Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

copyright

  • Cher YouTube, chers Grand Blanc

    Douchette glacée à la réception de ce mail peu sympathique émanant de YouTube... Vidéo supprimée à la demande de... SME (Kicé? Connais pas...) pour atteinte au droit d'auteur. Premier avertissement. Au prochain, attention. Bon... 

    En bon blogueur musical, depuis 10 ans, je partage mes découvertes, mes coups de coeur. Sans monétisation. Juste pour le plaisir. Le mien et celui de mes quelques lecteurs qui n'ont le nez ni dans Rock & Folk, ni dans les Inrocks mais ont l'envie de temps à autres de découvrir de nouveaux sons ou un nouvel artiste. Juste histoire de passer un bon moment hors du temps, hors du monde. Ailleurs. Pouvoir de la musique. 

    Il y a deux ans, probablement en avril 2014, je découvrais Grand Blanc en première partie de Fauve ≠ au Bataclan. Fauve ≠ a toujours eu bon goût dans le choix de ses premières parties, une sorte d'instinct. Fakear, Feu Chatterton, Georgio. Des découvertes. Que j'ai eu envie de faire découvrir. Sans chercher à y gagner quoi que ce soit. Une simple captation de 5 minutes de concert, shootée avec un iPhone. Pas de recherche de cadrage léché, une stabilité d'image parfois aléatoire, un son pas toujours optimal. Bref, du travail d'amateur. Mis en ligne sur YouTube, parfois intégré à un post de blog. Avec, au final, un niveau de visionnage ridiculement bas. Au point de se demander à quoi bon... Bref.

    Cher YouTube, cher Grand Blanc, dans ce cas précis, je m'interroge. A propos de la règle et de l'esprit de la règle. Ai-je porté atteinte au droit d'auteur? C'est possible. Ai-je spolié les ayants droits? J'en doute, ne serait-ce qu'au vu du faiblissime nombre de visionnages de ladite vidéo (inaccessible à ce jour). YouTube a-t-il généré des revenus grâce à cette vidéo? J'en doute aussi. Psy, Lady Gaga, Norman, Cyprien et des hordes de YouTubeurs prépubères font la blague, grand bien leur fasse. 

    Il reste ce petit goût amer... Je ne sais point qui est ce SME qui gère avec une précision d'orfèvre les intérêts de Grand Blanc. Si derrière cet oukase, il y a la main de Grand Blanc, j'en serais déçu. Ne serait-ce que dans ce l'on pourrait considérer comme une forme de désinvolture à l'endroit de fans de rock, de pop, d'electro qui cherchent à soutenir un groupe dont ils apprécient le travail. Un pur truc de fans. Sans intention particulière autre qu'un partage d'impressions, de moments de grâce parfois...

    ..............................

    [EDIT 29/10/2016 - 13h50 : Grand Blanc n'est pour rien dans cette affaire. Qu'ils en soient remerciés. ]

    grand blanc,youtube,copyright

    ..............................

     

    C'est une vraie question sur le travail du blogueur (travail est un bien grand mot pour ce qui n'est par essence que plaisir). A quoi bon?

    Pour finir, quelques notes de Radio Birdman... The Hand of Law. C'est approprié. Sinon, la chanson de Grand Blanc incriminée était "Montparnasse". Un très bon morceau. 

    Love!

    Lien permanent Catégories : Humeur, Musiques 0 commentaire
  • Pandora en danger

    medium_westergren.jpg J'ai reçu il y a quelques jours un e-mail de Tim Westergren, fondateur de Pandora.com, dont j'ai déjà longuement parlé ici. Un e-mail d'alerte! En effet, l'équivalent américain de la Sacem, vient d'augmenter de façon très significative les droits que doivent payer les web radios pour avoir le droit de diffuser de la musique. Des droits largements plus élevés que ceux auxquels sont astreintes les radios satellitaires (quatre fois plus élevés) et les radios hertziennes classiques. 

    Tim Westergren, ancien musicien lui-même et donc conscient de l'impératif de rémunération des artistes, a choisi dès le lancement de Pandora un modèle légaliste respectueux des règles de l'industrie. Le modèle économique de Pandora, ainsi que d'autres web radios était fondé sur la paiment des droits de diffusion. Lors d'un entretien, il m'avait confié que le développement international de son entreprise ne se ferait qu'une fois son implantation sur le territoire américain consolidée, et que les négociations relatives au copyright avec l'industrie musicale était ce qui prenait le plus de temps.  

    Aujourd'hui, cet oukase du Copyright Royalty Board de Washington DC remet en cause tout le dispositif et l'avenir même de ce qu'il faut considérer comme une vraie innovation dans la diffusion et la consommation de musique en ligne, capable de faire émerger, dans une vraie philosophie Long Tail de nouveaux artistes.

    Que faire? Tim appelle ses compatriotes à signer une pétition et d'adresser des messages aux membres du Congrès et sénateurs américains. Auditeurs français de Pandora et des web radios, nous n'avons pas grand poids auprès des parlementaires américains. Je diffuse tout de même cet appel afin de provoquer une prise de conscience, il serait dommage qu'une nouvelle industrie au futur prometteur soit tuée dans l'oeuf par des mesures manifestement injustes.

    Pour en savoir plus et (pour mes lecteurs basés en Amérique du Nord, signer la pétition), allez sur le site dédié mis en place par Tim Westergren: Savenetradio.org

     

    SaveNetRadio.org
     
    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire