Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

société du spectacle

  • Carla, Nicolas, Rachida, et Guy Debord sont dans un bateau...

    guy_debord1.jpgLa rumeur. Vieille comme le monde. Rebaptisée buzz ou ramdam, elle reste rumeur. Rien de neuf sous le soleil. Nihil novi sub sole, pour les lettrés. Parce que franchement, qu'en avons nous à faire que Marie-Antoinette ait une "affair" comme disent les anglo-saxons avec le Comte Fersen? Que la Montespan ensorcèle Louis "l'Etat c'est Moi" le Quatorzième? Que Claude Pompidou soit embringuée à l'insu de son plein gré dans les "parties fines de l'Elysée"? Que Catherine II et François-Marie Arouet...? Quoique... On s'en tamponne tout en gardant l'oreille ouverte. Entre demi-vérités, pleins mensonges, grand air de la calomnie... Comme disait le petit père Goebbels (à ce propos, j'aimerai avoir la citation originale auf Deutsch, question de rigueur intellectuelle. Le web est peu disert, et la lecture des mémoire de ce sinistre personnage n'est pas une priorité...), dont comme disait le Reichsminister: plus c'est gros, mieux ça passe. La pierre philosophale pour les spécialiste de la communication politique. Un exemple récent: l'affirmation répétée à l'envi "il y a des armes de destruction massive (WMD = Weapons of Mass Destruction) en Irak" a permis de convaincre l'opinion publique de la nécessité de déboulonner Saddam Hussein. Lire à ce propos l'opus de Noam Chomsky, "La Fabrique de l'Opinion Publique", avec son florilège d'exemples.

     

    Mais revenons à la rumeur. Complot. Désignation de responsables. Menaces. Et pendant ce temps-là, situation sociale et économique dégradée. Désaffection de l'opinion. Claque électorale. Clivages au sein même de la majorité. Sur des sujets de fond. La Cour s'amuse à Versailles. Sur fond de libertinage supposé. De quoi alimenter les gazettes. Détourner l'attention. Bienvenue dans la Société du Spectacle!

     

    Citons Guy Debord: "Le spectacle est l'idéologie par excellence, parce qu'il expose et manifeste dans sa plénitude l'essence de tout système idéologique: l'appauvrissement, l'asservissement et la négation de la vie réelle". Impressionnant, non?

     

    Une autre pour la bonne bouche: "Ce que le spectacle donne comme perpétuel est fondé sur le changement, et doit changer avec sa base. Le spectacle est absolument dogmatique et en même temps ne peut aboutir à aucun dogme solide." Une belle définition du sarkozysme, non?

    Enjoy!

     

    Lien permanent 2 commentaires
  • Bloc-note express N°21

    4ea6ea5606d87db3923663a7a529e91b.jpgWii, semaine 2... Branchements faits, raccordement à l'ampli. Le raccordement au wifi est prévu. Y'a plus qu'à... Bel objet. Convivial. De gros progrès à faire en golf, baseball, bowling... Rafraichissant pour l'ego de se faire battre à plate-couture par des enfants de 8 ans... Je reste meilleur à Guitar Hero... Mais il faudra faire un choix pour la version III... Wii ou PS2? Gargl!
     
    Exploration du bouquet de chaînes offert par Numéricable (voir épisode précédent)...  Agréable de pouvoir regarder des séries en V.O... Curieux de regarder le temps d'un zapping des chaînes qatari, saoudiennes... D'un exotisme fou. D'une utilité nulle quand on n'est pas arabophone. Découverte en passant du terrible potentiel d'attraction sur les enfants de Disney Channel... De quoi pousser une fois de plus le cri de guerre des semaines passées: Kill Mickey Mouse!!
     
    L'une de mes filles, la plus jeune, a glissé dans mon soulier, sous l'arbre de Noël, un classique de la philo politique, "La9d111a31c4086cb3b8b7724ab1e71b32.jpg société du spectacle" de Guy Debord  (Je lui avais glissé l'idée... N'allez pas imaginer... Enfin... Elle est brillante, mais bon...)... Un classique, totalement abscons par endroits, mais dont certains éléments décrivent assez bien Sarkoland... Une citation pour la bonne bouche: A mesure que la nécessité se trouve socialement rêvée, le rêve devient nécessaire. Le spectacle est le mauvais rêve de la société moderne enchaînée, qui n'exprime finalement que son désir de dormir. Le spectacle est le gardien de ce sommeil.
    Dormez Français, je le veux. Une sensation de chaleur vous envahit. Oubliez le pouvoir d'achat, la vie chère, le baril à 100$... Fermez les yeux. Carla va vous chanter une berceuse, quelqu'un m'a dit... TF1, Paris Match, Voici, Gala, Elle, les magazines complices vous racontent l'histoire édifiante du petit Nicolas... Bling-bling!
     
    Vu la bande-annonce du film de Sean Penn, Into the Wild. Histoire d'une rupture extrême avec la société de 534111f223eceea45548d030220f37db.jpgconsommation. La même semaine, Courrier International annonce en couverture: Travailler Moins pour Gagner Moins. Un sujet de couverture sur la décroissance. Un thème manifestement dans l'air du temps. Une réflexion à engager à l'heure où Christine Lagarde envisage comme une fatalité le retour de l'inflation. Geek, je ne prendrai pas le risque de prêcher hypocritement le luddisme. Côté décroissance, je ne tenterai pas l'expérience de me nourrir à base de produits récupérés dans les poubelles, comme les Freegans... Amusant de voir ces modes de pensée émerger alors que Sarkozy avait promis pendant sa campagne de débarasser la société française de l'héritage de Mai 68... Des contre-feus seraient-ils en train de s'allumer?
     
    Press is Dead, épisode suivant... Le Monde est en crise. Une fois de plus? Ou bien la crise violente est-elle définitivement intégrée à l'ADN du Monde? Ce qui est formidable est, une fois de plus, cette illustration pratique des Lois de Murphy. Si quelque chose doit mal se passer, ça se passera mal. Fatum. La tartine tombe toujours du côté du Nutella. L'indépendance est un luxe. Le luxe a un prix. Trop cher, trop tard. 
     
    Enjoy! 
     

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 0 commentaire