Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

retraites

  • Grève

     

    Moi aussi je peux faire grève. Tiens, aujourd'hui, grève du blog. A la japonaise. J'ai mis un bandeau de samouraï autour de mon front. Non, mais! Faut pas déconner! Je suis mentalement en grève, j'ai mis mon cerveau en repos forcé. J'irais bien manifester, mais, à cause de la grève des transports, il faudrait que j'y aille à pieds. Pas commode. En scooter? Pas mieux, le périmètre de sécurité est top vaste, je ne pourrai jamais passer. Je me garerai loin. Double peine au programme, marche à pied pour aller à la manif, marche à pied pendant la manif. Fait ch...

    En plus les prévisions météo ne sont pas excellentes. La pluie n'est pas l'amie du manifestant. Elle délave les banderoles, emplit les vuvuzelas et détrempe le stand merguez. Elle rend cette belle journée d'action, cette après-midi de sport, de détente et de convivialité un peu moins belle. Car défiler sous le soleil, ça a de la gueule. Je l'ai fait. En 84, certes. Boulevard du Roi à Versailles, certes. Mais c'était sympa. Ca sentait plus le Guerlain que la saucisse grillée. Et le Chanoine Guiberteau avait une faconde qui valait bien celle de Bernard Thibault. J'étais quand même de gôche, attention. J'aime les paradoxes. Même si à l'époque je ne lisais pas encore Télérama, mais Libé. A Versailles, hu, hu, hu... Quel rebelle vous faites, mon cher Dubuc!

     

    Lire la suite

    Lien permanent 3 commentaires