… sans oublier les liens avec les sites du gouvernement… Un succès selon les autorités avec 10 000 visites la première semaine. Un blog d’urgence similaire a été mis en place 3 mois plus tard, dans la même région, suite à un tremblement de terre avec le même succès. (Pas pu vérifier n'étant pas sur place! L'idée mérite d'être approfondie!)

     

    Technorati tags:

    Lien permanent 0 commentaire
  • Gratuité et média de masse

    J'ai repris ma bible du moment, quoique sortie en octobre 2005 (une éternité, à l'aune de l'obsolescence accélérée du bien culturel, de la hype, ou de l'information), "Une Presse sans Gutenberg" de Bruno Patino et Jean-François Fogel (Grasset). La notion de gratuité y est largement évoquée: Internet a provoqué une disruption pour la presse d'information. Elargissons le débat: pas uniquement pour la presse. Internet donne l'illusion de la gratuité et nous confronte à la perte du sens de la valeur de l'objet. Pourquoi paierais-je un bien, un service, une information, un film, un morceau de musique alors que je sais qu'il est quelque part sur la Toile, et que je peux y accéder facilement? Et que le fait de payer mon abonnement à mon FAI est pour moi le droit d'accès à un univers où tout est disponible, la licence globale en quelque sorte...
    Médiatiquement parlant, le modèle télévisuel a quelques années d'avance: la télé hertzienne est accessible gratuitement. La TNT permet l'accès gratuit à un nombre de chaînes plus important. Dans les deux cas, gratuité = média de masse. L'offres payante est un offre ciblée, pointues, que ce soient les bouquets satellites, les chaînes cablées ou les futures chaînes payantes de la TNT. Payant, donc segmenté. La conséquence: des audiences atomisées. L'émergence de la VOD va accentuer cette atomisation, avec en prime un modèle publicitaire à réinventer, où à recycler ("This programme is brought to you by Lux, the soap of the stars"... ou le retour du soap opera version numérique...)
     
    Côté radio, la gratuité va de soi. Quid de la radio numérique accessible sur abonnement? Dans ce cas, on assistera à la naissance d'un média très segmentant. Même approche avec les podcasts. Anecdotiques aujourd'hui, ils sont à l'instar de la VOD, le dernier avatar de la personnalisation du media. Et là aussi, un modèle publicitaire est à inventer avec de vieilles recettes! ("This podcast is brought to you by Coca Cola"...).
    Et la presse? La visite d'un kiosque est parlante: saturation de l'espace, multiplication de l'offre, multiplication des produits de niche, chacun tentant d'émerger dans la cacophonie, en exposant quelques centimètres carré de couverture... On est chez Alien... "dans l'espace, nul ne vous entend crier..."... Le produit de presse payant est condamné à n'être qu'un média de niche. Le gratuit est le media de masse.
    Comme dans l'industrie du luxe, on est prêt à payer cher (mais cher, c'est quoi dans le luxe?) un produit dont on subodore qu'il va être de qualité. Value for Money comme on dit. Vendre peu mais cher, avec de fortes marges. Là s'arrête le parallèle. Les marges d'un produit de presse sont loin de celles du luxe. Et la publicité, du fait de l'atomisation de l'offre ne peut subvenir aux besoins des milliers de publications disponibles...
    Là réside le paradoxe qui amène la presse payante à tenter de se réinventer... Le darwinisme économique fera le reste.
     
     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Innovation majeure!!!

    Je ne suis pas le premier à en parler, mais arrêtons-nous quelques minutes sur l'information lancée par Les Echos, vendredi dernier: le lancement de la version e-paper du quotidien dès 2007!

    Une innovation majeure! Un rêve et un développement aux conséquences économiques sans précédent pour l'industrie de la presse! En effet, quel patron de presse n'a pas rêvé de s'affranchir et du réseau de distribution et de ses unités de production? Nous pouvons nous régaler d'avance en envisageant la réaction du Syndicat du Livre CGT à cette avancée qui condamne à long terme le papier...

    Nous suivrons de près les développements de cette révolution technologique: prix, technologie employées (Les Echos parlent de feuilles de format A4 ou A5 ou de lecteurs).

    Qui commercialisera le support? Sera-t-il interactif? universel pour accéder à d'autres titres? des blogs, des sites? Quel en sera le modèle publicitaire? Beaucoup de questions.

    Mais un constat: la primauté de l'écran dans notre vie quotidienne!

    Lien permanent 4 commentaires