Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

tony james

  • Carbon/Silicon au Trabendo

    Un mercredi soir au Parc de la Villette. Rendez-vous à 20h00 le 17 décembre pour le concert de Carbon/Silicon, le groupe monté par deux vieux complices des années punk, Mick Jones (ex Clash, B.A.D.) et Tony James (ex Gen X, Sigue Sigue Sputnik)... Deux vieux potes dont on peut se demander a priori ce qu'ils valent encore sur scène au delà de la légende. Au delà aussi des risques  de la reformation. Kilos superflus, auto-parodie, auto-complaisance, exploitation d'un fond de commerce... L'heure est aux reformations. Toutes les légendes, si elles ne sont pas mortes de cancer, suicide ou étouffées dans leur vomi, tentent le retour. Pour le meilleur, The Stooges, et le pire, The Police, voir Queen ou The Doors...

    IMG00015.jpg

    The Clash a toujours refusé de revenir sur scène après son split final et Joe Strummer a définitivement cloturé le dossier en 2002. Onc' Joe. Qui nous laissés orphelins, et nostalgiques d'une certaine éthique du rock. Un peu janséniste. Onc' Joe et son gang qui reviennent dans les mémoires cet hiver entre remarquables albums live (Shea Stadium!!!) et docus (Revolution Rock, The Future is Unwritten)...

    Carbon/Silicon. Deux guitares, une basse, une batterie. Une énergie brute. deux vieux complices qui se marrent, sont détendus. Qui sont proches du public, quitte à tendre l'oreille à ses demandes... Et ne pas y répondre. White Riot, réclame la foule. Que nenni. Pas de reprise de Clash pendant le concert.  Carbon/Silicon ne donne pas dans la nostalgie et n'est pas un tribute band exploitant un fond de commerce. Carbon/Silicon, s'il délivre un rock bruyant, et harmonieux aux guitares saturées et à la rythmique efficace, joue son propre répertoire. De nouveaux morceaux dont les tonalités rappellent quelque chose. Le goupe procède par citations. Riffs. Choeurs. On replonge dans l'histoire du Clash. On croit reconnaître. On n'y est pas. Mick et Tony se marrent. Boivent un coup. Bière pour l'un, scotch pour l'autre. Pas de cover. Rien que des nouveaux morceaux. Des chansons fraîches. Mick demande même un pupitre avec les paroles des nouveaux titres... Qu'il chante, très détendu. Il danse. Prend des postures rigolardes de guitar hero au second degré.

    IMG00025.jpg

    Le public danse, se laisse prendre. Un public d'ex punks. Un public de vieux de quarante-cinquante ans. Pas déboussolé par les nouveaux titres. Happés par l'aura et le charisme des deux frontmen, qui se paient le luxe d'une citation finale de Police on my back lors du dernier rappel.

    Mick Jones n'a pas changé, hormis sa calvitie qui le fait ressembler à Alain Juppé... Nos héros prennent un coup de vieux... Mais la démarche du groupe qui met morceaux et démos en téléchargement libre sur son site, reflète la passion qui peut faire remonter sur scène des mecs qui n'ont plus rien a prouver et pourraient vivre de la nostalgie de leur gloire passée.

    Enjoy!

     

     

    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire