Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Humeur

  • Pour un pote

    La sale nouvelle de la journée. Pas de détails. Ca fait chier. Ca secoue. 50 ans, c'est jeune. 

    Dans les bons souvenirs, un concert de Radiohead. Il y en a plein d'autres, Blur, Iggy Pop... 

    Ce soir, mon pote, spéciale dédicace:


    So long.

     

  • 10 ans de blogging

    Tommy the Monkey, dubuc, voyages avec mon singeCela fait 10 ans que j'ai fait l'erreur (?) d'ouvrir un blog, le tout premier, un 29 juin. Juste après la déconfiture du référendum sur la Constitution Européenne. Un blog, sur la plateforme du Monde.fr. "Voyages avec mon singe"... Les pérégrinations et discussions d'un bipède atrabilaire et d'un quadrumane insolent. Le blog n'existe plus, désactivé. Pas de mon fait, j'avais changé de plateforme, j'avais déménagé. J'avais ouvert un, puis deux autres blogs. J'avais mis un doigt dans l'engrenage des médias sociaux... Le blog m'a amené à l'écriture. 3 livres en sont nés. Pas si mal. Pour une aventure qui commence avec un singe...

    Lire la suite

  • Bloc-note aléatoire N°3 - A propos d'ego, de tweets, et d'écriture

    Le précédent bloc-note date de début mars. Comme une baisse de rythme? Ou juste pas envie de se coller sur le clavier? La bonne question.

    La TRES bonne question, en effet. Ce moment où confier en public ses états d'âme comme je le fis de temps à autres au fil des années apparaît comme étrange, presque inconvenant. Certes, je ne fis jamais de grande révélation, si ce n'est quelques sympathiques délires et engouements politiques ou professionnels. Mais de confessions point. Enfin, presque point.

    3 livres plus tard, la nouvelle question, quel sera le 4ème? Comment l'aborder, que choisir, que faire? L'envie est là. Le temps moins. Mais l'envie... Envie de fiction. Sans tomber dans la simpliste autofiction. Fiction, imagination, s'évader de soi-même. Puiser en soi les ressources pour explorer des mondes imaginaires. S'ancrer dans le réel, proposer au lecteur un ailleurs. Suis-je un raconteur d'histoires? En pas uniquement en micro fragments de 140 signes? La question est posée. Déjà quelques 30 ou 40 000 signes posés sur le papier. Des passages dont je supporte la relecture. Déjà un titre. Pas trop de structure. Pas d'éditeur encore. Je n'ai même pas encore pas cherché. J'avais d'autres priorités en tête.

    Entre temps, j'ai lu le livre de Guy Birenbaum, "Vous m'avez manqué". J'aime bien le gars Guy. Toujours bienveillant et accueillant quand je faisais mes premiers pas d'auteur en promo, quand je découvrais cette sensation merveilleuse et intimidante de passer de l'autre côté du poste, côté micro, au milieu des professionnels de la profession. Ne pas dire d'âneries (ou tenter de ne pas le faire), ne pas bafouiller... De belles images de quelques passages dans Des Clics et des Claques. Donc, j'ai lu cet objet hybride, à la fois pudique et impudique, d'un type qui fait le point sur sa vie au sortir d'une séquence douloureuse. Présent, passé, histoire personnelle, histoire familiale, sur fond de réseaux sociaux, d'hyperconnectivité, de vie moderne. L'instantanéité, l'ego, la réactivité, la sollicitation permanente, l'angoisse de manquer quelque chose, une info, une actu, un bruit... qu'il soit de chiottes ou de source sûre...

    Je ne suis pas un clasheur. Clasher m'ennuie. Mais j'ai connu en les réseaux sociaux cette tentation permanente de penser tweet, tout comme, blogueur débutant, j'avais fini par penser blog. Vivre une situation et penser immédiatement, comment vais-je communiquer dessus, que vais-je écrire, comment vais-je le décrire. Mais le blog s'inscrivait dans le temps long. L'instantanéité est merveilleuse, érectile, aphrodisiaque. Mourir pour un bon mot, une vanne qui fera marrer un petit cercle d'initiés. Se délester de sa hargne, de sa rogne par l'humour de préférence noir. C'est bon. Avouons-le. Oui, c'est jouissif. Bien sûr, il y a le smartphone greffé à la main. Bien sûr, il y a cette impression détestable du type qui est là, physiquement, mais dont l'esprit est ailleurs. Ailleurs. Ailleurs. Loin. Et qui ne s'en rend pas compte. Sauf le jour où il demande à ses enfants de poser leur portable, et qu'il lui répondent qu'il n'a aucune légitimité à intervenir sur ce terrain, n'ayant pas montré l'exemple pendant des semaines? des mois? des années? Et à ce moment précis, que dire? Rien...

    Il y a des alertes, comme ces nuits d'insomnies, où le premier réflexe est d'aller trainer sur Twitter, avec toujours sous-jacent ce sentiment de peut-être être le premier à dénicher une info... Et ces weekends passés à chercher de l'info, à ne pas déconnecter, à y passer des heures, à rester plongé en apnée dans la laideur du monde et de l'actu. En service commandé, en mission, certes. Mais toujours en prise avec le réel via l'écran et le clavier. Et finir par moment,  par se demander si on n'en oubliait pas les vrais gens. Ceux qui sont autour de soi. Et ceux qui n'utilisent pas Twitter. Et qui s'en foutent. Et qui ont raison.

    Dans son livre Guy a mis les mots sur des sentiments, des impressions refoulées, des choses ressenties au fil du temps passé sur les Internets impitoyables. Salutaire. Nos histoires personnelles ne sont pas les mêmes. Mais l'usage frénétique de ces merveilleux outils d'interaction sociale nous place dans cette grande communauté de logomaniaques compulsifs.

    Et au final? J'ai supprimé les alertes. Je ne filme plus les concerts. Je tente de regarder à nouveau les jolies choses, avec mes yeux. Bien sûr je tweete encore, j'instagramme, je facebooke. J'y croise des gens, certains que je connais IRL et qui sont de vrais amis, d'autres que je n'ai jamais rencontré mais qui sont devenus comme des amis certes un peu virtuels, mais qui sait, peut-être un jour nous croiserons nous. Je tente de garder cette envie de partager des sons, des images, des lectures. Et j'entretiens mon goût d'écrire. Parce qu'au final, et c'est peut-être une des seules vertus de ces outils, c'est d'avoir redonné le goût et la nécessité de l'expression écrite. Et ça, en soi ce n'est pas si mal.

    Pour le reste... je vois des gens, des vrais gens. Flesh and blood. C'est l'essentiel.


  • 9 ans de Dubuc's Blog

    9 ans... c'est fou!

    Je n'aurais jamais pensé que je tiendrais aussi longtemps.

    T'as vu. 

    Incredibeul.

    OMFG

    J'y crois pas.

    De quoi je vais causer?

    Tiendrais-je une année de plus?

    Mouais.

    Faut voir.

    Penser à renouveler le nom de domaine.

    Euh.

    Bon. 

    Bloguer c'est con, ça sert à rien.

    Pas faux.

    Tout à l'ego.

    T'avais déjà les cheveux gris quand tu as commencé?

    Bref.

    Il y avait de la tech, des trucs de geek, de la musique.

    De plus en plus de musique.

    De la politik.

    De tout et de rien.

    Aléatoire.

    Illisible.

    Des phrases trop courtes.

    On sent que les auteurs viennent des blogs, dixit un critique des "Miscellanées d'Internet".

    C'est vrai que le blog incite à la phrase lapidaire.

    Lucidité, efficacité, responsabilité.

    Tchac! Tchac! Tchac!

    Ouaip.

    Portnawak.

    #WTF

    Adios.

    Enjoy!

     

  • Bloc-note aléatoire N°2

    Ces derniers temps, j'ai vécu sous stress.

    J'ai écouté Fauve, Vieux Frères (Partie 2).

    J'ai vu Fauve en concert au Nouveau Casino, première date parisienne. Et j'ai aimé.

    J'ai lu un polar halluciné qui se passe en Mongolie, Yeruldegger, de Ian Manook.

    J'ai lu Comme un avion sans elle de Michel Bussi. J'ai eu envie de lire d'autres ouvrages de cet auteur que je ne connaissais pas.

    J'ai regardé la saison 4 de Homeland. J'ai attaqué la saison 3 de House of Cards.

    J'ai vu American Sniper. Je n'ai pas détesté. Pire encore, j'ai bien aimé.

    J'ai vu Kingsman, j'ai jubilé. 

    J'ai vu Birdman, j'ai apprécié la performance technique...

    J'ai acheté Rock & Folk avec Bowie en couverture. Je me suis ennuyé. Le magazine vieillit salement.

    J'ai vu Wiebo, le spectacle de Decouflé, j'étais comme un gamin, j'ai chanté du Bowie toute la soirée.

    J'ai vibré devant la Nouvelle Star... sans NRJ Mobile (ni autotune).

    J'ai affronté la pluie en scooter.

    J'ai aimé le retour du soleil.

    J'ai...

    Tchô!

  • Le moment idéal selon Harold's Planet

    Ce moment du grand ou du petit kif. A saisir, à cueillir, à apprécier, à déguster. Pas si simple... Mais on peut se prendre à en rêver!

    A voir ici chez Harold's Planet

  • Il faudrait que je blogue

    Ouais, il faudrait que je prenne le temps de bloguer. Ouais, mais le temps, je ne l'ai pas. Ouais, mais quand on veut on peut. Oh ça va. J'te dis que tu peux. Ouais, faut voir...

    On s'motive!!!

  • Bloc-note express N°218, en mode j'aime pas Noël

    noëlAu moins ça a le mérite d'être clair.

    Sur le fond, j'aime bien Noël pour ce qu'il évoque du monde de l'enfance: l'odeur de l'épicéa, les Christmas carols, la crèche, les illuminations en cette période où le nuit tombe plus que tôt. J'aime le souvenir de la surprise du matin de Noël. Les cadeaux et tout le toutim. Mais ça c'est loin. Très loin. Les enfants, nos enfants ont grandi.

    Mais le Noël des marchands du temple, avec journaux télévisés complaisants à l'appui, vous colle le blues. Témoignages de commerçants qui trouvent que non c'est plus comme avant l'année dernière c'était mieux. Témoignages des parents qui vous expliquent, devant un rayonnage dégueulant de boîtes de Lego, Barbie et Playmobil, leur drame de ne pas réussir à trouver LE machin que leur sale rejeton a inscrit sur la liste. Soudain, c'est le drame... Jefferson-Brendan, Cindy-Rihanna, tout comme Charles-Gonzague et Marie-Cunégonde, vont te péter un cable parce que ce que du haut de leurs 8 ans, ils n'auront pas eu d'iPhone 6. Saletés! Mandales de Noël pour tous!

    Bref, vivement, le 26!