Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Choses lues

  • Mon best of 2017

    IMG_1548.JPGFroid sur Paris, la circulation est dense dans la ville résiliente, inclusive, festive (grilles de bullshit bingo disponibles à l'accueil...). 

    Il est temps de faire le point sur les coups de coeur culturels de l'année, sur les trucs mémorables, sur les films dont on se souvient, les livres qui ont marqué, les albums qui ont résisté à la deuxième écoute, les séries binge watchées... 

    Premier constat, heureusement qu'il y a Netflix... Pour pouvoir enfin avoir le sentiment de regarder les programmes qu'on a vraiment envie de regarder (quoique, je ne suis point dupe du pouvoir des algos... mais j'aime me bercer dans l'illusion de mon libre arbitre en matière de consommation culturelle...). Passons sur le stock de films, le mainstream des 80s n'a pas forcément bien vieilli. Le culte Commando avec l'énorme Schwarzie a des ans souffert l'irréparable outrage. La vie, l'amour, les vaches (City Slickers) se regarde avec gourmandise. Un peu comme Un Jour sans fin. Quoi qu'il en soit, Netflix est l'antidote parfait à l'information en boucle. Ne serait-ce que pour The Crown, Narcos, Ozark ou Mindhunter. Pour n'en citer que quatre. Mention spéciale pour la méga session de rattrapage de 7 saisons de Sons Of Anarchy, tragédie grecques chez les bikers.

    Côté ciné, s'il ne devait rester qu'un seul film, quel serait-il? Le plus marquant, celui qui colle les poils, qui imprime sa marque au tréfonds de l'inconscient? Côté grosse cavalerie, Alien Covenant ou Star Wars VIII? Belle facture. Des univers familiers. Alien est beau mais sans surprise. Rien n'égalera le tout premier volet de la saga, totalement auto-porteur, terrifiant, sans explications inutiles. Star Wars VIII, The Last Jedi, il y a Luke. Il y a des personnages qui gagnent en densité. Il y a du mauvais gras. Il y a des gags pour enfants de 10 ans. Il y a des trouvailles visuelles. mais côté densité, la première trilogie, et l'épisode V (L'Empire contre-attaque) resteront inégalés. Point barre. Le débat est clos. Retour sur Terre, hors blockbusters, sélection totalement subjective : Au revoir là-haut (Albert Dupontel), malin et inspiré. Gimme danger (Jim Jarmush), pour fans d'Iggy & The Stooges exclusivement. Ouvert la nuit (Edouard Baer), pour fans d'Edouard Baer, de légèreté et de poésie loufoque. Dunkerque (Christopher Nolan), glacial, glaçant, formellement magnifique. La Villa (Robert Guédignan), désabusé comme il faut. Un beau soleil intérieur (Claire Denis), pour Juliette Binoche.

    Côté concerts, la palme du choc et de l'envie d'avoir envie d'en reprendre une forte dose, Ho99o9. Vu deux fois cette année, dont la première lors du Festival Afropunk (et la seconde aux Inrocks), quand le hardcore rencontre le hip hop. Brutal. Impitoyable. Non seulement on en redemande, mais on jubile à l'idée de les revoir au Hellfest 2018 (car notre héros tente l'expérience initiatique en juin prochain). L'autre immense sensation, c'est Marquis de Sade, LE concert de réunion du 16 septembre à Rennes. Jamais vus sur scène. Un show à la hauteur d'une attente secrète de plus de 30 ans... MDS repart en tournée en 2018. Jubilation. A part ça il y a eu les Guns, QOTSA, des moments forts. PJ Harvey à Rock en Seine et la Route du Rock. Sans oublier Clara Luciani. Ou Tristesse Contemporaine. Ou The Slow Readers Club à Londres, groupe anglais devant public anglais. Une atmosphère unique.

    Côté albums, que retenir de l'année, hormis l'album live du concert de Marquis de Sade? L'album de Prophets of Rage, RATM sans Zach De La Rocha, avec B-Real de Cypress Hill et Chuck D de Public Enemy. Enervé comme il faut. Villains, retour gagnant de Queens Of The Stone Age. Faut-il retenir quelque chose de la cuvée 2017 d'Arcade Fire. Plaisant, rond en bouche, avec finalement peu de retour. Et au final peu de traces. Quelques vieilleries - attention surprise! - les archives de Dylan et des versions live somptueuses de titres extraits de Slow Train Coming (Trouble No More : The Bootleg series). Une belle surprise française : Black Bones, soit une grande partie de feu les magnifiques Bewitched Hands. L'album, Kili Kili, c'est cette pop mélodieuse, joyeuse, lumineuse, colorée. Pur régal.

    2017 fut aussi l'année du retour au vinyl. Fouiner dans les bacs, de Paris à Tokyo, de Londres à Plouer sur Rance. Et dénicher des pépites. En mode obsessionnel. Uniquement des albums sortis entre 1977 et 1985. Des albums que je n'ai jamais eu qu'en K7 ou plus récemment en version mp3. En vrac, Second Edition de Public Image Ltd, The Nightfly de Donald Fagen, un live de Blue Öyster Cult, un Marc Seberg, un Warren Zevon... Pas de liste détaillée. 

    Côté lectures, j'ai calé sur City On Fire, à la moitié. Bloqué. J'ai adoré Tokyo Vice de Jake Adelstein, une plongée vertigineuse dans le monde des Yakuza. Et puis... j'ai la flemme de finir cette sélection. 

    Car vient le temps des aveux... 

    Ce blog aura 12 ans en mars 2018. Il est peut-être temps de passer à autre chose. 

    Je m'interroge, j'ai moins le temps, moins l'envie (l'envie d'avoir envie...). Affaire à suivre. Les notes se sont raréfiées. La vie est ailleurs.

    Enjoy!

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Bloc-note, Choses lues, Choses vues, Ciné, Lectures, Musiques, Télé 0 commentaire
  • Ground Zero, la musique du 11 septembre

    ground zero,jean-marie potier,le mot et le reste,911Un zeste de jalousie traverse mon esprit. Pourtant ce n'est pas le genre de la maison. Mais sur ce coup-là, je découvre un livre que j'aurais aimé écrire. Ou du moins dont j'aurais aimé avoir l'idée du concept. Tant il évoque des choses vécues, une tranche de vie, une séquence, où l'Histoire s'est remise en marche pour le pire. Les choses étant ce qu'elles sont, bravo à Jean-Marie Potier pour avoir eu l'idée d'un livre sur la musique du 11 septembre. la musique qui a accompagné le 11 septembre, celle qui devait atterrir dans les bacs ce jour fatidique, celle qu'on a écoutés pour s'en remettre, celle qui est née de ce jour. Tel est le pitch de "Ground Zero, une histoire musicale du 11 septembre"

    Il y avait cet album de Bob Dylan (Love and Theft) qui sortait ce mardi 11 septembre, et dont les exégètes de la geste dylanienne vont tenter d'en analyser les textes pour y déchiffrer des prophéties. Il y a cet album de Jay Z (The Blue Print). Il y a ceux qui font un détour par leur disquaire pour acheter un CD, perdent quelques précieuses minutes, juste le temps de ne pas arriver dans leur bureau du World Trade Center, et échappent à l'effondrement des tours. Il y a ceux qui, musiciens new yorkais, comme Thurston Moore, habitent le quartier, et ne pourront pas accéder à leur studio d'enregistrement trop proche de Ground Zero. Il y a ceux qui tenteront d'exprimer à chaud, comme Steve Reich, leur sidération, dans des opus cathartiques. Il y a les conséquences, l'impact dans les paroles, la validation de la guerre contre la terreur. 

    Ground Zero, c'est le point d'impact de la bombe. C'est un point de départ. Celui d'une époque de guerre. Dans laquelle nous sommes toujours englués, et pour de nombreuses années. Jean-Marie trace un lien entre le 11 septembre et le 13 novembre. La logique implacable de la terreur. Et un nouveau Ground Zero, français celui-là. De Ground Zero et Ground Zero, la mécanique infernale est lancée. La musique pourra-telle sauver  la civilisation? L'angoisse nous étreint. Le livre apporte un réconfort, en avançant qu'au fil de l'Histoire, seul l'art a survécu, a traversé les époques. On a oublié les protagonistes, les acteurs, ou du moins on s'est efforcés de les oublier. Les oeuvres d'art sont restées.

    Le livre couvre tous les genres, de la pop à la musique savante. C'est sa richesse. On pardonnera à l'auteur d'avoir - péché véniel, confondu le Black Abum de Metallica et celui de Jay Z. Ne serait-ce que pour cette évocation de Leonard Cohen, et l'exégèse de We Take Manhattan, les visions, les prophéties. On parle aussi de hip hop, de country, de complotisme, de cartographie musicale de  l'Amérique. Le livre se clôt sur l'évocation de Jeff Buckley au Bataclan, et d'un Hallelujah de légende. La chanson de Cohen, devenant par la charge émotionnelle que lui conférait Buckley Jr, la bande-son des hommages aux victimes de 9/11, par une sorte d'étrange télescopage historique.

    Une lecture recommandée. 

    La bande-son du livre est ici : Musique 11 septembre

    "Ground Zero, une histoire musicale du 11 septembre" - Jean-Marie Potier (Le Mot et le Reste)

    Lien permanent Catégories : Choses lues, Musiques 0 commentaire
  • Merci pour ces moments

    Comme promis dans le post précédent, en vrac sans hiérarchie, de mémoire (enfin presque)... mes beaux moments de 2015: 

    Interstellar, revu deux fois de suite. Emotion, prise de tête, beau.

    Fauve, nouvel album, Olympia, Rcok en Sein et clap de fin au Bataclan.

    Fuzz, grosse baffe dans la tronche, Route du Rock et Rock en Seine, du gros rock, du gros son, et cadeau de Noël.

    Savages, Route du Rock, en noir et blanc, ferveur chamanique, sensualité envoutante.

    Star Wars VII, retour aux sources, retour à l'esprit des origines de l'épisode IV, j'ai à nouveau 14 ans.

    Aarto Paasilinna et son humour ravageur, belles heures de lecture, Le Fils du Dieu de l'Orage, entre autres.

    Mad Max Fury Road, grosse claque visuelle, reboot complet de la saga. Bruit et fureur.

    Je suis Pilgrim, le thriller qui tue, 900 pages trépidantes.

    Shaun le mouton, Wallace et Gromit, l'univers magique du Studio Aardman aux Arts Ludiques.

    Father John Misty, crooner morrisonien, Route du Rock, l'attitude, les mélodies, le charisme.

    Pete et Carl, bordéliques et imparfaits, Rock en Seine.

    Le retour du Chat du Rabbin, et la magie intacte de Joann Sfar,

    Millenium 4, malgré la hype, malgré le sacrilège commis en l'absence de Sieg Larsson retenu dans l'au-delà.

    Springsteen, The ties that bind, The River, I come from down in the valley... Le Boss, encore et toujours.

    Le retour des Cowboys Fringants, plus en forme que jamais, Octobre.

    Republik, le retour de Frank Darcel, Rock in Rennes.

    Daho à Rock en Seine et des classiques revisités avec fièvre.

    FFS, Franz Ferdinand, Sparks, magie autant sur scène que sur album.

    Jeanne Added, interprétant Bowie dans le spectacle de Decouflé, ou les titres de son propre premier album.

    Comme un avion, le cinéma simple et frais de Bruno Podalydès.

    Homeland, saison 5.

    Game of Thrones, saison 5.

    Sicario, Good Kill, des flingues, des narcos, des drones, des jihadistes. Du ciné glaçant et efficace. 

    Les Fauvettes, y revoir Blade Runner et Alien sur grand écran.

    Les Tontons Flingueurs en salle sur grand éccran, moment culte.

    Flavia Coelho, live à Rabat. Magique.

    Traverser Paris en roller, quand il n'y a encore personne dans les rues.

    Entendre El Mariachi dans un rade mexicain au fin fond du Morelos.

    Ecouter de la salsa à Santa Cruz de la Sierra.

    Le retour de la vengeance du blog de Yoda, version papier. Joie.

    Le Dictionnaire du Rock de Michka Assayas, deuxième édition.

    ...

    J'en oublie. Probablement. La mémoire est traitresse. 

    Lien permanent Catégories : Choses lues, Choses vues, Musiques 0 commentaire
  • Bloc-note express N°217

    fractale, raviolis, pierre raufast, ac/dc, un village français,nightcall, bloc-noteSur mon scooter, sur le périph, j'ai tenu deux jours avec AC/DC dans les esgourdes. En fait, ce "nouvel" album dont je vous vantais le classicisme la semaine dernière, est juste chiant. N'ayons pas peur des mots. Cet album d'AC/DC suinte l'ennui. L'impression de déjà vu, déjà entendu. Alors on réécoute Back in Black, Highway to Hell, Dirty Deeds... Et on a l'essence de la chose. Ouais, clairement, c'était BIEN mieux avant. 

    Allez, essayons d'esquiver la laideur du monde. Sans pour autant se balader en manteau kazakh et chapka, comme ça, pour le fun...

    nightcallnightcall,nightcrawler

    Vu Nightcall, le film de Dan Gilroy, avec Jake Gyllenhaal... Un bon thriller bien noir, satirique, cynique, sur les moeurs de la trash télé, toujours prête à diffuser des images gore, pour la sacro-sainte audience. A voir, c'est jubilatoire. Pour l'amoralité absolue de son personnage principal, prêt à tout pour dénicher le scoop. Une interrogation amusée sur les génies du marketing du cinéma... Le titre original du film est Nightcrawler... L'idée d'une bête rampante et nocturne... Intraduisible. Mais le film est produit "par les producteurs de Drive" (c'est écrit sur l'affiche)... Et Nightcall est un titre de la BO de Drive... Malin... 

     Vu Un Village français... Il a fallu que j'attende la 6ème saison pour m'intéresser à cette série française bien écrite et bien documentée. Je fais un mini mea-culpa, juste en passant.

    pierre raufast, fractale des raviolis, romanLu "La Fractale des raviolis", un beau roman de Pierre Raufast. Exercice de style sur le mode fractal, exercice d'écriture avec contrainte, malin et bien construit, qui vous embarque. Exercice littéraire à tiroirs plutôt brillant et d'un accès agréable, gouleyant, à déguster sur le pouce. 

    Dédicacé "Steve Jobs, figure mythique" dans une librairie de Meudon. Belles rencontres, belles discussions avec des curieux, des fans de Jobs, des passionnés de techno, des pionniers du numérique, un lycéen en pleine préparation de son TPE. Une contiunation agréable de la conférence que David Brunat et moi avons donnée à Rouen sur le campus de Neoma Business School quelques jours plus tôt devant un public d'étudiants, jeunes entrepreneurs et futurs startuppers. Jobs fascine, interpelle. Et on est fiers, oui, carrément, d'avoir osé s'attaquer à un tel monument.

    A part ça... Nada.

    [Post scriptum: On pourrait parler politique, ça donnerait envie de se replonger dans tout ce qui a pu être écrit sur ce blog au fil des années... Mais, non. Pas envie. Disons, pour se la jouer à la mode helvète, que quand on voit ce qu'on voit et qu'on sait ce que sait, on n'est même plus surpris de penser ce qu'on pense...]

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Bloc-note, Choses lues, Ciné, Musiques 0 commentaire
  • Quai d'Orsay

    004.JPG

    J'ai adoré Quai d'Orsay, de Blain et Lanzac. Tranches de la vie au Ministère des Affaires Etrangères sous Alexandre Taillard de Worms, grand escogriffe, sosie de Dominique de Villepin. Splendeurs et misères des courtisans sous les ors de la République... Le narrateur est engagé aux "langages", pour rédiger les discours du Ministre. Grandiloquence du personnage. Interventions de conseillers occultes, poètes et philosophes. Briefs abscons. 100 fois sur le métier remettez votre ouvrage, un enfer! Obsédé par Héraclite, le ministre se déplace en coup de vent, s'exprime en 4 points, considère que "tous des cons". Une visite en coulisses du monde politique, très drôle, grinçante à souhait, avec ces conseillers qui cherchent à faire carrière, attachés à un homme. Pas de conviction idéologique, juste la vie  impitoyable d'un microcosme désabusé.

    Pas sûr que le livre serve Villepin, même si la démesure mégalomaniaque du personnage le rend sympathique, un peu comme le Chirac des Guignols. 

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Choses lues 0 commentaire
  • Retour de vacances

    Hello jeunes gens! Mr Dubuc is back.

     

    ArcadeFire-TS.pngD'ici la fin de la semaine, je vous concocte une 45ème Madeleine et je passe à autre chose... Mais rassurez vous! Septembre, avant l'automne, c'est le grand retour de la série hebdomadaire "Dans mon iPod ce weekend". En septembre, pas avant car ce weekend, programme lourd! Rock en Seine. 3 jours de bruit et de fureur. 3 jours d'un régime alimentaire à base de kebab et de bière. Du lourd, vous dis-je! De toutes façon le Docteur Dukan n'est pas rock.

    Parlons de vacances, dont la bande-son a été The Suburbs, le dernier opus d'Arcade Fire. Une pure splendeur. Mais en matière d'Arcade Fire, je ne suis pas objectif. Quoique. Inconditionnel. Régine, Win et leurs chums chanteraient l'annuaire du Québec que je hurlerait de joie, nu sous la lune. En plus Arcade Fire fermera le ban à Rock en Seine, dimanche soir.

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Choses lues, Musiques 2 commentaires
  • Bloc-note express N°50

    50ème Bloc-note express du lundi!!

    the rose.jpgPour commencer, retour sur Rock en Seine... Inutile de gloser sur la défection d'Amy Winehouse... Et si on revoyait The Rose, le film de Mark Rydell... La déchéance d'une rock star, alcolo-dépressive-junkie... La compassion du public pour la choucroutée-tatouée anglaise commence à se fissurer... Une question au passage... Amy Winehouse, on y va pour la musique ou pour le plaisir malsain de la voir se vautrer sur scène? L'exposition publique de la déchéance est probablement devenue l'une des pierres angulaires de la société du spectacle...

    raconteurs.jpgRock en Seine, encore... Prestation hénaurme des Raconteurs. Gros son. Grosses guitares streets.jpgsaturées à l'extrême. Coup de chapeau à The Streets, Mike Skinner et son groupe pour avoir sû conquérir un public venu pour Miss Crakhouse... Bain de foule final spectaculaire! Gros son! Hip hop à l'anglaise, mêlé à du R'N'B, pas ma tasse de thé en temps normal. Rythmique plombée, beats façon pluie d'enclumes... Du lourd! Pas de frustration!

    axlrose.jpgA part ça... parlons de Guns'n'Roses... Alors que la date de sortie de Chinese Democracy, la nouvel album d'un combo dont ne subsiste de la formation originale que le psychopathe-chanteur, Axl Rose est nimbée d'un flou total, quelques morceaux traînent sur le web... A la première écoute... bonne impression et morceaux pas inintéressant de la part d'une franchise dont on n'attend objectivement plus rien... Une question au passage: comment l'ensemble sera-t-il ficelé? Les pièces du puzzle sont hétérogènes. Axl chante toujours comme le goret qui vient de réaliser que l'égorgement est proche... Hard rock, grosses guitares, claviers, machines... Y'a un peu de tout...

    gomorra.jpgCôté lectures d'été, Gomorra, de Roberto Saviano (Gallimard), une plongée hallucinée et hallucinante dans la crade winterkill.jpgréalité d'une Italie gangrenée par la Camorra. Le Parfum d'Adam, de Jean-Christophe Rufin (Folio), thriller à l'écriture fluide, découverte des thèses disjonctée de l'écologie radicale... Flippant. Winterkill, Détonations rapprochées, Sanglants trophées, de CJ Box (Seuil), polar en plein coeur du Wyoming... Connelly nous a habitués au polar urbain. CJ Box nous fait visiter l'Amérique profonde, ses rednecks, ses milices d'extrême droite, ses porteurs de flingues et chasseurs de wapitis... Code 10, de Donald Harstad (Seuil), toujours du polar américain... en plein plouc-land. Prenant. Quelle Famille! de Tom Sharpe (10:18), la quintessence de l'humour anglais. Féroce!

    Côté consommation de médias... Bilan personnel morne pour la presse... Achat de Libé, deux fois en un mois. Achat de Voici, plus régulièrement... Lecture très régulière des sites du Monde, du Figaro, de Libé, de 20 Minutes, sur l'écran de l'iPhone. Chacun ayant travaillé son ergonomie de façon a être d'une utilisabilité maximale.

    Voila pour l'essentiel...

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Bloc-note, Choses lues, Musiques 0 commentaire
  • Rockothèque

    Le rock ça s'écoute. Certes. Mais ça se lit aussi. Car le rock c'est une histoire, riche. C'est une plongée dans l'histoire de la musique populaire. C'est le reflet de l'état d'esprit ambiant d'une époque. Le rock, ce n'est pas uniquement une horde de headbangers décérébrés, la tête dans les enceintes, les oreilles qui saignent et les neurones flingués à coup de décibels. Ce n'est pas non plus l'analyse intello sur le signifiant et la valeur du symbole... Quoique... C'est tout à la fois. Avec le rock est né le rock-critic. Le rock-critic n'a pas été seulement un pisse-copie juste capable de dire "j'aime-j'aime pô". Il y a eu des plumes de talent. Des fous qui faute de jouer d'un instrument, ou n'ayant pas été adoubés par le Diable, ont inventé une écriture... Les Charles Shaar Murray, Lester Bangs, Nick Kent, Nik Cohn... Même Philippe Manoeuvre, dans sa prime jeunesse. Aux côtés de Tom Wolfe ou Hunter S. Thompson... Pas des rock-critics à proprement parler, mais des écrivains férus de contre-culture, soucieux d'aller au delà des performances scéniques et des soli rageurs...
    Peut-on encore écrire sur le rock aujourd'hui? La dématérialisation de la musique et la surabondance de l'offre a changé la donne. Le rock-critic a un rôle de passeur, de découvreur, de déchifreur. Il est filtre de recommandation (Chris Anderson - The Long Tail, encore et encore...) mais sa tâche est immense.
    Et le rock est plus familial. Moins transgressif, voire consensuel, voire organisé, orchestré. La révolte canalisée. Marketée. 
    Pour les amateurs, les fans hardcore, les curieux, une sélection de livres indispensables... Sélection courte et subjective. Volontairement. Que vous pouvez enrichir! Suggestions et commentaires bienvenus!!!
     

     

     

    Un ouvrage indispensable, incontournable, une Bible, sinon LA Bible... Le Dictionnaire du Rock de Michka Assayas (Bouquins). Subjectif, parfois surprenant, mais très documenté, très riche. Publié en 1999, il mériterait un enrichissement, mais reste une somme impressionnante. A acquérir immédiatement pour qui s'intéresse à la musique.

    L'Envers du Rock de Nick Kent (Austral), articles et interviews, des Stones aux Beach Boys en passant par les Guns'n'Roses, les Happy Mondays, Iggy Pop, Sid Vicious... L'envers du décor. Truffé d'anecdotes, par un infiltré de talent. Sans complaisance, avec point de vue et parti-pris.

    I Need More d'Iggy Pop. Autobiographie racontant les années Stooges de l'Iguane. Brut de fonderie comme l'écoute de Raw Power. Une vision de l'intérieur, sexe, drogue et rock'n'roll. Un zeste d'auto-complaisance, une forte dose d'authenticité. 

    Je me souviens du rock'n'roll de Gilles Verlant (Actes Sud)... Sur le modèle du Je me souviens de Pérec, à la sauce rock. 500 souvenirs. Un magnifique exercice de style passionnant, mélangeant le futile et l'essentiel.  

    Mort aux Ramones de Dee Dee Ramone (Le Diable Vauvert), traduit par Virginie Despentes. Vie et mort d'un groupe essentiel. Les faux frères se détestaient, mais ont cohabité pendant 25 ans, à la poursuite du succès. Sexe, drogue... beaucoup de dope et des scènes d'anthologie.

    1684689209.jpgThe Mansion on the Hill de Fred Goodman... Un ouvrage indispensable jamais traduit en français et pourtant essentiel narrant la naissance du music business. Comment à la fin des années 60, les artistes et leurs agents ont pris le contrôle de leur production artistique, et ont échappé au contrôle absolu des maisons de disques qui avait prévalu pendant la décennie précédente. Les acteurs incontournables de cette période dorée, Dylan, Neil Young, Springsteen...

    Autre opus majeur: Hit Men, de Fredric Dannen ou la naissance de l'industrie du1803623055.jpg hit aux Etats-Unis, depuis les années 30 jusqu'aux années disco. Encore du business, mais aussi du scandale, avec entra autres celui des payolas qui coûta sa carrière à l'un des deejays américains les plus fameux, Alan Freed. Non traduit en français, dommage!

    Nightclubbing d'Alain Pacadis (Denoel)... Pacadis, le chantre des nuits parisienne des années 80. Punk, disco, dope, naufrage... Témoignage d'une époque révolue, et belle écriture.

    Je pourrais aussi mentionner la bio de Jimi Hendrix par Charles Shaar Murray, il y en aurait tant d'autres... Commencez par ceux-là... et keep on rockin'!!! 

     Enjoy!

     

     

    Lien permanent Catégories : Choses lues, Musiques 1 commentaire