Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

tennis

  • Les Miscellanées du tennis: Brunat monte au filet

    miscellanées du tennis, david brunatC'est étonnant chez les normaliens, ce besoin de faire des phrases. Et de belles phrase. Les Miscellanées du Tennis sortent concomitamment à l'ouverture officielle du tournoi de Roland Garros. David Brunat, l'auteur, est un gars que j'aime bien et que je n'affronterait ni sur le terrain de la pure rhétorique, ni sur un court de tennis.

    Il a de multiples talents. Dont celui de rendre passionnant un sport qui provoque chez le spectateur un mouvement de tête de droite à gauche et vice-versa pour peu qu'il soit sis sur le bord latéral du terrain. Le tout ponctué du bruit de l'impact de la balle jaune sur le cordage des raquettes, et de cris des joueurs s'apparentant au râle du mâle fornicateur au momenr de l'éjaculation. Wow, c'est chic, ça, comme image. Les enfants, quittez la pièce. Oh yes, oh yes, oh... raaaaaaaaah! Avantage service!

    Puisqu'on parle d'émois érotiques, laissez moi vous conter, jeunes gens, ma propre miscellanée. 15 ans en 79. Brave puceau, pur produit de l'enseignement privé confessionnel de la banlieue ouest de Paname. Je regardais Rolland Garros. Les Borg, McEnroe, Connors, Wilander, gaulés comme des ablettes. Des héros. Mais mon regard se portait ailleurs. Sur les héroïnes. Chris Evert, Gabriella Sabatini. La blonde américaine au regard clair. La brune sud-américaine pulpeuse. Roooh. gabriela sabatini, tennisCinq cent millions de petites tenniswomen, émois, émois, émois... Etait-ce la jupette? La petite culotte blanche? La jambe effilée? En plus, malédiction! C'était la moche qui gagnait. Navratilova. La méchante. La Madame Olson des courts de tennis. Venant de derrière le rideau de fer. Tout pour plaire! Et on murmurait qu'elle n'aimait pas les garçons. Diantre! La totale incarnation de l'Antéchrist! Le temps passa. La moche resta au top. Jusqu'à être défaite par la génération montante. Des cogneuses méchantes, poussant, elles aussi, comme les mâles, de gênants cris orgasmiques au moment du service. Monica Seles, l'enfer. Ce petit cri, que l'écriture ne peut restituer. Le tue l'amour parfait. Qui fait applaudir des quatre pattes la sage décision des instance de ne pas laisser les matches féminins durer plus de deux heures d'affilées. Han! Han! Game, Seles!

    Après j'ai décroché. Malgré Sharapova. J'avais grandi. Et entre temps, j'ai fanstasmé sur les rockeuses... Et sur les stilettos, fort peu pratiques sur les courts...

    Bref, Les Miscellanées du Tennis de David Brunat (Editions Fetjaine), dans les bonnes librairies à partir du 5 mai.

     

    Enjoy!

    (Teaser: Et pendant ce temps, les sieurs Prat et Dubuc travaillent eux aussi à la rédaction de leurs Miscellanées, dans la même maison, avec le même directeur de collection, Mr Gilles Verlant, himself... Bientôt dans les bacs, mais pas tout de suite quand même...)

    Lien permanent 1 commentaire
  • Tennistique appliquée

    Je n'y connais rien au tennis... Enfin... juste le minimum vital qui permet de comprendre ce qui se passe sur le terrain et de pratiquer lasharapova.jpg chose modestement (Un euphémisme... Cata totale, et incompétence reconnue, massacre de raquettes à la clé). Un minimum pour apprécier l'envol des bords de la jupette de Maria Sharapova, et avoir trouvé, en son temps (in antiquis temporibus), Chris Evert fort charmante...

    A part ça, des mecs ou des filles en blanc tapent dans une balle. Tous essayant d'avoir suffisamment de peur de gagner pour ne pas avoir à subir l'interview multilingue de l'incroyable Nelson Monfort (A propos dudit Nelson, une petite vidéo icitte, où Violette SBEP fait connaître un grand moment de solitude au susmentionné)...

    balles_trappe_01.jpg

    Sur un court de terre battue, de zonga ou en lino Gerflor, les français ont cette légendaire peur de gagner, perdent leur tennis, et se font massacrer par des cogneurs et/ou des cogneuses (celles-ci poussant de disgracieux cris vaguement orgasmiques, faisant craindre le pire aux mâles...). Hors du court, ils galochent en boîte de nuit et sont contrôlés positifs... No comment... Bref, pour faire court, la chose tennistique me laisse en général indifférent... sauf quand Noah bat Wilander... Mais c'était déjà au siècle dernier...

    Et David Brunat me file un opus qu'il vient d'écrire. Balles Trappes. Gonflé le gars. Ecrire sur le tennis. Raconter un match de l'intérieur. Et pas Borg-Lendl (Ronfle, ronfle...) ou Williams vs Williams... Lui contre un gars du club. D'anonymes tapeurs de balles. Que se passe-t-il dans la tête d'un joueur? Ca gamberge! Ca mouline, ça tactique, ça colère! Un exploit! Tenir le lecteur en haleine sur une centaine de pages narrant les échanges, les tricheries, décortiquant les petits travers, les mauvaises habitudes des joueurs, directement issues des tics et travers des joueurs pro, par écran de télé interposés! Tenez... le gars qui fait rebondir cinquante fois sa balle avant de servir... Celui qui invente des fautes, de préférence hors du champs de vision de son adversaire...

    Sur ces bonnes, paroles, je vais tenter de retrouver ma raquette... et accessoirement mon tennis... Et vous pouvez acheter l'ouvrage icitte.

    Enjoy!

    Lien permanent 0 commentaire